« Philosophie/Thalès de Milet/Textes et traductions Ier millénaire AEC » : différence entre les versions

::<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">''<i> ➥ Le [[w:Prénom_romain|praenomen]] [[wikt:Marcus#Latin|'''Marcus''']] (appellation individualisée du citoyen); forme contractée de *Marticus; de l'adjectif [[wikt:Martius#Latin|Martius]] + le suffixe adjectival [[wikt:-icus#Latin|-icus]]; dérivé de [[wikt:Mars#Latin|Mars]] + le suffixe adjectival [[wikt:en:-ius#Latin|-ius]], « de [[w:Mars_(mythologie)|'''Mars''']], provenant du dieu des guerriers, de la jeunesse et de la violence de la mythologie romaine. »</i>''</div>
::<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">''<i> ➥ Le [[w:Liste_de_nomina|nomen]] [[wikt:Tullius#Latin|'''Tullius''']] [[w:Tullii|<sup>📚</sup>]] (nom de famille); dérivé de [[wikt:Tullus#Latin|Tullus]] + le suffixe -ius, « gros, gras, grand ».</i>''</div>
::<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">''<i> ➥ Le [[w:Cognomen|cognomen]] [[wikt:Cicero#Latin|'''Cicero''']] (le surnom); de [[wikt:cicer#Latin|cicer]], « pois chiche », métaphore pour désigner la verrue faciale d’un ancêtre. »; du Proto-Indo-Européen *ḱiker-, « pois »)</i>''</div>
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Orateur, homme politique et philosophe romain.</div>
:'''Texte latin'''
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-top: 2em; widthoverflow: auto; height: 125em; overflow: auto390px; border: 2px solid;"><br /><poem><div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XIV.''' Tum [[w:Lucius_Furius_Philus|'''Philus''']] : Nihil novi vobis afferam, neque quod a me sit cogitatum aut inventum : nam memoriâ tenio [[w:Caius_Sulpicius_Gallus|'''C. Sulpicium Gallum''']] , doctissimum ut scitis hominem , cùm idem hoc visum diceretur , et esset casu apud [[w:Marcus_Claudius_Marcellus_(consul_en_-51)|'''M. Marcellum''']] , qui cum eo consul fuerat, sphæram [[#sphæram |<sup>'''1'''</sup>]], quam [[w:Marcus_Claudius_Marcellus_(consul_en_-222)|'''M. Marcellus''' avus]] [[#Marcus_Claudius_Marcellus_(consul_en_-222)|<sup>'''2'''</sup>]] captis [[w:Syracuse#Période_romaine|''<i>Syracusis</i>'']] ex urbe locupletissimâ atque ornatissimâ sustulisset, cùm aliud nihil ex tantâ prædâ domum suam deportavisset jussisse proferri : cujus ego sphæræ cùm persæpe propter [[w:Archimède|'''Archimedi''']] [[#Archimedi_De_Re_Publica|<sup>'''3'''</sup>]] gloriam nomen audissem, speciem ipsam non sum tanto opere admiratus : erat enim illa venustior et nobilior [[#nobilior|<sup>'''4'''</sup>]] in vulgus, quam ab eodem '''Archimede''' factam posuerat in [[w:Pudicitia#Les_temples|''<i>templo Virtutis</i>'']] '''Marcellus''' idem. Sed postea quàm cœpit rationem hujus operis scientissime '''Gallus''' exponere, plus in illo siculo ingenii, quàm videretur natura humana ferre potuisse, judicabam [[#judicabam|<sup>'''5'''</sup>]] fuisse. Dicebat enim '''Gallus''', sphæræ illius alterius solidæ atque plenæ vetus esse inventum, et eam a '''Thalete milesio''' primum esse tornatam [[#tornatam|<sup>'''6'''</sup>]] : post autem ab [[w:Eudoxe_de_Cnide|'''Eudoxo cnidio''']] discipulo, ut ferebat, [[w:Platon|'''Platonis''']] eamdem illam astris [[#astris|<sup>'''7'''</sup>]] cœlo inhærentibus [[#inhærentibus|<sup>'''8'''</sup>]] esse descriptam; cujus omnem ornatum et descriptionem, sumptam ab '''Eudoxo''', multis annis post non astrologiæ scientiâ sed poeticâ quâdam facultate versibus [[w:Aratos_de_Soles|'''Aratum''']] extulisse. Hoc autem sphæræ genus, in quo solis et lunæ motus inessent, et earum quinque stellarum, quæ errantes et quasi vagæ nominarentur, in illâ sphærâ solidâ non potuisse finiri. Atque in eâ admirandum esse inventum '''Archimedi''', quod excogitasset quemadmodum in dissimillimis motibus inæquabiles et varios cursus servaret una conversio. Hanc sphæram '''Gallus''' cùm moveret, fiebat ut soli luna totidem conversionibus in aere illo quot [[#quot|<sup>'''9'''</sup>]] diebus in ipso cœlo succederet; ex quo et in cœlo sphæra [[#sphæra|<sup>'''10'''</sup>]] solis fieret eadem illa defectio, et incideret luna tum in eam metam, quæ esset umbra terræ, cùm sol e regione. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . </div></poem>
 
 
 
<poem>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em1em;">[https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n9/mode/2up <u>La République de Cicéron. Tome Premier.</u>] [https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n77/mode/2up <u>M. Tulli Ciceronis. De Re Publica. Liber Primus.</u>] [https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n115/mode/2up ''<i>XIV</i>''], [https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n121/mode/2up ''<i>XVI</i>''], d'après le texte inédit, récemment découvert et commenté par [[w:Angelo_Mai|'''M. Mai''']] ([[w:De_Republica#Le_palimpseste_Vaticanus_Latinus_5757|''<i>Le palimpseste Vaticanus Latinus 5757</i>'']] ), Bibliothèque du Vatican. Avec une traduction française par [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/abel-francois-villemain?fauteuil=17&election=24-04-1821 '''M. Villemain'''], de l'Académie Française, L.-G. Michaud, Librairie, 1823</div>
</poem>
 
 
<poem>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em1em;">[[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<u>Œuvres complètes de Cicéron. Tome Quatrième</u>]]. [[s:Page:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu/289|<u>De Re Publica. Liber Primus</u>]]. [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/296|''<i>XIV</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=296 <sup>📜</sup>], [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/297|''<i>XVI</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=297 <sup>📜</sup>], avec la traduction en français publiées sous la direction de [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/desire-nisard?fauteuil=39&election=28-11-1850 '''M. Nisard'''] de l'Académie Française Inspecteur Général de l'Enseignement Supérieur, Chez Firmin Didot Frères, Fils et C<sup>ie</sup>, Libraires Imprimeurs de l'Institut de France, 1864</div>
</poem>
</div>
:'''Traductions'''
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-top: 2em; width: auto; height: 50em520px; overflow: auto; border: 2px solid;"><br /><poem><div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XIV.''' [[w:Lucius_Furius_Philus|'''Philus''']] prenant la parole : Je ne vous présenterai, dit-il, rien de nouveau, ni découverte, ni pensée qui m'appartienne; car voici ce dont je me souviens. [[w:Caius_Sulpicius_Gallus|'''Sulpicius Gallus''']] [[#Caius_Sulpicius_Gallus|<sup>'''1'''</sup>]], homme d'une profonde doctrine, comme vous le savez, entendant un jour le récit d'un prodige semblable, et se trouvant chez [[w:Marcus_Claudius_Marcellus_(consul_en_-51)|'''Marcellus''']], qui avait été son collègue dans le consulat, demanda qu'on lui mit sous les yeux un globe céleste [[#AnticythereMachine_Anticythere|<sup>'''I'''</sup>]], que [[w:Marcus_Claudius_Marcellus_(consul_en_-222)|l'aïeul de '''Marcellus''']] avait autrefois enlevé après la prise de [[w:Syracuse#Période_romaine|''<i>Syracuse</i>'']], du milieu de cette magnifique et opulente ville, sans rapporter dans sa maison d'autre butin d'une si grande conquête. J'avais entendu souvent citer cette sphère, à cause de la grande renommée d'[[w:Archimède|'''Archimède''']] [[#Archimède|<sup>'''III'''</sup>]]. L'aspect ne m'en parut pas fort remarquable. Il en existait une autre [[#Anticythere|<sup>'''I'''</sup>]], d'une forme plus élégante et plus connue du vulgaire, ouvrage du même '''Archimède''', et placée par le même '''Marcellus''' à [[w:Rome_antique|''<i>Rome</i>'']], dans le [[w:Pudicitia#Les_temples|''<i>temple de la Vertu</i>'']]. Mais sitôt que '''Gallus''' eut commencé d'expliquer avec une haute science la composition de cette machine, je jugeai qu'il y avait eu dans le géomètre [[#géomètre|<sup>'''2'''</sup>]] sicilien un génie supérieur à ce qui semblait la portée de l'humaine nature. '''Gallus''' nous disait, que cette autre sphère solide et compacte était d'une invention fort ancienne, et que le premier modèle en avait été donné par '''Thalès de Milet'''; que, dans la suite, [[w:Eudoxe_de_Cnide|'''Eudoxe de Gnide''']] [[#Eudoxe_de_Cnide|<sup>'''IV'''</sup>]], disciple de [[w:Platon|'''Platon''']], avait tracé sur ses contours les astres attachés à la voûte des cieux; et que beaucoup d'années après, empruntant à '''Eudoxe''' ce dessin et cette belle ordonnance, [[w:Aratos_de_Soles|'''Aratus''']] [[#Aratos_de_Soles|<sup>'''V'''</sup>]] leur avait donné l'éclat des vers, sans avoir lui-même la connaissance de l'astronomie, et par la seule force de son instinct poétique. Il ajoutait que cette configuration de la sphère, qui représente les mouvemens de la lune, du soleil, et des cinq [[w:Planète#Étymologie|''<i>étoiles nommées errantes ou irrégulières</i>'']] [[#Planètes|<sup>'''VI'''</sup>]], n'avait pu s'appliquer à ce premier globe d'une forme solide; et que l'art merveilleux d’'''Archimède''' était d'avoir tellement combiné sa nouvelle sphère, que dans le jeu de mouvemens disparates, une seule impulsion déterminait des résultats inégaux et variés. En effet,''' Gallus''' touchait-il cette sphère [[#sphere|<sup>'''3'''</sup>]], on voyait, sur sa surface, la lune remplacer le soleil par un tour de cercle, autant de fois qu'elle le remplace dans les cieux par l'intervalle d'un jour; d'où il résultait que la disparition du soleil s'y trouvait marquée comme dans les cieux, et que la lune touchait le point où elle est obscurcie par l'ombre de la terre, à l'instant où le soleil reparaissait sur l'horizon, etc. [[#etc|<sup>'''4'''</sup>]]</div>
</poem>
 
 
<poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XVI.''' On raconte même d’une manière à peu-près semblable, que, dans cette grande guerre où les ''<i>Athéniens</i>'' et les ''<i>Lacédémoniens</i>'' luttèrent ensemble avec une si violente animosité, ce fameux '''Périclès''' [[#Périclès|<sup>'''VII'''</sup>]], le premier homme de son pays par le crédit, l’éloquence et le génie politique, voyant les ''<i>Athéniens</i>'' préoccupés d’une excessive frayeur, à la suite d’une éclipse de soleil qui avait répandu tout d’un coup les ténèbres, leur enseigna ce qu’il avait lui-même appris à l’école d’[[w:Anaxagore|'''Anaxagore''']] [[#Anaxagore|<sup>'''VIII'''</sup>]]; que de semblables effets arrivaient dans un intervalle précis et nécessaire, lorsque la lune se trouvait placée toute entière sous le soleil; et que par ce motif, bien qu’il n’en fût pas ainsi à tous les commencemens de mois, cela ne pouvait jamais avoir lieu qu’à des renouvellemens de la lune. Ayant démontré cette vérité par le raisonnement, il délivra le peuple de ses craintes. Car c’était alors un système nouveau et inconnu, que celui de l’obscurcissement du soleil par l’interposition de la lune; et l’on dit que '''Thalès de Milet''' l’avait entrevu le premier; mais dans la suite cette notion ne fut pas ignorée même de notre [[w:Ennius|'''Ennius''']] [[#Ennius|<sup>'''IX'''</sup>]], qui écrit que vers l’an 35o de la fondation de ''<i>Rome</i>'', aux [[w:Iunius#Calendrier|''<i>nones de juin</i>'']],</div>
<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''<small>Le soleil fut couvert par la lune et la nuit.</small>'''</div>
<div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">Telle est, au reste, en cette matière, la perfection du calcul et de l’art, qu’à partir de ce jour ainsi consigné pour nous dans les vers d’'''Ennius''', et dans les registres des Pontifes, on a supputé les éclipses antérieures, jusqu’à celle qui était arrivée aux [[w:Quintilis#Calendrier|''<i>nones de juillet</i>'']], sous le règne de [[w:Romulus_et_Rémus#Fondation_de_la_ville_de_Rome|'''Romulus''']] [[#Romulus|<sup>'''X'''</sup>]], éclipse dont la soudaine obscurité permit de supposer que '''Romulus''', en dépit de cette périssable nature qui l’entraîna vers une fin toute humaine, avait été miraculeusement porté dans les cieux.</div>
</poem>
 
<tr>
<td style="text-align: justify; margin-left: 4em; margin-right: 4em;">'''<small><span id="Caius_Sulpicius_Gallus">[https://archive.org/details/larpubliquedeci00maigoog/page/n209/mode/2up <sup>1</sup>]</span> Cicéron nomme plusieurs fois ce Gallus, pour sa science et sa passion de l’astronomie. — [http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre2.htm <u>Pline, liv. II, ch. xix</u>], le cite comme partageant l’opinion de Pythagore, que la terre est éloignée de la lune de 126,000 stades, et que sa distance du soleil est double de ce nombre.</small>'''</td>
</tr>
<tr>
<td style="text-align: justify; direction: ltr margin-left: 4em; margin-right: 4em;;"><br /></td>
</tr>
<tr>
<td style="text-align: justify; direction: ltr;">'''<small><span id="géomètre"><sup>2</sup></span> On sait que ce fut Cicéron qui, curieux de toute espèce d’étude et de gloire, rechercha et découvrit, à ''<i>Syracuse</i>'', la sépulture d’Archimède, oubliée dans un lieu désert, entourée de ronces, et reconnaissable seulement par la figure d’une sphère qui surmontait le tombeau.</small>'''</td>
</tr>
<tr>
<td style="text-align: justify; direction: ltr;"><br /></td>
</tr>
<tr>
<td style="text-align: justify; direction: ltr;">'''<small><span id="sphere">[https://archive.org/details/larpubliquedeci00maigoog/page/n209/mode/2up <sup>3</sup>]</span> Cette sphère, à l’exactitude près, ressemblait, comme l’on voit, à la sphère mobile que les Anglais ont appelée [[w:en:Orrery|''<i>Orery</i>'']], du nom d’un célèbre protecteur des sciences, qui fit construire cette machine : « C'est, dit [[w:Voltaire|Voltaire]], une très-faible copie de notre monde<br />« planétaire et de ses révolutions. La période même du change-<br />« ment des solstices et des équinoxes, qui nous amène, de jour<br />« en jour, une nouvelle étoile polaire, cette période, cette course<br />« si lente d’environ vingt-six mille ans, n'a pu être exécutée par<br />« des mains humaines, dans nos ''<i>Orery</i>''. Cette machine est très-<br />« imparfaite; il faut la faire tourner avec une manivelle. Cepen-<br />« dant c'est un chef-d’œuvre de l’habileté de nos artisans. Jugez<br />« donc quelle est la puissance, quel est le génie de l’éternel Ar-<br />« chitecte, si l’on peut se servir de ces termes impropres, si mal<br />« assortis à l’Être suprême ! » [[#Voltaire_Histoire_de_Jenni|<sup>📚</sup>]] La science actuelle parlerait avec moins de respect de ces ''<i>Orery</i>''; mais on concevra sans peine quelle admiration devait inspirer, dans la peu savante et ingénieuse antiquité, la première ébauche d’un semblable travail.</small>'''</td>
</tr>
<tr>
<td style="text-align: justify; direction: ltr;"><br /></td>
</tr>
<tr>
 
<poem>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em1em;">[https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n9/mode/2up <u>La République de Cicéron. Tome Premier.</u>] [https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n77/mode/2up <u>De La République. Livre Premier.</u>] [https://archive.org/details/bub_gb_k8xa1ugzycYC/page/n115/mode/2up ''<i>XIV</i>''], d'après le texte inédit, récemment découvert et commenté par [[w:Angelo_Mai|'''M. Mai''']] ([[w:De_Republica#Le_palimpseste_Vaticanus_Latinus_5757|''<i>Le palimpseste Vaticanus Latinus 5757</i>'']] ), Bibliothèque du Vatican. Avec une traduction française par [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/abel-francois-villemain?fauteuil=17&election=24-04-1821 '''M. Villemain'''], de l'Académie Française, L.-G. Michaud, Librairie, 1823 (édition postérieure de 1878 également [https://archive.org/details/larpubliquedeci00maigoog/page/n141/mode/2up ''<i>disponible</i>''])</div>
</poem>
 
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em1em; margin-right: 0em1em;"><small><span id="Voltaire_Histoire_de_Jenni"><sup>📚</sup></span> [[s:Livre:Voltaire_-_Œuvres_complètes_Garnier_tome21.djvu|<u>Œuvres complètes de Voltaire. Volume 21. Romans.</u>]] [[s:L’Histoire_de_Jenni_ou_le_Sage_et_l’Athée|<u>L’Histoire de Jenni ou le Sage et l’Athée</u>]], [[s:L’Histoire_de_Jenni_ou_le_Sage_et_l’Athée/Chapitre_VIII|''<i>Chapitre VIII. Dialogue de Freind et de Birton sur l’athéisme</i>'']], [[s:Page%3AVoltaire_-_Œuvres_complètes_Garnier_tome21.djvu/580|p.554]], Garnier, 1877</small></div>
 
 
<table <tdcellspacing=30 style="text-align: justify; direction: ltr margin-left: 4em; margin-right: 4em;;"><br /></td>
<poem>
</tr>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small><span id="Anticythere"><sup>I</sup> Dont subsiste un potentiel exemplaire récent de plus d’un siècle, nommé [[w:Machine_d%27Anticythère|<u>Machine d’Anticythère</u>]] puisque découvert au large de [[w:Anticythère|''<i>cette île grecque</i>'']] en 1901 dans une [[w:Épave_d%27Anticythère|épave d’un navire de charge romain]] qui a fait naufrage au deuxième quart du [[w:Ier_siècle_av._J.-C.|''<i>I<sup>er</sup> siècle avant notre ère</i>'']].</small>'''</div>
<td valign=top style="text-align: justify; width: 50%;">'''<small><span id="Machine_Anticythere"><sup>I</sup> Dont subsiste un potentiel exemplaire récent de plus d’un siècle, nommé [[w:Machine_d%27Anticythère|<u>Machine d’Anticythère</u>]] [[#Anticythere|<sup>'''II'''</sup>]] puisque découvert au large de [[w:Anticythère|''<i>cette île grecque</i>'']] en 1901 dans une [[w:Épave_d%27Anticythère|épave d’un navire de charge romain]] qui a fait naufrage au deuxième quart du [[w:Ier_siècle_av._J.-C.|''<i>I<sup>er</sup> siècle avant notre ère</i>'']].</small>'''</span><br />'''<small><span id="Anticythere"><sup>II</sup> En grec ancien [[s:Ἀντικύθηρα#Ancient_Greek|Ἀντῐκῠ́θηρᾰ / Antikúthēra]], « en face de Cythère »; de [[s:ἀντί#Grec_ancien|ᾰ̓ντῐ- / anti-]], « en face, en opposition, à l’égal de, semblable à ») +‎ [[s:Κύθηρα#Ancient_Greek|Κῠ́θηρᾰ / Kúthēra]], « Cythère »; Île grecque située entre le Péloponnèse et la Crète, près de Cythère.</small>'''</span><br />'''<small><span id="Archimède"><sup>III</sup>En grec ancien [[wikt:en:Ἀρχιμήδης#Ancient_Greek|Ἀρχιμήδης / Arkhimḗdēs]]; le préfixe [[wikt:en:ἀρχι-#Ancient_Greek|ἀρχι- / arkhi-]] +‎ [[wikt:en:μήδεα#Ancient_Greek|μήδεα / mḗdea]] +‎ le suffixe [[wikt:en:-ης#Ancient_Greek|-ης / -ēs]] </span></small>'''<br />'''<small> ➥ de [[wikt:en:ἄρχω#Ancient_Greek|ἄρχω / árkhō]], « commencer, gouverner » ou [[wikt:en:ἄρχω#Ancient_Greek|ἀρχός / arkhós]], « chef »; du Proto-Indo-Européen *h₂ergʰ-, « commencer, régner, commander »</span></small>'''<br />'''<small> ➥ du Proto-Hellénique *mḗdeha; du Proto-Indo-Européen *méh₁desh₂; de *med-, « mesurer, conseiller »</span></small>'''<br />'''<small>Célèbre géomètre, physicien et mathématicien ([[w:287_av._J.-C.|-287]], à ''<i>Syracuse</i>'' — [[w:212_av._J.-C.|-212]], à ''<i>Syracuse</i>'') <sup>[[w:IIIe_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>.</small>'''</span><br />'''<small><span id="Eudoxe_de_Cnide"><sup>IV</sup> En grec ancien Εὔδοξος / Eúdoxos ὁ [[wikt:en:Κνίδος#Ancient_Greek|Κνίδιος / ho Knídios]]; astronome, géomètre (élève du pythagoricien [[w:Archytas_de_Tarente|Archytas de Tarente]]), médecin (élève de [[w:Philistion_de_Locres|Philistion de Locres]]) et philosophe grec, il composa plusieurs ouvrages dont aucun ne nous est parvenu, seul son traité sur [[w:Aratos_de_Soles#Les_Phénomènes|<u>Les Phénomènes</u>]] se retrouve presque en entier dans la première partie du poème d’Aratos [[#Aratos_de_Soles|<sup>'''V'''</sup>]] ([[w:408_av._J.-C.|-408]], à [[w:Cnide|''<i>Cnide</i>'']] — [[w:355_av._J.-C.|-355]], à ''<i>Cnide</i>'') <sup>[[w:IVe_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>.</small>'''</span><br />'''<small><span id="Aratos_de_Soles"><sup>V</sup> En grec ancien [[wikt:en:Ἄρατος#Ancient_Greek|Ἄρατος / Áratos]] ὁ [[wikt:Soloe#Latin|Σολεύς / ho Soleús]]; poête grec, dont seuls <u>les Phénomènes</u>, un poème de 1 154 vers en grec sur l'astronomie, est parvenu jusqu'à nous. La seconde partie provient du <u>Des Signes du temps</u> de [[w:Théophraste|Théophraste]], premier ouvrage de prévisions météorologiques en Europe ([[w:315_av._J.-C.|-315]] <sup>[[w:IVe_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>, à [[w:Soles_(Cilicie)|''<i>Soles</i>'']] — [[w:245_av._J.-C.|-245]] <sup>[[w:IIIe_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>, à [[w:Pella|''<i>Pella</i>'']]).</small>'''</span><br />'''<small><span id="Planètes">[[wikt:en:planet#English|<sup>VI</sup>]] Du latin [[wikt:en:planeta#Latin|planeta, planetes]]; du grec ancien [[wikt:enπλανήτης#Ancient_Greek|πλανήτης / planḗtēs]], « errant »; [[wikt:ellipse|''<i>ellipse</i>'']] de πλάνητες ἀστέρες / plánētes astéres, « étoiles errantes »; de [[wikt:en:πλανάω#Ancient_Greek|πλανάω / planáō]], « errer, s’égarer » et de [[wikt:en:πλανάω#Ancient_Greek|ᾰ̓στήρ / astḗr]], « corps céleste ».</span></small>'''
</trtd>
<td valign=top style="text-align: justify; width: 50%;">'''<small><span id="Périclès"><sup>VII</sup> En grec ancien [[wikt:Περικλῆς#Grec_ancien|Περικλῆς / Periklễs]]; de περί / perí, « autour » + κλέος / kléos, « gloire »; Stratège, orateur et homme d’État [[w:Démocratie_athénienne|''<i>athénien</i>'']] ([[w:495_av._J.-C.|-495]], à ''<i>Athènes</i>'' — [[w:429_av._J.-C.|-429]], à ''<i>Athènes</i>'') <sup>[[w:Ve_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>.</small>'''</span><br />'''<small><span id="Anaxagore"><sup>VIII</sup> En grec ancien [[wikt:en:Ἀναξαγόρας#Ancient_Greek|Ἀναξᾰγόρᾱς / Anaxagórās]]; de [[wikt:en:ἄναξ#Ancient_Greek|ᾰ̓́ναξ / ánax]], « seigneur » +‎ ᾰ̓γορᾱ́ / agorā́, « agora, assemblée (par opposition à un conseil, βουλή / boulḗ), le lieu dun rassemblement »; du Proto-Indo-Européen *h₂ger-, « rassembler »; +‎ le suffixe adjectival -ης / -ēs; philosophe [[w:Présocratiques|présocratique]] grec s’étant entièrement consacré à la recherche savante et à l’explication rationnelle des phénomènes naturels ([[w:500_av._J.-C.|-500]], à [[w:Clazomènes |''<i>Clazomènes</i>'']] — [[w:428_av._J.-C.|-428]], à [[w:Lampsaque |''<i>Lampsaque</i>'']]) <sup>[[w:Ve_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>.</small>'''</span><br />'''<small><span id="Ennius"><sup>IX</sup> Poète, dramaturge, écrivain, historien et annaliste de l’époque de la [[w:République_romaine|République romaine]], dont seuls quelques fragments de son œuvre nous sont parvenus.</small>'''</span><br />'''<small><span id="Romulus">[[wikt:en:Romulus#Latin|<sup>X</sup>]] Très probablement une [[w:Dérivation_régressive|dérivation régressive (ou troncation)]] de [[wikt:en:Roma#Latin|Rōma]]; le légendaire fondateur de ''<i>Rome</i>'' et frère jumeau de Rémus.</span></small>'''</td></tr></table>
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small><sup>II</sup> En grec ancien [[s:Ἀντικύθηρα#Ancient_Greek|Ἀντῐκῠ́θηρᾰ / Antikúthēra]], « en face de Cythère »; de [[s:ἀντί#Grec_ancien|ᾰ̓ντῐ- / anti-]], « en face, en opposition, à l’égal de, semblable à ») +‎ [[s:Κύθηρα#Ancient_Greek|Κῠ́θηρᾰ / Kúthēra]], « Cythère »; Île grecque située entre le Péloponnèse et la Crète, près de Cythère.'''</small></div>
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small><span id="Archimède"><sup>II</sup>En grec ancien [[wikt:en:Ἀρχιμήδης#Ancient_Greek|Ἀρχιμήδης / Arkhimḗdēs]]; le préfixe [[wikt:en:ἀρχι-#Ancient_Greek|ἀρχι- / arkhi-]] +‎ [[wikt:en:μήδεα#Ancient_Greek|μήδεα / mḗdea]] +‎ le suffixe [[wikt:en:-ης#Ancient_Greek|-ης / -ēs]] </span></small>'''</div>
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0,5em; margin-right: 0,5em;">'''<small> ➥ de [[wikt:en:ἄρχω#Ancient_Greek|ἄρχω / árkhō]], « commencer, gouverner » ou [[wikt:en:ἄρχω#Ancient_Greek|ἀρχός / arkhós]], « chef »; du Proto-Indo-Européen *h₂ergʰ-, « commencer, régner, commander »</small>'''</div>
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0,5em; margin-right: 0,5em;">'''<small> ➥ du Proto-Hellénique *mḗdeha; du Proto-Indo-Européen *méh₁desh₂; de *med-, « mesurer, conseiller »</small>'''</div>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small>Célèbre géomètre, physicien et mathématicien ([[w:287_av._J.-C.|-287]], à ''<i>Syracuse</i>'' — [[w:212_av._J.-C.|-212]], à ''<i>Syracuse</i>'') <sup>[[w:IIIe_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>.</small>'''</div>
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small><span id="Planètes">[[wikt:en:planet#English|<sup>III</sup>]] Du latin [[wikt:en:planeta#Latin|planeta, planetes]]; du grec ancien [[wikt:enπλανήτης#Ancient_Greek|πλανήτης / planḗtēs]], « errant »; [[wikt:ellipse|''<i>ellipse</i>'']] de πλάνητες ἀστέρες / plánētes astéres, « étoiles errantes »; de [[wikt:en:πλανάω#Ancient_Greek|πλανάω / planáō]], « errer, s’égarer » et de [[wikt:en:πλανάω#Ancient_Greek|ᾰ̓στήρ / astḗr]], « corps céleste ».</small>'''</div>
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small><span id="Périclès"><sup>IV</sup>En grec ancien [[wikt:Περικλῆς#Grec_ancien|Περικλῆς / Periklễs]]; de περί / perí, « autour » + κλέος / kléos, « gloire »; Stratège, orateur et homme d’État [[w:Démocratie_athénienne|''<i>athénien</i>'']] ([[w:495_av._J.-C.|-495]], à ''<i>Athènes</i>'' — [[w:429_av._J.-C.|-429]], à ''<i>Athènes</i>'') <sup>[[w:Ve_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>.</small>'''</div>
</poem>
 
 
 
<poem>
<div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XVI.''' Il arriva quelque chose d’assez semblable pendant la longue guerre que se firent les ''<i>Athéniens</i>'' et les ''<i>Lacédémoniens</i>'' avec un si terrible acharnement. On nous rapporte que '''Périclès''', qui par son crédit, son éloquence et son habile politique, était devenu le chef d’''<i>Athènes</i>'', voyant ses concitoyens consternés d’une éclipse de soleil qui les avait plongés dans des ténèbres subites, leur expliqua ce qu’il avait appris lui-même de son maître '''Anaxagore''', qu’un pareil phénomène est dans l’ordre de la nature et se reproduit à des époques déterminées, lorsque le disque de la lune s'interpose tout entier entre le soleil et nous; et que s’il n’est pas amené à chaque renouvellement de la lune, il ne peut toutefois avoir lieu qu’à l’époque précise où la lune se renouvelle. '''Périclès''' décrivit aux ''<i>Athéniens</i>'' tous ces mouvements astronomiques; il leur en fit comprendre la raison, et dissipa leur terreur; l'explication des éclipses de soleil par l’interposition de la lune était alors assez nouvelle et peu répandue. '''Thalès de Milet''' est, dit-on, le premier qui la proposa. Plus tard elle ne fut pas inconnue à notre poêtre '''Ennius''', puisqu’il dit que vers l’an 350 de la fondation de ''<i>Rome</i>'', « aux nones de juin, le soleil fut dérobé aux hommes par la lune et les ténèbres ». Aujourd’hui l’habileté des astronomes et la justesse de leurs calculs vont si loin, qu’à partir de ce jour, indiqué par '''Ennius''' et consigné dans les Grandes Annales, ils ont supputé toutes les éclipses de soleil antérieures jusqu’à celle des nones de juillet, arrivée dans le règne de '''Romulus''', et qui répandit sur la terre cette nuit soudaine pendant laquelle le fondateur de ''<i>Rome</i>'', enlevé au monde, subit probablement la loi commune, mais put aux yeux du vulgaire passer pour avoir été ravi au ciel par sa vertu surhumaine.</div></poem>
 
 
<poem>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em1em;">[[s:Livre:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu|<u>Œuvres complètes de Cicéron. Tome Quatrième</u>]]. [[s:Page:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu/289|<u>Traité De La République. Livre Premier</u>]]. [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/296|''<i>XIV</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=296 <sup>📜</sup>], [[s:Page:Cicéron_-_Œuvres_complètes_Nisard_1864_tome_4.djvu/297|''<i>XVI</i>'']] [https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Fichier:Cic%C3%A9ron_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Nisard_1864_tome_4.djvu&page=297 <sup>📜</sup>], avec la traduction en français publiées sous la direction de [https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/desire-nisard?fauteuil=39&election=28-11-1850 '''M. Nisard'''] de l'Académie Française Inspecteur Général de l'Enseignement Supérieur, Chez Firmin Didot Frères, Fils et C<sup>ie</sup>, Libraires Imprimeurs de l'Institut de France, 1864</div>
</poem>
 
 
<div class="center" style="border-bottom: 1px solid #444; width: 30%; margin-left: auto; margin-right: auto;"></div>
 
<poem>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em1em;">[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56958289/f5.item <u>Cicéron. De La République</u>]. [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56958289/f19.item <u>Livre Premier</u>]. [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56958289/f35.item ''<i>VI</i>''], [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56958289/f38.item ''<i>VIII</i>''], traduction nouvelle par Victor Poupin, Librairie de la Bibliothèque Nationale, 1911</div>
</poem>
</div>
 
:Thalès de Milet, qui ouvre la marche dans les recherches de cette nature, fit de l’eau le principe de toutes choses, son dieu était l’intelligence qui de cet élément les façonne.
 
=== République I, 22 ===
 
:(22) sed posteaquam coepit rationem huius operis scientissime Gallus exponere, plus in illo Siculo ingenii quam videretur natura humana ferre potuisse iudicabam fuisse. dicebat enim Gallus sphaerae illius alterius solidae atque plenae vetus esse inventum, et eam a Thalete Milesio primum esse tornatam, post autem ab Eudoxo Cnidio, discipulo ut ferebat Platonis, eandem illam astris quae caelo inhaererent esse descriptam; cuius omnem ornatum et descriptionem sumptam ab Eudoxo multis annis post non astrologiae scientia sed poetica quadam facultate versibus Aratum extulisse. hoc autem sphaerae genus, in quo solis et lunae motus inessent et earum quinque stellarum quae errantes et quasi vagae nominarentur, in illa sphaera solida non potuisse finiri, atque in eo admirandum esse inventum Archimedi, quod excogitasset quem ad modum in dissimillimis motibus inaequabiles et varios cursus servaret una conversio.
:J'avais souvent entendu parler de cette sphère qui passait pour le chef-d'œuvre d'Archimède, et j'avoue qu'au premier coup d'oeil elle ne me parut pas fort extraordinaire. Marcellus avait déposé dans le temple de la Vertu une autre sphère d'Archimède, plus connue du peuple et qui avait beaucoup plus d'apparence. Mais lorsque Gallus eut commencé à nous expliquer, avec une science infinie, tout le système de ce bel ouvrage, je ne pus m'empêcher de juger qu'il y avait eu dans ce Sicilien un génie d'une portée à laquelle la nature humaine ne me paraissait pas capable d'atteindre. Gallus nous disait que l'invention de cette autre sphère solide et pleine remontait assez haut, et que Thalès de Milet en avait exécuté le premier modèle; que dans la suite Eudoxe de Cnide, disciple de Platon, avait représenté à sa surface les diverses constellations attachées à la voûte du ciel ; et que, longues années après, Aratus, qui n'était pas astronome, mais qui avait un certain talent poétique, décrivit en vers tout le ciel d'Eudoxe.
 
=== République I, 25 ===
 
:On nous rapporte que Périclès, qui par son crédit, son éloquence et son habile politique, était devenu le chef d'Athènes, voyant ses concitoyens consternés d'une éclipse de soleil qui les avait plongés dans des ténèbres subites, leur expliqua ce qu'il avait appris lui-même de son maître Anaxagore, qu'un pareil phénomène est dans l'ordre de la nature et se reproduit à des époques déterminées, lorsque le disque de la lune s'interpose tout entier entre le soleil et nous; et que s'il n'est pas amené à chaque renouvellement de la lune, il ne peut toutefois avoir lieu qu'à l'époque précise où la lune se renouvelle. Périclès décrivit aux Athéniens tous ces mouvements astronomiques; il leur en fit comprendre la raison, et dissipa leur terreur ; l'explication des éclipses de soleil par l'interposition de la lune était alors assez nouvelle et peu répandue. Thalès de Milet est, dit-on, le premier qui la proposa.
 
== Clément d'Alexandrie, Stromates, I, 65 ==
920

modifications