Différences entre les versions de « Philosophie/Thalès de Milet/Textes et traductions »

:'''Traductions'''
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-top: 2em; height: 520px; overflow: auto; border: 2px solid;"><br /><poem><div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XLIX.''' Mais revenons à l’objet de ce discours. Si, ne pouvant dire pourquoi chacune de ces choses est arrivée, je puis du moins prouver qu'elles sont arrivées , est-ce répondre faiblement à [[w:Épicure|'''Épicure''']] [[#Épicure|<sup>'''I'''</sup>]] et à [[w:Carnéade|'''Carnéade''']]? Mais j'ose dire même que, s’il est difficile de rendre compte de la divination naturelle, l’artificielle peut être aisément expliquée. Les prédictions fournies par l’inspection des entrailles, par les foudres, par les prodiges et par les astres, sont fondées sur une longue observation. Or, en toutes choses, le temps et l’étude sont la source des connaissances les plus merveilleuses; on peut les acquérir même sans l’entremise et l’inspiration des dieux, lorsqu’on a observé à plusieurs reprises les effets de chaque chose, et ce qu'elle signifie. La divination naturelle peut, de son côté, par des raisons physiques, être rapportée à la nature des dieux, de laquelle, selon l’opinion des hommes les plus sages et les plus instruits, nos âmes sont émanées, et qui, remplissant tont d’une intelligence éternelle et d’un esprit céleste, doit nécessairement faire sentir quelquefois à l'âme humaine l’influence de cette parenté divine. Mais, pendant la veille, nos âmes sont asservies aux besoins du corps, et se trouvent éloignées, par les liens qui les enchaînent, du commerce de la divinité. Il n’y a qu’un petit nombre de mortels qui, se détachant en quelque sorte de leur corps, s’élèvent de toute la force de leur âme à la connaissance des choses supérieures à l’homme. Le talent qu’ils ont de lire dans l’avenir ne vient point immédiatement des dieux, mais de leur propre raison [[#raison|<sup>'''1'''</sup>]]; et c’est la nature même qui leur montre d’avance les déluges, et l’embrasement futur du ciel et de la terre. D’autres, appliqués au gouvernement des états, prévoient de loin, comme [[w:Solon|'''Solon''']], la naissance de la tyrannie [[#tyrannie|<sup>'''2'''</sup>]]. Nous pouvons les appeler prudents, c’est-à-dire prévoyants; mais nous ne pouvons non plus leur donner le nom de devins qu’au philosophe '''Thalès''', qui, prévoyant qu’il y aurait une grande abondance d’olives dans le territoire de [[w:Milet|''<i>Milet</i>'']], et voulant faire voir à ceux qui lui reprochaient son indifférence pour la fortune, qu’il ne tenait qu’à un philosophe de s’enrichir, acheta toute la récolte des oliviers avant qu’ils fussent en fleurs [[#oliviersPrediction|<sup>'''3'''</sup>]]. On dit aussi qu’il prédit le premier une éclipse de soleil, qui eut lieu sous [[w:Astyage|'''Astyage''']]. [[#eclipseAstyage|<sup>'''4'''</sup>]]
</div>
</poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f7.item <u>Œuvres complètes de M. T. Cicéron. Tome Trente-Unième</u>]. [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f9.item <u>De Divinatione.</u>] [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f29.item <u>Livre Premier</u>]. [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9795804z/f135.item ''<i>XLIX</i>''], publiées en français, avec le texte en regard, par [[w:Joseph-Victor_Leclerc|Jos.-Vict. Le Clerc]], professeur d’éloquence latine à la faculté des lettres, Académie de Paris, Chez E. A. Lequien, Librairie, 1826.</div>
</poem>
 
 
<table cellspacing=30 style="margin-left: 4em; margin-right: 4em;">
<tr>
<td valign=top style="text-align: justify; width: 50%;">'''<small><span id="Épicure"><sup>I</sup></span> En grec ancien [[wikt:en:Ἐπίκουρος#Ancient_Greek|Ἐπίκουρος / Epíkouros]]; de [[wikt:en:ἐπίκουρος#Ancient_Greek|ἐπίκουρος / epíkouros]], « aider, assister »; philosophe grec, il est le fondateur, en [[w:306_av._J.-C.|-306]], de l’[[w:Épicurisme|épicurisme]], l’une des plus importantes écoles philosophiques de l'Antiquité, et mixte à son origine. Elle a pour objectif principal l'atteinte du bonheur par la satisfaction des seuls désirs « naturels et nécessaires ». En physique, il soutient que la Nature entière est composée de deux choses : les corps et le vide, qu'il appelle le « TOUT ». Dans la continuité de [[w:Démocrite|Démocrite]], tout en s'en distinguant, il définit que les corps sont soit des atomes insécables, soit des compositions de ces atomes (qui se forment aléatoirement dans leur course cosmique, par choc, dans une dynamique concentrique (par effet des forces en jeu) ).
 
 
 
<div class="center" style="border-bottom: 1px solid #444; width: 30%; margin-left: auto; margin-right: auto;"></div>
 
 
<poem>
<div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">XLIX. Mais revenons au point même où nous avons commencé à nous écarter de notre sujet. Si, ne pouvant prouver pourquoi ces choses arrivent, je démontre seulement que leur existence est certaine, n’aurai-je pas répondu victorieusement à '''Épicure''' et '''Carnéade''' ? J’ose même dire, tout en avouant que la cause de la divination naturelle est plus obscure, qu’il est facile d’expliquer la divi- nation artificielle. On a noté au moyen d’obser- vations continues ce que présagent les entrailles, les fulgurations, les prodiges et les astres. Toute observation prolongée pendant des siècles arrive à des résultats merveilleux, résultats que l’on peut obtenir sans le secours et l’inspiration des Dieux, si on examine assiduement ce que si- gnifie chaque chose en notant l’événement qui la suit. Vient ensuite la divination naturelle, comme je l’ai dit, qui peut, par des raisons physiques, être rattachée à la nature des Dieux. Et comme, selon l’opinion des hommes les plus savants et les plus sages, nos âmes ne sont qu’une émanation de cette nature divine , et que d’ailleurs tout ici-bas est rempli de cet esprit di- vin et éternel, il est nécessaire que nous ressen- tions les effets de cette parenté avec les Dieux. Mais pendant la veille nos âmes, asservies par les nécessités de la vie , s’isolent de cette so- ciété divine, enchaînées par des liens matériels. Combien est petit le nombre de ceux qui se sé- parant, pour ainsi dire, de leurs corps, consa- crent tous leurs soins à la connaissance des choses divines ! Lascienceauguraledeceux-làn’estpoint le résultat d’une inspiration divine, mais un effort de la raison humaine : c’est la nature qui leur dévoile l’avenir, et qui leur fait prévoir les inondations, et les embrasements futurs du TION, LIV. I. 203 ciel et de la terre. D’autres, appliqués au gouver- nement des Etats, pressentent longtemps d’a- vance, comme l’Athénien Solon, la naissance de la tyrannie. Plaçons ces derniers parmi les hom- mes prudents, c’est-à-dire prévoyants, mais no leur donnons point le titre de devins, pas plus qu’à Thaïes de Milet qui, pour réduire au silence ses détracteurs, et leur prouver que, quoique phi- losophe, il pourrait s’enrichir si cela lui plaisait, acheta toute la récolte des oliviers du territoire de Milet avant qu’ils fussent en fleurs. Grâce à ses connaissances, il avait sans doute prévu qu’il y aurait abondance d’olives. On rapporte aussi qu’il annonça le premier l’éclipsé de soleil qui eut lieu sous le règue d’Astyage. L. Les médecins, les pilotes, les laboureurs prévoient aussi beaucoup de choses. Mais je n’appelle rien de tout cela divination , pas même la prédiction du physicien Anaximandre, qui avertit les Lacédémoniens d’abandonner leurs maisons et la ville, et de coucher tout armés dans les champs, parce qu’un tremblement déterre était imminent. En effet, toute la ville s’écroula, et la cime du Taygète se détacha de la montagne comme. la poupe du corps d’un vaisseau. Le maître de Pythagore, Phérécide, mérite moins le titre de devin que celui de physicien , lui qui, à l’inspec- tion d’eau de source tirée d’un puits , annonça l’approche d’un tremblement de terre. L’esprit humain n’est propre à la divination naturelle que quand il est parfaitement libre et dégagé de tout commerce avec le corps. C’est ce qui arrive dans les vaticinations et les songes ; deux genres de di- vination que Dicéarquc et notre ami Cratippe ad- mettent comme vous le savez. S’ils les placent en première ligne parce qu’elles sont naturelles, soit ;
 
 
 
 
</div>
 
 
 
350

modifications