« Philosophie/Thalès de Milet/Textes et traductions Ier millénaire AEC » : différence entre les versions

 
<poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<u>Œuvres complètes de Cicéron. Tome Quatrième</u>]]. [[s:Page:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu/289|<u>De Re Publica. Liber Primus</u>]]. [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/296|''<i>XIV</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=296 <sup>📜</sup>], [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/297|''<i>XVI</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=297 <sup>📜</sup>], avec la traduction en français publiées sous la direction de [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/desire-nisard?fauteuil=39&election=28-11-1850 '''M. Nisard'''] de l'Académie Française Inspecteur Général de l'Enseignement Supérieur, Chez Firmin Didot Frères, Fils et C<sup>ie</sup>, Libraires Imprimeurs de l'Institut de France, 1864<br />(également disponible [https://archive.org/details/TomeQuatrieme.OeuvresCompletesDeCiceronParM.NisardFirminDidot1881/page/n295/mode/2up '''ici'''] et une édition de 1868 [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282068z/f289 '''là'''])</div>
</poem>
</div>
 
 
 
<poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n9/mode/2up <u>La République de Cicéron. Tome Premier.</u>] [https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n77/mode/2up <u>De La République. Livre Premier.</u>] [https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n115/mode/2up ''<i>XIV</i>''], d'après le texte inédit, récemment découvert et commenté par [[w:Angelo_Mai|'''M. Mai''']] ([[w:De_Republica#Le_palimpseste_Vaticanus_Latinus_5757|''<i>Le palimpseste Vaticanus Latinus 5757</i>'']] ), Bibliothèque du Vatican. Avec une traduction française par [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/abel-francois-villemain?fauteuil=17&election=24-04-1821 '''M. Villemain'''], de l'Académie Française, L.-G. Michaud, Librairie, 1823 (édition postérieure de 1878 également disponible [https://archive.org/details/larpubliquedeci00maigoog/page/n141/mode/2up ''<i>disponibleici</i>''])</div>
</poem>
 
 
<poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<u>Œuvres complètes de Cicéron. Tome Quatrième</u>]]. [[s:Page:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu/289|<u>Traité De La République. Livre Premier</u>]]. [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/296|''<i>XIV</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=296 <sup>📜</sup>], [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/297|''<i>XVI</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=297 <sup>📜</sup>], avec la traduction en français publiées sous la direction de [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/desire-nisard?fauteuil=39&election=28-11-1850 '''M. Nisard'''] de l'Académie Française Inspecteur Général de l'Enseignement Supérieur, Chez Firmin Didot Frères, Fils et C<sup>ie</sup>, Libraires Imprimeurs de l'Institut de France, 1864<br />(également disponible [https://archive.org/details/TomeQuatrieme.OeuvresCompletesDeCiceronParM.NisardFirminDidot1881/page/n295/mode/2up '''ici'''] et une édition de 1868 [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282068z/f289 '''là'''])</div>
</poem>
 
</div>
 
 
=== [[w:De_divinatione|De divinatione]] [[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<sup>📚</sup>]] ===
 
=== [[w:De_divinatione|De divinatione]] ===
<poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">''<i>([[w:Ablatif#En_latin|Ablatif]] singulier de [[wikt:divinatio#Latin|divinatio]], « divination, faculté de prédire la volonté du Ciel, des dieux »; dérivé de [[wikt:divinatus#la|divinatus]]; [[w:Participe|Participe]] passé de [[wikt:divino#Latin|divino]], « prédire, présager, prophétiser, deviner, dévoiler »; de [[wikt:divinus#Latin|divinus]], « divin, devin, prophétique »; dérivé de [[wikt:divus#Latin|divus]], « divin » et/ou [[wikt:divum#Latin|divum]], « plein air, ciel »; tous deux de l’indo-européen commun * di, « briller, soleil, jour, dieu »)</i>''</div>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Dialogue philosophique de '''Cicéron''', publié en [[w:44_av._J.-C.|-44]] qui traite des divers procédés de [[w:Divination|divination]] connus et pratiqués à son époque. Cet ouvrage constitue avec [[w:De_natura_deorum|''<i>De natura deorum</i>'']] [[s:la:De_natura_deorum|<sup>📜</sup>]] et [[w:De_fato|''<i>De fato</i>'']] [[s:Du_Destin|<sup>📚</sup>]] [[s:la:De_fato|<sup>📜</sup>]] une trilogie d’ouvrages traitant du sacré et des pratiques et phénomènes qui lui sont liés. '''Cicéron''' y analyse avec scepticisme les diverses formes de la divination et critique les théories des stoïciens qui la défendent.</div></poem>
 
 
==== Livre I ====
==== [[w:De_divinatione#Livre_I|Livre I]] ====
<poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Le frère cadet de Cicéron, [[w:Quintus_Tullius_Cicero|'''Quintus Tullius Cicero''']], présente les diverses formes de divination selon la classification traditionnelle énoncée depuis [[w:Homère|'''Homère''']] et [[w:Platon|'''Platon''']], qui distingue la [[w:Divination#Divination_naturelle/artificielle|divination « artificielle »]], faite par des techniciens selon des rites institutionnalisés, et la [[w:Divination#Divination_naturelle/artificielle|divination « inspirée » dite aussi « naturelle »]] selon la terminologie introduite par '''Cicéron'''. '''Quintus''' s’étend longuement sur la forme de divination naturelle qui procède des rêves prémonitoires, manifestation selon les [[w:Stoïcisme|''<i>stoïciens</i>'']] d’une inspiration de l’âme humaine recevant un message divin.</div></poem>
:'''Texte grec'''
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;"></div></poem>
 
 
:'''Texte latin'''
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-top: 2em; overflow: auto; height: 390px; border: 2px solid;"><br /><poem><div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">XLIX. Sed unde huc digressa est, codem redeat oratio. Si nihil queam disputare, quamobrem quidque fiat; et tanlummodo, fieri ea, quæ commemoravi, doceam : parumne [[w:Épicure|'''Epicuro''']] [[w:Carnéade|'''Carneadive''']] respondeam ? Quid, si etiam ratio exstat artificiosæ præsensionis, facilis ; divinæ autem, paullo obscurior ? Quæ enim extis, quæ fulguribus, quæ portenlis, quæ astris præsentiuntur, hæc notata sunt observatione diuturna. Affert autem vetustas omnibus in rebus longinqua observatione incredibilem scientiam; quæ potest esse etiam sine motu atque impulsu deorum, quum, quid ex quoque eveniat, et quid quamque rem significet, crebra animadversione perspectum est. Altera divinatio est naturalis, ut ante dixi : quæ physica disputandi subtilitate referenda est ad naturam deorum; a qua, ut doctissimis sapientissimisque placuit, haustos animos et libatos habemus : quumque omnia completa et referta sint æterno sensu, et mente divina, necesse est cognatione divinorum animorum animos humanos commoveri. Sed vigilantes animi vitæ necessitatibus servinnt, dijunguntque se a societate divina, vinctis corporis impediti. Rarum est quoddam genus eorum, qui se a corpore avocent, et ad divinarum rerum cognitionem cura omni studioque rapiantur. Horum sunt auguria non divini impetus, sed rationis humanæ. Nam et, natura futura præsentiunt, ut aquarum fluxiones, et deflagrationem futuram aliquando cœli atque terrarum. Alii autem, in republica exercitati, ut de [[w:Solon|'''Atheniensi Solone''']] accepimus, orientem tyrannidem multo ante prospiciunt; quos prudentes possumns dicere, id est, providentes, divinos nullo modo possumus, non plus, quam '''Milesium Thalem''', qui, ut objurgatores suos convinceret, ostenderetque, eliam philosophum, si ei commodum esset, pecuniam facere posse, omnem oleam, antequam florere cœpisset, in agro [[w:Milet|''<i>Milesio</i>'']] coemisse dicitur. Animadverterat fortasse quadam scientia, olearum ubertatem fore. Et quidem idem primus defectionem solis, quæ, [[w:Astyage|'''Astyage''']] regnante, facta est, prædixisse fertur.</div>
</poem>
 
 
<poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">[[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<u>Œuvres complètes de Cicéron. Tome Quatrième</u>]]. [[s:Page:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu/289|<u>De Re Publica. Liber Primus</u>]]. [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/296|''<i>XIV</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=296 <sup>📜</sup>], [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/297|''<i>XVI</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=297 <sup>📜</sup>], avec la traduction en français publiées sous la direction de [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/desire-nisard?fauteuil=39&election=28-11-1850 '''M. Nisard'''] de l'Académie Française Inspecteur Général de l'Enseignement Supérieur, Chez Firmin Didot Frères, Fils et C<sup>ie</sup>, Libraires Imprimeurs de l'Institut de France, 1864<br />(également disponible [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282068z/f289 '''ici'''] et [https://archive.org/details/TomeQuatrieme.OeuvresCompletesDeCiceronParM.NisardFirminDidot1881/page/n217/mode/2up '''là'''])</div>
</poem>
 
 
<poem>
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 1em;">
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282068z/f212
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
'''XLIX''' Mais revenons au point même où nous avons commencé à nous écarter de notre sujet. Si, ne pouvant prouver pourquoi ces choses arrivent,
je démontre seulement que leur existence est cer-
taine , n'aurai-je pas répondu victorieusement à
Épicure et Carnéade ? J'ose même dire, tout en
avouant que la cause de la divination naturelle
est plus obscure, qu'il est facile d'expliquer la divi-
nation artificielle. On a noté an moyen d'obser-
vations continues ce que présagent les entrailles,
les fulgurations, les prodiges et les astres. Toute
observation prolongée pendant des siècles arrive
à des résultats merveilleux, résultats que l'on
peut obtenir sans le secours et l'inspiration des
Dieux, si on examine assiduement ce que si-
gnifie chaque chose en notant l'événement qui
la suit. Vient ensuite la divination naturelle,
comme je l'ai dit, qui peut, par des raisons
physiques, être rattachée à la nature des
Dieux. Et comme, selon l'opinion des hommes les
plus savants et les plus sages, nos âmes ne sont
qu'une émanation de cette nature divine, et que
d'ailleurs tout ici-bas est rempli de cet esprit di-
vin et éternel, il est nécessaire que nous ressen-
tions les effets de cette parenté avec les Dieux.
Mais pendant la veille nos âmes, asservies par
les nécessités de la vie, s'isolent de cette so-
ciété divine, enchaînées par des liens matériels.
Combien est petit le nombre de ceux qui se sé-
parant , pour ainsi dire, de leurs corps, consa-
crent tous leurs soins à la connaissance des choses
divines ! La science augurale de ceux-là n'est point
le résultat d'une inspiration divine, mais un
effort de la raison humaine : c'est la nature qui
leur dévoile l'avenir, et qui leur fait prévoir les
inondations, et les embrasements futurs du
 
ciel et de la terre. D'autres, appliqués au gouver-
nement des États, pressentent longtemps d'a-
vance, comme l'Athénien Solon, la naissance de
la tyrannie. Plaçons ces derniers parmi les hom-
mes prudents, c'est-à-dire prévoyants, mais ne
leur donnons point le titre de devins, pas pins qu'à
Thaïes de Milet qui, pour réduire au silence ses
détracteurs, et leur prouver que, quoique phi-
losophe, il pourrait s'enrichir si cela lui plaisait,
acheta toute la récolte des oliviers du territoire
de Milet avant qu'ils fussent en fleurs. Grâce à
ses connaissances, il avait sans doute prévu qu'il
y aurait abondance d'olives. On rapporte aussi
qu'il annonça le premier l'éclipsé de soleil qui
eut lieu sous le règne d'Astyage.
 
 
 
 
 
 
 
 
[[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<sup>📚</sup>]] [[s:la:De_divinatione|<sup>📜</sup>]]
 
 
=== De la divination, I, 49, 111,112 ===
:De tels hommes nous pouvons les appeler des calculateurs prudents, c'est-à-dire prévoyants, ce ne sont nullement des devins, non plus que Thalès de Milet qui, pour confondre les railleurs et leur montrer qu'un philosophe pouvait, s’il le jugeait bon, gagner de l’argent, avait acheté, dit-on, avant la floraison des oliviers toute la récolte d'huile du territoire milésien. Ses observations lui avaient permis de reconnaître qu'elle serait abondante. C'est le même Thalès qui passe pour avoir, le premier, prédit une éclipse de soleil, celle qui eut lieu sous le règne d'Astyage. (traduction Charles Appuhn, Paris, Garnier, 1935)
 
=== Des Lois ===
Liv II XI
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282068z/f388.image.r=thales
=== De la nature des dieux, I, X, 25 ===
 
982

modifications