Différences entre les versions de « Photographie/Fabricants/Royer/Savoyflex III »

m
aucun résumé de modification
m
== Commentaires ==
 
'''Cellule photoélectrique'''. La cellule au sélénium est une production Westinghouse. La prise en compte de la sensibilité de la pellicule se fait par atténuation de l'éclairement de la cellule au moyen d’un jeu de grilles s'insérant devant celle-ci (la pleine sensibilité correspond aux pellicules de 200 ASA). Une aiguille visible dans un petit cadran gradué à droite de l'objectif (vu du photographe) indique le diaphragme convenabledéterminé en fonction du réglage des vitesses et depar l'éclairement de la cellule pour la vitesse sélectionnée.
 
'''Sélecteur automatique de diaphragme'''. La paternité de l’invention est attribuée à Alphonse Martin<ref> name=''PONT, Patrice-Hervé''>PONT, Patrice-Hervé. Maxifiche 24x36 Royer. In : Les Fondamentaux du club Niépce-Lumière n° 15, décembre 2005.</ref>. BrevetéeBreveté àen la1939 finet desperfectionné annéesaprès 1930guerre, ellele dispositif a vuété sainauguré premièreen application industrielle1957 sur laune caméra Lévèque Eldématic 8 mm, sortiel’Automatique enLD8 1957des Ets Pierre Lévèque<ref>Fiche détaillée de la caméra LD8 Eldématic, Catalogue des collections de la Cinémathèque française https://www.cinematheque.fr/fr/catalogues/appareils/collection/camera-film-double-8-mmap-97-1944.html</ref>. Son adaptation à un appareil photographique a nécessité l’ajout du paramètre « vitesse », faisant du Savoyflex III ce qui est souvent présenté comme l’un des tout premiers reflex automatiques mais aussi l’un des moins fiables<ref name=''PONT, Patrice-Hervé''>PONT, Patrice-Hervé. Maxifiche 24x36 Royer. In : Les Fondamentaux du club Niépce-Lumière n° 15, décembre 2005.</ref>.
 
'''Fonctionnement en mode automatique'''. Pour ce faire, l'index de la bague des diaphragmes doit être placé devant le repère A et la vitesse, choisie entre de 1/30 à 1/500 s (chiffres gravés en rouge). Le réglage du diaphragme est commandé par l'enfoncement du bouton de déclenchement, juste avant (1/10 s) que celui-ci se produise. Si l'éclairement est insuffisant ou excessif, le déclenchement se bloque. On peut anticiper ce blocage en vérifiant au préalable que l'aiguille du posemètre ne se trouve pas dans l'une des deux plages noires extérieures aux limites de l'échelle des diaphragmes accessibles (de 2,8 à 22) et au besoin, diminuer ou augmenter la vitesse en conséquence.
'''Fonctionnement en mode manuel'''. Les bagues des diaphragmes (22-16-11-8-5,6-4-2,8) et des vitesses (1-1/2-1/4-1/8-1/15-1/30-1/60-1/125-1/250-1/500 s) sont conjuguées. En dehors de la position A (diaphragme automatique), elles sont solidaires l’une de l’autre. Pour les tourner séparément, il faut appuyer simultanément sur un poussoir porté par la bague des diaphragmes.
 
'''Compléments optiques (préobjectifs)'''. Ce système avait déjà été proposé pour la caméra Eldématic (objectifs Cinor). L'Hyperflex et l'Ampliflex sont des systèmes afocaux (l’image d’un objet à l’infini est à l’infini). La mise au point se fait par la rampebague de réglage de l’objectif.
 
Objectif standard + Hyperflex = grand angle 35 mm f/2,8 (combinaison derappelant typela formule Retrofocus).
 
Objectif standard + Ampliflex = téléobjectif 80 mm f/4.
Objectif standard + Macroflex = objectif macrophotographique 50 mm f/2,8 : mise au point jusqu’à 9 cm (champ 30 x 45 mm2).
 
QuoiqueGuère plus économiques que de véritables objectifs interchangeables, ces optiques restaientétaient coûteuses comparées au prix de l’appareil. Ainsi, si au tarif Photo-Plait de 1961<ref> Catalogue Photo-Plait 1961 http://collection-appareils.fr/gestion_catalogue/html/affichage_une_page?chemin_image=../../gestion_catalogue/images/1239218311.jpg&id_catalogue=2318&nom=Photo-Plait&annee=1961&page=51 </ref>, tandis que le Savoyflex III avec son sac TP était vendu 842 NF, l’ensemble des trois préobjectifs Hyperflex + Ampliflex + Macroflex revenait à 275 + 360 + 105 = 740 NF.
De tels compléments optiques étaient déjà proposés pour la caméra Eldématic (Hyper Cinor et Ampli Cinor du même SOM Berthiot).
 
'''Griffe porte-accessoire'''. Une griffe porte-accessoire est montée en série sur la version IIIE (1962-1963). En son absence, le flash était conçu pour se fixer sur l’écrou de pied.
 
== Bibliographie ==
* Site de Sylvain Halgand : http://collection-appareils.fr/x/html/appareil-13121-Royer_Savoyflex%20Automatic.html
* PONT, Patrice-Hervé. Maxifiche 24x36 Royer. In : Les Fondamentaux du club Niépce-Lumière n° 15, décembre 2005.
 
== Liens ==
* Site de Sylvain Halgand : http://collection-appareils.fr/x/html/appareil-13121-Royer_Savoyflex%20Automatic.html
 
== Notes et références ==
212

modifications