Différences entre les versions de « Philosophie/Thalès de Milet/Textes et traductions »

:'''Texte latin'''
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-top: 2em; height: 520px; overflow: auto; border: 2px solid;"><br /><poem><div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XLIX.''' Sed ut, unde huc digressa est, eodem redeat oratio.: Sisi nihil queam disputare, quamobremquam ob rem quidque fiat;, et tantummodo,tantum modo fieri ea, quæquae commemoravi,commemoraui doceam :, parumne [[w:Épicure|'''Epicuro''']] [[w:Carnéade|'''CarneadiveCarneadiue''']] respondeam ? Quid, si etiam ratio exstat artificiosæartificiosae præsensionis,praesensionis facilis, ; divinædiuinae autem, paullopaulo obscurior ? QuæQuae enim extis, quæquae fulguribusfulgoribus, quæquae portenlisportentis, quæquae astris præsentiunturpraesentiuntur, hæchaec notata sunt observationeobseruatione diuturna.; Affertadfert autem vetustasuetustas omnibus in rebus longinqua observationeobseruatione incredibilem scientiam; quæquae potest esse etiam sine motu atque impulsu deorum, quum,cum quid ex quoque eveniat,eueniat et quid quamque rem significet, crebra animadversioneanimaduersione perspectum est. Altera divinatiodiuinatio est naturalis, ut ante dixi; : quæquae physica disputandi subtilitatesubtditate referendareuerenda est ad naturam deorum;, a qua, ut doctissimis sapientissimisque placuit, haustos animos et libatos habemus; : quumquecumque omnia completa et referta sint æternoaeterno sensu, et mente divinadiuina, necesse est cognatione divinorumdiuinorum animorum animos humanos commovericommoueri. Sed vigilantesuigìlantes animi vitæuitae necessitatibus servinnt,seruiunt dijunguntquediiunguntque se a societate divina,diuina vinctisuinclis corporis impediti. (Rarum est quoddam genus eorum, qui se a corpore avocent,àuocent et ad divinarumdiuinarum rerum cognitionem cura omni studioque rapiantur). Horum sunt auguria non divinidiuini impetus, sed rationis humanæ.humanae; Namnam et, natura futura præsentiuntpraesentiunt, ut aquarum fluxiones,eluuiones et deflagrationem futuram aliquando cœlicaeli atque terrarum.; Aliialii autem, in republicare publica exercitatiesercitati, ut de [[w:Solon|'''Atheniensi Solone''']] accepimus, orientem tyrannidem multo ante prospiciunt;. quosQuos prudentes possumnspossumus dicere, id est, providentesprouidentes, divinosdiuinos nullo modo possumus, non plus, quam '''Milesium Thalem''', qui, ut objurgatoresobiurgatores suos convinceret,conuinceret ostenderetque, eliametiam philosophum, si ei commodum esset, pecuniam facere posse, omnem oleam, antequamante quam florere cœpissetcoepisset, in agro [[w:Milet|''<i>Milesio</i>'']] coemisse dicitur. AnimadverteratAnimaduerterat fortasse quadam scientia, olearum ubertatem fore. Et quidem idem primus defectionem solis, quæ,quae [[w:Astyage|'''Astyage''']] regnante, facta est, prædixissepraedixisse fertur.</div>
</poem>
 
 
<poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/cicero_de_diuin01/lecture/default.htm <u>De Divinatione. Liber Primus</u>]. [http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/cicero_de_diuin01/lecture/5.htm ''<i>XLIX</i>''], avec la traduction nouvelle de [[w:Charles_Appuhn|Charles APPUHN]], Classiques Garnier, 1936</div>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<u>Œuvres complètes de Cicéron. Tome Quatrième</u>]]. [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/192|<u>De Divinatione. Liber Primus</u>]]. [[s:Page:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu/219|''<i>XLIX</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=219 <sup>📜</sup>] [[s:la:De_divinatione/Liber_I#XLIX|<sup>📚</sup>]], avec la traduction en français publiées sous la direction de [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/desire-nisard?fauteuil=39&election=28-11-1850 '''M. Nisard'''] de l'Académie Française Inspecteur Général de l'Enseignement Supérieur, Chez Firmin Didot Frères, Fils et C<sup>ie</sup>, Libraires Imprimeurs de l'Institut de France, 1864<br />(également disponible [https://archive.org/details/TomeQuatrieme.OeuvresCompletesDeCiceronParM.NisardFirminDidot1881/page/n217/mode/2up '''ici'''], une édition de 1868 [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282068z/f212 '''là'''] ainsi qu'une autre publication de 1826 [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f134.item '''là encore'''])</div>
</poem>
 
 
<div class="center" style="border-bottom: 1px solid #444; width: 30%; margin-left: auto; margin-right: auto;"></div>
 
:'''Traductions'''
 
<poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-top: 2em; height: 520px; overflow: auto; border: 2px solid;"><br /><poem><div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XLIX.''' Mais revenons à l’objet de ce discours. Si, ne pouvant dire pourquoi chacune de ces choses est arrivée, je puis du moins prouver qu'elles sont arrivées , est-ce répondre faiblement à [[w:Épicure|'''Épicure''']] [[#Épicure_Cicéron|<sup>'''I'''</sup>]] et à [[w:Carnéade|'''Carnéade''']] [[#Carnéade_Cicéron|<sup>'''III'''</sup>]] ? Mais j'ose dire même que, s’il est difficile de rendre compte de la divination naturelle, l’artificielle peut être aisément expliquée. Les prédictions fournies par l’inspection des entrailles, par les foudres, par les prodiges et par les astres, sont fondées sur une longue observation. Or, en toutes choses, le temps et l’étude sont la source des connaissances les plus merveilleuses; on peut les acquérir même sans l’entremise et l’inspiration des dieux, lorsqu’on a observé à plusieurs reprises les effets de chaque chose, et ce qu'elle signifie. La divination naturelle peut, de son côté, par des raisons physiques, être rapportée à la nature des dieux, de laquelle, selon l’opinion des hommes les plus sages et les plus instruits, nos âmes sont émanées, et qui, remplissant tont d’une intelligence éternelle et d’un esprit céleste, doit nécessairement faire sentir quelquefois à l'âme humaine l’influence de cette parenté divine. Mais, pendant la veille, nos âmes sont asservies aux besoins du corps, et se trouvent éloignées, par les liens qui les enchaînent, du commerce de la divinité. Il n’y a qu’un petit nombre de mortels qui, se détachant en quelque sorte de leur corps, s’élèvent de toute la force de leur âme à la connaissance des choses supérieures à l’homme. Le talent qu’ils ont de lire dans l’avenir ne vient point immédiatement des dieux, mais de leur propre raison [[#raison|<sup>'''1'''</sup>]]; et c’est la nature même qui leur montre d’avance les déluges, et l’embrasement futur du ciel et de la terre. D’autres, appliqués au gouvernement des états, prévoient de loin, comme [[w:Solon|'''Solon''']] [[#Solon_Cicéron|<sup>'''IV'''</sup>]], la naissance de la tyrannie [[#tyrannie|<sup>'''2'''</sup>]]. Nous pouvons les appeler prudents, c’est-à-dire prévoyants; mais nous ne pouvons non plus leur donner le nom de devins qu’au philosophe '''Thalès''', qui, prévoyant qu’il y aurait une grande abondance d’olives dans le territoire de [[w:Milet|''<i>Milet</i>'']], et voulant faire voir à ceux qui lui reprochaient son indifférence pour la fortune, qu’il ne tenait qu’à un philosophe de s’enrichir, acheta toute la récolte des oliviers avant qu’ils fussent en fleurs [[#oliviersPrediction|<sup>'''3'''</sup>]]. On dit aussi qu’il prédit le premier une éclipse de soleil, qui eut lieu sous [[w:Astyage|'''Astyage''']]. [[#eclipseAstyage|<sup>'''4'''</sup>]]</div></poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XLIX.''' Sed unde huc digressa est, eodem redeat oratio. Si nihil queam disputare, quamobrem quidque fiat; et tantummodo, fieri ea, quæ commemoravi, doceam : parumne '''Epicuro Carneadive''' respondeam ? Quid, si etiam ratio exstat artificiosæ præsensionis, facilis ; divinæ autem, paullo obscurior ? Quæ enim extis, quæ fulguribus, quæ portenlis, quæ astris præsentiuntur, hæc notata sunt observatione diuturna. Affert autem vetustas omnibus in rebus longinqua observatione incredibilem scientiam; quæ potest esse etiam sine motu atque impulsu deorum, quum, quid ex quoque eveniat, et quid quamque rem significet, crebra animadversione perspectum est. Altera divinatio est naturalis, ut ante dixi : quæ physica disputandi subtilitate referenda est ad naturam deorum; a qua, ut doctissimis sapientissimisque placuit, haustos animos et libatos habemus : quumque omnia completa et referta sint æterno sensu, et mente divina, necesse est cognatione divinorum animorum animos humanos commoveri. Sed vigilantes animi vitæ necessitatibus servinnt, dijunguntque se a societate divina, vinctis corporis impediti. Rarum est quoddam genus eorum, qui se a corpore avocent, et ad divinarum rerum cognitionem cura omni studioque rapiantur. Horum sunt auguria non divini impetus, sed rationis humanæ. Nam et, natura futura præsentiunt, ut aquarum fluxiones, et deflagrationem futuram aliquando cœli atque terrarum. Alii autem, in republica exercitati, ut de '''Atheniensi Solone''' accepimus, orientem tyrannidem multo ante prospiciunt; quos prudentes possumns dicere, id est, providentes, divinos nullo modo possumus, non plus, quam '''Milesium Thalem''', qui, ut objurgatores suos convinceret, ostenderetque, eliam philosophum, si ei commodum esset, pecuniam facere posse, omnem oleam, antequam florere cœpisset, in agro ''<i>Milesio</i>'' coemisse dicitur. Animadverterat fortasse quadam scientia, olearum ubertatem fore. Et quidem idem primus defectionem solis, quæ, '''Astyage''' regnante, facta est, prædixisse fertur.</div>
</poem>
 
 
<poem>
<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><span id="raison"><sup>1</sup></span> ''<i>Voy.</i>'' [[w:Maxime_de_Tyr|Maxime de Tyr]], ''<i>Dissertat.</i>'' XIX, c. 5, saint Augustin, ''<i>de Divin. dæmon.</i>'', c. 4, etc. ''<i>Davies.</i>''—— <span id="tyrannie"><sup>2</sup></span> Celle de [[w:Pisistrate|Pisistrate]].—— <span id="oliviersPrediction"><sup>3</sup></span> ''<i>Voy.</i>'' la ''<i>Politique</i>'' d’Aristote, I, 11, et les auteurs cités par Ménage sur Diogène Laërce, I, 26.—— <span id="eclipseAstyage"><sup>4</sup></span> Hérodote, I, 74, 103, etc.</small>'''</div>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<u>Œuvres complètes de Cicéron. Tome Quatrième</u>]]. [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/192|<u>De Divinatione. Liber Primus</u>]]. [[s:Page:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu/219|''<i>XLIX</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=219 <sup>📜</sup>] [[s:la:De_divinatione/Liber_I#XLIX|<sup>📚</sup>]], avec la traduction en français publiées sous la direction de [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/desire-nisard?fauteuil=39&election=28-11-1850 '''M. Nisard'''] de l'Académie Française Inspecteur Général de l'Enseignement Supérieur, Chez Firmin Didot Frères, Fils et C<sup>ie</sup>, Libraires Imprimeurs de l'Institut de France, 1864<br />(également disponible [https://archive.org/details/TomeQuatrieme.OeuvresCompletesDeCiceronParM.NisardFirminDidot1881/page/n217/mode/2up '''ici'''], une édition de 1868 [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282068z/f212 '''là'''] ainsi qu'une autre publication de 1826 [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f134.item '''là encore'''])</div>
</poem></div>
 
 
 
:'''Traductions'''
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-top: 2em; height: 520px; overflow: auto; border: 2px solid;"><br /><poem><div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XLIX.''' Je reviens maintenant à mon point de départ : s'il est vrai que je ne puis donner aucune explication plausible des exemples de divination que j'ai rapportés, n'ai-je donc rien répondu à [[w:Épicure|'''Épicure''']] [[#Épicure_Cicéron|<sup>'''I'''</sup>]] ou à [[w:Carnéade|'''Carnéade''']] [[#Carnéade_Cicéron|<sup>'''III'''</sup>]] en montrant qu'il y a eu bien réellement divination? J'ajouterai que la méthode suivie dans la divination scientifique se justifie aisément, s'il faut reconnaître que la connaissance anticipée de l'avenir quand elle repose sur l'inspiration divine, a quelque chose de plus mystérieux. Quand la prédiction se fait par l'examen des entrailles, des fulgurations, des prodiges, des astres on s'appuie sur de longues observations antérieures. Or en toute matière une expérience ancienne est une garantie d'une valeur inestimable et la connaissance de l'avenir par ces procédés n'implique même aucune action particulière des dieux, aucune impulsion donnée par eux : on sait, pour l'avoir souvent éprouvé, quel événement annonce tel signe déterminé; on sait aussi, quand on attend quelque chose, quel fait précurseur doit en précéder la venue. L'autre sorte de divination est, comme je l'ai déjà dit, naturelle et, suivant les physiciens qui usent pour le montrer d'arguments valables pour les seuls philosophes, elle se rapporte à la nature des dieux : les plus savants et les plus sages des hommes ont montré que nos âmes en sont une émanation, qu'elles ont leur source dans cette nature. La raison éternelle et l'intelligence divine sont partout, rien n'arrive et n'existe que par elles, il faut donc bien qu'en vertu de leur parenté avec l'esprit divin, les âmes humaines participent en quelque manière à ce qui doit arriver et le ressentent. Seulement pendant la veille elles vaquent aux nécessités de la vie et, empêchées qu'elles sont par les liens qui les attachent aux corps se retirent du commerce qu'elles pourraient avoir avec les dieux. Rares sont les hommes qui, rompant avec le corps, n'ont souci que des choses divines et s'appliquent de toute leur ardeur à les connaître. Les prédictions de ceux-là ne sont point l'effet d'un transport divin mais attestent la puissance de la raison humaine; ils prévoient par des moyens naturels certains événements à venir, les inondations, l'embrasement dans un long temps du ciel et des terres. D'autres, vétérans de la politique, sont renseignés sur les destins futurs de l'État, c'est ainsi que [[w:Solon|'''Solon''']] [[#Solon_Cicéron|<sup>'''IV'''</sup>]], d'après ce que nous savons, a vu par avance la tyrannie se lever sur Athènes. De tels hommes nous pouvons les appeler des calculateurs prudents, c'est-à-dire prévoyants, ce ne sont nullement des devins, non plus que '''Thalès de Milet''' qui, pour confondre les railleurs et leur montrer qu'un philosophe pouvait, s'il le jugeait bon, gagner de l'argent, avait acheté, dit-on, avant la floraison des oliviers toute la récolte d'huile du territoire [[w:Milet|''<i>milésien</i>'']]. Ses observations lui avaient permis de reconnaître qu'elle serait abondante. C'est le même '''Thalès''' qui passe pour avoir, le premier, prédit une éclipse de soleil, celle qui eut lieu sous le règne d'[[w:Astyage|'''Astyage''']].</div></poem>
 
 
<poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[httpshttp://gallicaagoraclass.bnffltr.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f7ucl.item <u>Œuvres complètes de Mac. T. Cicéron. Tome Trente-Unième<be/u>]. [https://gallica.bnf.fr/ark:concordances/12148cicero_de_diuin01/bpt6k9795804zlecture/f9default.itemhtm <u>De Divinatione.</u>] [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f29.item <u>LivreLiber PremierPrimus</u>]. [httpshttp://gallicaagoraclass.bnffltr.frucl.ac.be/ark:concordances/12148cicero_de_diuin01/bpt6k9795804zlecture/f1355.itemhtm ''<i>XLIX</i>''], publiées en français, avec lela textetraduction ennouvelle regard, parde [[w:Joseph-Victor_LeclercCharles_Appuhn|Jos.-Vict.Charles Le ClercAPPUHN]], professeurClassiques d’éloquence latine à la faculté des lettresGarnier, Académie de Paris, Chez E. A. Lequien, Librairie, 1826.1936</div>
</poem>
 
 
<poem>
<div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XLIX.''' Mais revenons au point même où nous avons commencé à nous écarterl’objet de notrece sujetdiscours. Si, ne pouvant prouverdire pourquoi chacune de ces choses arriventest arrivée, je démontrepuis seulementdu quemoins leurprouver existencequ'elles estsont arrivées certaine, n’auraiest-je pasce répondurépondre victorieusementfaiblement à '''Épicure''' et à '''Carnéade''' ? J’oseMais mêmej'ose dire même que, touts’il enest avouantdifficile quede larendre causecompte de la divination naturelle est plus obscure, qu’ill’artificielle estpeut facileêtre d’expliqueraisément la divination artificielleexpliquée. OnLes aprédictions notéfournies aupar moyenl’inspection d’observations continues ce que présagent lesdes entrailles, par les fulgurationsfoudres, par les prodiges et par les astres., Toutesont fondées sur une longue observation. prolongéeOr, pendanten destoutes siècleschoses, arrivele àtemps et l’étude sont la source des résultatsconnaissances merveilleux,les résultatsplus quemerveilleuses; l’onon peut obtenirles sansacquérir lemême secourssans l’entremise et l’inspiration des Dieuxdieux, silorsqu’on ona examineobservé assiduementà ceplusieurs quereprises signifieles effets de chaque chose, enet notantce l’événementqu'elle qui la suitsignifie. Vient ensuite laLa divination naturelle peut, commede jeson l’ai dit, qui peutcôté, par des raisons physiques, être rattachéerapportée à la nature des Dieux.dieux, Etde commelaquelle, selon l’opinion des hommes les plus savantssages et les plus sagesinstruits, nos âmes ne sont qu’une émanation de cette nature divineémanées, et quequi, d’ailleursremplissant touttont ici-basd’une estintelligence rempliéternelle deet cetd’un esprit divincéleste, etdoit éternel,nécessairement ilfaire estsentir nécessairequelquefois queà nousl'âme ressentionshumaine les effetsl’influence de cette parenté avec les Dieuxdivine. Mais, pendant la veille, nos âmes, sont asservies paraux lesbesoins nécessitésdu decorps, laet viese trouvent éloignées, s’isolentpar deles cetteliens sociétéqui divineles enchaînent, enchaînéesdu parcommerce desde liensla matérielsdivinité. CombienIl estn’y petita lequ’un petit nombre de ceuxmortels qui, se séparant,détachant pouren ainsiquelque dire,sorte de leursleur corps, consacrents’élèvent tousde leurstoute la force de leur soinsâme à la connaissance des choses divinessupérieures !à Lal’homme. scienceLe talent qu’ils auguraleont de ceux-làlire n’estdans pointl’avenir lene résultatvient d’unepoint inspirationimmédiatement divinedes dieux, mais unde effortleur depropre laraison [[#raison|<sup>'''1'''</sup>]]; humaine :et c’est la nature qui leur dévoile l’avenir, etmême qui leur faitmontre prévoird’avance les inondationsdéluges, et lesl’embrasement embrasements futursfutur du ciel et de la terre. D’autres, appliqués au gouvernement des Etatsétats, pressententprévoient longtempsde d’avanceloin, comme l’Athénien '''Solon''', la naissance de la tyrannie [[#tyrannie|<sup>'''2'''</sup>]]. PlaçonsNous ces derniers parmipouvons les hommesappeler prudents, c’est-à-dire prévoyants,; mais nous ne pouvons non plus leur donnons pointdonner le titrenom de devins, pasqu’au plus qu’àphilosophe '''Thales de MiletThalès''', qui, pourprévoyant réduirequ’il auy silenceaurait sesune détracteurs,grande etabondance leurd’olives prouverdans que, quoique philosophe, il pourrait s’enrichir si cela lui plaisait, acheta toute la récolte des oliviers dule territoire de ''<i>Milet</i>'', avantet qu’ilsvoulant fussentfaire envoir fleurs.à Grâceceux àqui seslui connaissances,reprochaient ilson avaitindifférence sanspour doutela prévufortune, qu’il yne auraittenait abondancequ’à d’olivesun philosophe de s’enrichir, acheta toute la récolte des oliviers avant qu’ils fussent en fleurs [[#oliviersPrediction|<sup>'''3'''</sup>]]. On rapportedit aussi qu’il annonçaprédit le premier l’éclipseune éclipse de soleil, qui eut lieu sous le règne d’'''Astyage'''. [[#eclipseAstyage|<sup>'''4'''</sup>]]</div></poem>
 
 
<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><span id="raison"><sup>1</sup></span> ''<i>Voy.</i>'' [[w:Maxime_de_Tyr|Maxime de Tyr]], ''<i>Dissertat.</i>'' XIX, c. 5, saint Augustin, ''<i>de Divin. dæmon.</i>'', c. 4, etc. ''<i>Davies.</i>''—— <span id="tyrannie"><sup>2</sup></span> Celle de [[w:Pisistrate|Pisistrate]].—— <span id="oliviersPrediction"><sup>3</sup></span> ''<i>Voy.</i>'' la ''<i>Politique</i>'' d’Aristote, I, 11, et les auteurs cités par Ménage sur Diogène Laërce, I, 26.—— <span id="eclipseAstyage"><sup>4</sup></span> Hérodote, I, 74, 103, etc.</small>'''</div>
 
 
<poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f7.item <u>Œuvres complètes de M. T. Cicéron. Tome Trente-Unième</u>]. [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f9.item <u>De Divinatione.</u>] [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f29.item <u>Livre Premier</u>]. [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f135.item ''<i>XLIX</i>''], publiées en français, avec le texte en regard, par [[w:Joseph-Victor_Leclerc|Jos.-Vict. Le Clerc]], professeur d’éloquence latine à la faculté des lettres, Académie de Paris, Chez E. A. Lequien, Librairie, 1826.</div>
</poem>
 
 
<div class="center" style="border-bottom: 1px solid #444; width: 30%; margin-left: auto; margin-right: auto;"></div>
 
 
<poem>
<div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XLIX.''' Mais revenons au point même où nous avons commencé à nous écarter de notre sujet. Si, ne pouvant prouver pourquoi ces choses arrivent, je démontre seulement que leur existence est certaine, n’aurai-je pas répondu victorieusement à '''Épicure''' et '''Carnéade''' ? J’ose même dire, tout en avouant que la cause de la divination naturelle est plus obscure, qu’il est facile d’expliquer la divination artificielle. On a noté au moyen d’observations continues ce que présagent les entrailles, les fulgurations, les prodiges et les astres. Toute observation prolongée pendant des siècles arrive à des résultats merveilleux, résultats que l’on peut obtenir sans le secours et l’inspiration des Dieux, si on examine assiduement ce que signifie chaque chose en notant l’événement qui la suit. Vient ensuite la divination naturelle, comme je l’ai dit, qui peut, par des raisons physiques, être rattachée à la nature des Dieux. Et comme, selon l’opinion des hommes les plus savants et les plus sages, nos âmes ne sont qu’une émanation de cette nature divine, et que d’ailleurs tout ici-bas est rempli de cet esprit divin et éternel, il est nécessaire que nous ressentions les effets de cette parenté avec les Dieux. Mais pendant la veille nos âmes, asservies par les nécessités de la vie, s’isolent de cette société divine, enchaînées par des liens matériels. Combien est petit le nombre de ceux qui se séparant, pour ainsi dire, de leurs corps, consacrent tous leurs soins à la connaissance des choses divines ! La science augurale de ceux-là n’est point le résultat d’une inspiration divine, mais un effort de la raison humaine : c’est la nature qui leur dévoile l’avenir, et qui leur fait prévoir les inondations, et les embrasements futurs du ciel et de la terre. D’autres, appliqués au gouvernement des Etats, pressentent longtemps d’avance, comme l’Athénien '''Solon''', la naissance de la tyrannie. Plaçons ces derniers parmi les hommes prudents, c’est-à-dire prévoyants, mais ne leur donnons point le titre de devins, pas plus qu’à '''Thales de Milet''' qui, pour réduire au silence ses détracteurs, et leur prouver que, quoique philosophe, il pourrait s’enrichir si cela lui plaisait, acheta toute la récolte des oliviers du territoire de ''<i>Milet</i>'' avant qu’ils fussent en fleurs. Grâce à ses connaissances, il avait sans doute prévu qu’il y aurait abondance d’olives. On rapporte aussi qu’il annonça le premier l’éclipse de soleil qui eut lieu sous le règne d’'''Astyage'''.</div>
</poem>
 
358

modifications