Différences entre les versions de « Photographie/Densitométrie/Densité optique »

== Association de densités ==
 
Supposons que la lumière traverse successivement deux lames absorbantes caractérisées par des coefficients de transmission <math>\tau_1 \,</math> et <math>\tau_2 \,</math>, donc par des opacités <math>o_1 \,</math> et <math>o_2 \,</math> et des densités optiques <math>d_1 \,</math> et <math>d_2 \,</math>.
 
Les flux seront :
* à l'entrée de la première lame : <math>F \,</math>,
* à la sortie de la première lame et à l'entrée de la seconde : <math> F_1 = \tau_1 F = \,frac{F}{o_1}</math>
* à la sortie de la seconde lame : <math>F_2 = \tau_1 \tau_2 F = \,frac{F}{o_1 o_2} = \tau F = \frac{F}{o}</math>.
 
en appelant <math>\tau \,</math> le coefficient de transmission global et <math>o \,</math> l'opacité globale.
 
Par ailleurs, il est facile de démontrer que si la lumière traverse successivement deux surfaces de densi­tés d et d', la densité résultante est d + d'.
 
La densité globale vaut : <math>d = \log{o} = \log{o_1 o_2} = \log{o_1} + \log{o_2} = d_1 + d_2 \,</math>
 
{{EnTravaux}}
 
 
Par ailleurs, il est
Naturellement, le coefficient de transmission et par conséquent la densité seront des ~2~s~i2~§-È~-1!-1~g[[Utilisateur:Jean-Jacques MILAN|Jean-Jacques MILAN]]E-~~Q[[Utilisateur:Jean-Jacques MILAN|Jean-Jacques MILAN]]. Toutefois, les couches pho­tographiques positives présentent des plages de gris suffisamment neutres pour qu'en première approximation on puisse considérer leur coefficient de transmis­sion comme constant, mais il faut évidemment se garder de toute généralisation hâtive !