Grec ancien/Prononciation

L'alphabet
Les déclinaisons
La conjugaison
L'adjectif
Théâtre
Annexes
α β γ δ ε ζ η θ ι κ λ μ ν ξ o π ρ σ τ υ φ χ ψ ω
écriture toutes lettres
Première déclinaison | Deuxième déclinaison | Troisième déclinaison
Présent - Exercices | Parfait - Exercices | Aoriste - Exercices | Futur - Exercices | Imparfait - Exercices
Antigone | Médée

Les accentuationsModifier

Le grec ancien possède cinq accentuations :

  • L'accent grave
  • L'accent aigu
  • L'esprit rude
  • L'esprit doux
  • L'accent circonflexe

L'accent graveModifier

L'accent grave note une baisse de la voix. Il est placé :

  • à gauche d'une lettre majuscule : Ὰ Ὲ Ὴ Ὶ Ὸ Ὺ Ὼ ; `ᾼ `ῌ `ῼ
  • au-dessus d'une lettre minuscule : ὰ ὲ ὴ ὶ ὸ ὺ ὼ ; ᾲ ῂ ῲ

Il indique la suppression, dans l'enchaînement de la phrase, d'un accent aigu sur la dernière syllabe sauf s'il est suivi d'un enclitique.

L'accent aiguModifier

L'accent aigu note une hausse de la voix. Il est placé :

  • à gauche d'une lettre majuscule : Ά Έ Ή Ί Ό Ύ Ώ ; ´ᾼ ´ῌ ´ῼ
  • au-dessus d'une lettre minuscule : ά έ ή ί ό ύ ώ ; ᾴ ῄ ῴ

L'accent aigu se rencontre sur les trois dernières syllabes d'un mot.

Les espritsModifier

Les esprits s'écrivent sur les voyelles ou sur les diphtongues (ρ fait exception). Ils sont placés :

  • à gauche d'une lettre majuscule : Ῥ, Ἁ, Ἀ ;
  • au-dessus d'une lettre minuscule : ῥ, ῤ, ἁ, ἀ ;
  • sur la seconde voyelle d'une diphtongue : Αὐ, αὐ, Αὑ, αὑ

L'esprit rudeModifier

L'esprit rude (῾) est l'opposé de l'esprit doux. Il est transcrit par un h devant la voyelle ou la diphtongue qui le porte.

L'esprit douxModifier

L'esprit doux (᾿) est l'opposé de l'esprit rude. Il n'est pas transcrit. Pour ne pas confondre l'esprit rude et l'esprit doux, il suffit de se dire : L'esprit doux a la forme d'un « D ».

L'accent circonflexeModifier

En grec ancien, l'accent circonflexe a la forme d'un tilde (˜). Il se place sur les voyelles simples (ᾶ, ῆ, ῖ, ῦ, ῶ) et sur les voyelles portant un iota souscrit (ᾷ ῇ ῷ). Oralement, il note une hausse vocale suivie d'une baisse vocale.

Il se rencontre sur les deux dernières syllabes d'un mot.

Les iotas souscritsModifier

Il existe des iotas souscrits qui se prononcent brièvement. Ils ne s'ajoutent que sous les voyelles longues (α, η, ω). Ces trois lettres s'écrivent avec un iota souscrit : , et en minuscule. , et en majuscule.

Exemple
τῇ θεᾴ (tễi theái) : la déesse au datif.
τῇ νήσῳ (tễi nếsôi) : l'île au datif.

Les diphtonguesModifier

Les diphtongues sont un assemblage de deux lettres pour produire un son particulier. Par exemple, en français, « ou ».
En grec ancien, il existe comme diphtongues :

  • αι qui se prononce [ai̯]
  • αυ qui se prononce [au̯]
  • ει qui se prononce [eː]
  • ευ qui se prononce [eu̯]
  • οι qui se prononce [oi̯]
  • ου qui se prononce [oː]