« Fonctionnement d'un ordinateur/Les jeux d'instructions » : différence entre les versions

m
Aucun résumé des modifications
 
En parallèle de ces architectures CISC et RISC, d'autres classes de jeux d'instructions sont apparus. Ceux-ci visent des buts distincts, qui changent suivant le jeu d'instruction :
* soit ils cherchent à gagner en performance, en exécutant plusieurs instructions à la fois ;
* soit ils sont adaptés à certaines catégories de programmes ou de langages de programmation ;
* soit ils cherchent à diminuer la taille des programmes et à économiser de la mémoire ;
* soit ils cherchent à gagner en performance, en exécutant plusieurs instructions à la fois ;
* soit ils tentent d'améliorer la sécurité des programmes et les rendent résistants aux attaques. ;
* soit ils sont adaptés à certaines catégories de programmes ou de langages de programmation ;.
 
===Les architectures compactes===
Ls DSP ont un jeu d'instruction similaire aux jeux d'instructions RISC, avec quelques instructions supplémentaires spécialisées pour faire du traitement de signal. On peut par exemple citer l'instruction phare de ces DSP, l'instruction MAD, qui multiplie deux nombres et additionne un 3éme au résultat de la multiplication. De nombreux algorithmes de traitement du signal (filtres FIR, transformées de Fourier) utilisent massivement cette opération. Ces DSP possèdent aussi des instructions dédiées aux boucles, ou des instructions capables de traiter plusieurs données en parallèle (en même temps). De plus, les DSP utilisent souvent des nombres flottants assez particuliers qui n'ont rien à voir avec les nombres flottants que l'on a vu dans le premier chapitre. Certains DSP supportent des instructions capables d'effectuer plusieurs accès mémoire en un seul cycle d'horloge : ils sont reliés à plusieurs bus mémoire et sont donc capables de lire et/ou d'écrire plusieurs données simultanément. L'architecture mémoire de ces DSP est une architecture Harvard, couplée à une mémoire multi-ports. Les caches sont rares dans ces architectures, quoique parfois présents.
 
===Les architectures dédiées à un langage de programmation===
 
Certains processeurs sont carrément conçus pour un langage de programmation en particulier. On appelle ces processeurs, conçus pour des besoins particuliers, des '''processeurs dédiés'''. Par exemple, l'ALGOL-60, le COBOL et le FORTRAN ont eu leurs architectures dédiées. Les fameux ''Burrough E-mode'' B5000/B6000/B7000 étaient spécialement conçus pour exécuter de l'ALGOL-60. Leurs cousins B2000/B3000/B4000 étaient eux conçus pour le COBOL. Le FORTH, un des premiers langages à pile de haut niveau, possède de nombreuses implémentations hardware et est un des rares langages de haut niveau à avoir été directement câblé en assembleur sur certains processeurs. Par exemple, on peut citer le processeur FC16, capable d’exécuter nativement du FORTH. Des langages fonctionnels ont aussi eu droit à leurs processeurs dédiés. Le prolog en est un bel exemple, avec les superordinateurs de 5ème génération qui lui étaient dédié. On peut aussi citer les machines LISP, dédiés au langage LISP, qui datent des années 1970. Elles étaient capables d’exécuter certaines fonctions de base du langage directement dans leur circuits : elles possédaient notamment un ''garbage collector'' câblé dans ses circuits ainsi que des instructions machines supportant un typage déterminé à l’exécution.
41 129

modifications