« Pathologie/Pathologie générale/Pathologie tumorale/Tumeurs hématopoïétiques » : différence entre les versions

aucun résumé des modifications
m (grammaire)
Aucun résumé des modifications
Polycopié - Cours 18. Tumeurs hématopoïétiques
 
18-2- Tumeurs lymphoideslymphoïdes
 
Les lymphomes sont des tumeurs lymphoïdes malignes; on distingue les lymphomes non hodgkiniens et la maladie de Hodgkin.
- petites ou grandes cellules lymphoïdes non clivées (centroblastes)
- immunoblastes
- lymphoblastes lymphomes de "haut grade"
 
ce qui individualise autant de types de lymphomes dont le pronostic s'aggrave, du type lymphocytaire au type lymphoblastique.
Exemple: Le lymphome de l'intestin grêle. La paroi intestinale est reconnaissable par la présence des différentes tuniques: muqueuse, musculaire muqueuse, sous-muqueuse, musculeuse, séreuse. Toutefois, ces structures sont en grande partie infiltrées et détruites par une prolifération cellulaire dense constituée de nappes de cellules non jointives. Ces cellules tumorales sont arrondies, avec un cytoplasme à peine visible, et un gros noyau arrondi, clair comportant souvent deux ou trois petits nucléoles. L'immunohistochimie permet de préciser le phénotype B ou T.
 
- EtudeÉtude phénotypique et génotypique
 
Comme les cellules lymphoïdes normales, les cellules tumorales des lymphomes possèdent des molécules de différenciation, essentiellement membranaires. Ces molécules sont antigéniques et peuvent être reconnues par des anticorps monoclonaux (par exemple, CD20 reconnaissant les cellules lymphoïdes B et CD3 reconnaissant les cellules lymphoïdes T). Il est possible de déterminer le phénotype d'un lymphome avec ces anticorps monoclonaux grâce à une étude immunohistochimique. Le plus souvent cette étude est réalisée en utilisant des techniques immunoenzymatiques indirectes (exemple: peroxydase anti-peroxydase) sur coupes à congélation ou sur coupes en paraffine.
 
Exemple: Localisation ganglionnaire d'une maladie de Hodgkin (cf TP 11). L'architecture ganglionnaire est en grande partie détruite par de larges bandes de sclérose délimitant des nodules. Au sein de ces nodules, la population cellulaire est très polymorphe, associant :
- des cellules de Sternberg: ce sont des cellules monstrueuses, à gros noyau central ou excentré, anfractueux, polylobé, dont la chromatine est abondante et irrégulièrement disposée, avec plusieurs nucléoles volumineux en "oeilœil de hibou". Leur présence est nécessaire au diagnostic.
 
- des cellules de Hodgkin qui présentent des anomalies plus ou moins accentuées