Différences entre les versions de « Philosophie/Thalès de Milet/Textes et traductions »

aucun résumé de modification
<poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">''<i>(en grec ancien Ἱστορίαι / Historíai)</i>''</div>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Seule œuvre connue d'd’[[w:H%C3%A9rodote|'''Hérodote''']], y exposant le développement de l'l’[[w:Empire_perse|empire perse]] (Livres I à IV), puis y relatant les guerres médiques qui opposèrent les [[w:Perses|''<i>Perses</i>'']] ''<i>(en grec ancien Περσης(sing.) -> Περσαι(plur.) / Persês -> Persai, du vieux-perse</i>'' 𐎱𐎠𐎼𐎿 / ''<i>Pārsa ou apparenté à πέρθω / pérthô, « ravager »)</i>'' aux ''<i>Grecs</i>'' (Première: Livres V et VI; Seconde: Livres VII à IX).</div>
</poem>
 
===== LXXIV =====
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Récit de [[w:Bataille_de_l%27%C3%89clipse|''<i>La bataille de l'Éclipsel’Éclipse / de l'Halysl’Halys</i>'']] ''<i>(en grec ancien Ἅλυς / Halys)</i>'', prédite par '''Thalès de Milet'''.</div>
 
 
:'''Traductions'''
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« [[w:Cyaxare|'''Cyaxare''']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Κυαξάρης|Κυαξάρης / Uvaxštra]], du vieux-perse</i>'' 𐎢𐎺𐎧𐏁𐎫𐎼 / ''<i>*ʰUvaxštra-)</i>'' les réclama, le roi de [[w:Sardes|''<i>Sardes</i>'']] ''<i>(en ancien grec Σάρδεις / Sardis)</i>'' refusa de les livrer; une guerre s'engageas’engagea entre les [[w:Lydie|''<i>Lydiens</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Λυδός#Ancient_Greek|Λυδός]] / Ludós, en vieux-perse cunéiforme </i>''[[wikt:en:𐎿𐎱𐎼𐎭|𐎿𐎱𐎼𐎭 / ''<i>Sparda</i>'']]''<i>, du Lydien</i>'' 𐤮𐤱𐤠𐤭𐤣‎ / ''<i>śfard)</i>'' et les [[w:M%C3%A8des|''<i>Mèdes</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Μῆδος#Ancient_Greek|Μῆδοι / Madoi]], du vieux-perse cunéiforme</i>'' 𐎶𐎠𐎭 / ''<i>Māda; potentiellement du Proto-Iranien *mádyah, et du Proto-Indo-Européen *médʰyos, « milieu »)</i>''; elle dura cinq ans, pendant lesquels les deux peuples furent tour à tour vainqueurs et vaincus. Il y eut même une sorte de bataille nocturne; ce fut en la sixième année; les succès de la lutte jusque-là se balançaient également; on était aux prises, quand, au fort du combat, soudain le jour devint nuit.<sup>'''1'''</sup> '''Thalès de Milet''' avait annoncé aux [[w:Ioniens|''<i>Ioniens</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Ἴων#Ancient_Greek|Ἴωνες / Íōnes]])</i>'' ce changement et avait même fixé d'avanced’avance l'annéel’année où il arriva. Les ''<i>Lydiens</i>'' et les ''<i>Mèdes</i>'', lorsqu'ils virent la nuit prendre la place du jour, suspendirent le combat, après quoi ils se montrèrent des deux parts plus empressés de faire la paix. Ceux qui les réconcilièrent furent [[w:Satrapie_de_Cilicie#Ethnographie_et_historique_avant_Alexandre|'''Syennésis''']] ''<i>(en grec ancien Συέννεσις / Syennesis)</i>'' le [[w:Cilicie|''<i>Cilicien</i>'']] ''<i>(en grec ancien Κιλικία / Cilicie)</i>'', et [[w:Nabonide|'''Labynète''']] ''<i>(en grec ancien Λαβύνητος / Labynetos, de l'l’[[w:Akkadien|akkadien]]</i>'' 𒀭𒀝𒉎𒌇 / ''<i>dNabû-naʾid, « Nabu est loué »)</i>'' le [[w:Babylone_(civilisation)|''<i>Babylonien</i>'']] ''<i>(en grec ancien Βαβυλών / Babylṓn, de l’akkadien </i>''[[wikt:en:𒆍𒀭𒊏𒆠#Akkadian|𒆍𒀭𒊏𒆠 / ''<i>bābili</i>'']]''<i>)</i>''. Tous les deux hâtèrent la conclusion du traité, d'oùd’où résulta un mariage. En effet, ils décidèrent [[w:Alyatte_II|'''Alyatte''']] ''<i>(en ancien grec [[wikt:en:Ἀλυάττης|Ἀλυάττης / Aluáttēs]], du lydien</i>'' 𐤥𐤠𐤩𐤥𐤤𐤯‎ / ''<i>walwet)</i>'' à donner sa fille [[w:Aryenis|'''Aryénis''']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Aryenis|Ἀρύηνις / Arúēnis]])</i>'' à [[w:Astyage|'''Astyage''']] ''<i>(orthographié en grec ancien [[wikt:en:Ἀστυάγης|Ἀστυάγης / Astyages]] par '''Hérodote''', [[wikt:en:Ἀστυϊγας#Ancient_Greek|Ἀστυϊγας / Astyigas]] par [[w:Ctésias|'''Ctesias''']], Ἀσπάδας / Aspadas par [[w:Diodore_de_Sicile|'''Diodore de Sicile''']]; en babylonien Ištumegu; du vieux-mède [[wikt:en:Reconstruction:Old_Median/R̥štivaigah|R̥štivaigah]], « menacer d'uned’une lance »)</i>'', fils de '''Cyaxare'''. Car, sans un lien puissant, les conventions n'ont aucune solidité. Les traités, chez ces nations, se contractent avec les mêmes cérémonies que chez les ''<i>Grecs</i>'', si ce n'est qu'ils se font aux bras de légères incisions et sucent réciproquement le sang qui s'ens’en échappe.</div>
<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><sup>1</sup> Le 30 septembre 610 avant J. J., dans la matinée.</small>'''</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f6.item <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>](Neuvième edition), [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f42.item ''<i>Livre I - CLIO, LXXIV</i>''], traduction par [[w:Pierre_Giguet|Pierre Giguet]], Librairie Hachette et C<sup>ie</sup>, 1913</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Depuis la guerre se mut et continua cinq ans entre les ''<i>Mèdes</i>'' et ''<i>Lydiens</i>'', parce que '''Halyatte''' ne voulait rendre les [[w:Scythes|''<i>Scythes</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Σκύθης#Ancient_Greek|Σκύθοι / Skúthoi]], du vieux-perse cunéiforme</i>'' 𐎿𐎤𐎢𐎭𐎼 / ''<i>Skudra, emprunté au Proto-Scythian *Skuδat, du Proto-Indo-European *(s)kewd-, « propulser, tirer »)</i>'' à '''Cyaxare''' qui les demandait. Durant ces cinq ans, les ''<i>Mèdes</i>'' gagnèrent plusieurs fois contre les ''<i>Lydiens</i>'', et semblablement les ''<i>Lydiens</i>'' contre les ''<i>Mèdes</i>'' : et fut environ ce temps-là que, à l'heurel’heure du combat, le jour fut converti en nuit. Car étant les forces pareilles d'und’un côté et d'autred’autre, avint, sur la sixième année, que, comme ils combattaient, soudain le jour se tourna en noire nuit. '''Thalès Milésien''' avait prédit cette mutation aux ''<i>Ioniens</i>'', et leur avait déterminé l'anl’an qu'elle avint. Ce vu par les ''<i>Mèdes</i>'' et ''<i>Lydiens</i>'', ils cessèrent la guerre, et furent près d'entendred’entendre au bien de paix, laquelle fut moyennée par '''Syennésis''', roi de ''<i>Cilicie</i>'', et par '''Labynète''', roi de ''<i>Babylone</i>'', qui furent diligents de les allier par mariage. Ils avisèrent que '''Halyatte''' donnerait sa fille '''Arianis''' à '''Astyage''', fils de '''Cyaxare''', pensant bien que, sans grande nécessité et alliance étroite, tels grands marchés ne peuvent tenir. Ces nations se gouvernent en leurs traités et contrats ainsi que font les ''<i>Grecs</i>'', et davantage s'entaments’entament le bras, puis lèchent le sang les uns des autres.</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000008 <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>], [https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000081 ''<i>Livre Premier. CLIO. LXXIV.</i>''], traduction de [https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Saliat Pierre Saliat], Henri Plon, 1864</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« '''Cyaxare''' les redemanda. Sur son refus, la guerre s'allumas’alluma entre ces deux princes. Pendant cinq années qu'elle dura, les ''<i>Mèdes</i>'' et les ''<i>Lydiens</i>'' eurent alternativement de fréquents avantages, et la sixième il y eut une espèce de combat nocturne : car, après une fortune égale de part et d'autred’autre, s'étants’étant livré bataille, le jour se changea tout à coup en nuit, pendant que les deux armées en étaient aux mains. '''Thalès de Milet''' avait prédit aux ''<i>Ioniens</i>'' ce changement, et il en avait fixé le temps en l'annéel’année où il s'opéras’opéra. Les ''<i>Lydiens</i>'' et les ''<i>Mèdes</i>'', voyant que la nuit avait pris la place du jour, cessèrent le combat, et n'en furent que plus empressés à faire la paix. '''Syennésis''', roi de ''<i>Cilicie</i>'', et '''Labynète''', roi de ''<i>Babylone</i>'', en furent les médiateurs; ils hâtèrent le traité, et l'assurèrentl’assurèrent par un mariage. Persuadés que les traités ne peuvent avoir de solidité sans un puissant lien, ils engagèrent '''Alyattes''' à donner sa fille '''Aryénis''' à '''Astyages''', fils de '''Cyaxare'''. Ces nations observent dans leurs traités les mêmes cérémonies que les ''<i>Grecs</i>''; mais ils se font encore de légères incisions aux bras, et lèchent réciproquement le sang qui en découle.</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/ <u>Histoire d’Hérodote</u>], [http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/clio.htm ''<i>Livre I. CLIO. LXXIV.</i>''], traduit par [[w:Pierre-Henri_Larcher|Pierre-Henri Larcher]], Charpentier, 1802</div>
 
===== LXXV =====
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Récit de la traversée de l'l’[[w:K%C4%B1z%C4%B1l%C4%B1rmak_(fleuve)|''<i>Halys</i>'']] ''<i>(en grec ancien Ἅλυς / Hálūs)</i>'' par l'arméel’armée de [[w:Cr%C3%A9sus|'''Crésus''']] ''<i>(en grec ancien Κροῖσος / Kroîsos)</i>'' grâce à '''Thalès de Milet'''.</div>
 
 
:'''Traductions'''
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« [[w:Cyrus_le_Grand|'''Cyrus''']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Κῦρος|Κῦρος / Kŷros]], du vieux-perse cunéiforme</i>'' [[wikt:en:𐎤𐎢𐎽𐎢𐏁#Old_Persian|𐎤𐎢𐎽𐎢𐏁 / ''<i>ku-u-ru-u-š</i>'']]''<i>)</i>'' renversa cet [[w:Astyage|'''Astyage''']] ''<i>(en grec ancien Ἀστυάγης / Astyagês)</i>'', qui était son grand-père maternel : je dirai plus tard pour quels motifs. [[w:Cr%C3%A9sus|'''Crésus''']] ''<i>(en grec ancien Κροῖσος / Kroîsos)</i>'' s'armants’armant de ce grief contre '''Cyrus''', consulta l'oraclel’oracle pour savoir s'ils’il devait engager la guerre contre lui. Lorsqu'il eut reçu la réponse à double sens, il crut qu'elle était en sa faveur et il marcha pour entrer sur le territoire des [[w:Perses|''<i>Perses</i>'']] ''<i>(en grec ancien Περσαι / Persai)</i>''. Arrivé sur l'l’[[w:K%C4%B1z%C4%B1l%C4%B1rmak_(fleuve)|''<i>Halys</i>'']] ''<i>(en grec ancien Ἅλυς / Hálūs)</i>'', il fit passer le fleuve à son armée, en profitant, selon moi, des ponts existants. Selon le récit accrédité en ''<i>Grèce</i>'', ce fut '''Thalès de Milet''' qui dirigea le passage : car disent-ils, les ponts n'étaient pas encore construits et '''Crésus''' était en peine de l'opérerl’opérer, quand '''Thalès''', qui se trouvait au camp, détournant le fleuve, le fit couler non plus sur le front, mais sur les derrières de l'arméel’armée. Il s'ys’y prit de cette manière : en amont du camp, on commença par creuser un fossé profond qui en embrassa tout le contour, de sorte que les eaux, sortant à l'unel’une des ses extrémités de leurs cours habituel, y rentrassent par l'autrel’autre; puis cette tranchée achevée, ils y firent couler le fleuve, pour qu'en se divisant, des deux parts il devînt guéable. Quelques-uns ajoutent que l'ancienl’ancien lit se trouva tout à fait à sec; pour moi, je ne puis admettre ce récit, car comment, dans la retraite, les [[w:Lydie|''<i>Lydiens</i>'']] ''<i>(en grec ancien Λυδός / Ludós)</i>'' auraient-ils pu passer ?</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f6.item <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>](Neuvième edition), [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f42.item ''<i>Livre I - CLIO, LXXV</i>''], traduction par [[w:Pierre_Giguet|Pierre Giguet]], Librairie Hachette et C<sup>ie</sup>, 1913</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« '''Cyrus''' donc avait défait celui '''Astyage''', son aïeul maternel, pour cause que je toucherai ci-après en cette mienne histoire. '''Crésus''' en fut marri et envoya vers les oracles savoir si devait mener la guerre aux ''<i>Perses</i>''. Entre ces oracles, un fut faux, lequel néanmoins '''Crésus''' espéra être à son avantage, et là-dessus s'acheminas’achemina vers le pays des ''<i>Perses</i>'' avec son armée. Arrivé au fleuve ''<i>Halys</i>'', il passa sur les ponts qui y étaient, et telle est mon opinion, encore que la commune renommée des ''<i>Grecs</i>'' tienne que '''Thalès de Milet''' donna le moyen de passer. Car on dit que, se souciant '''Crésus''' comment il passerait son armée, qui fait présupposer faute de ponts, '''Thalès''' fut là présent, qui conseilla expédient, suivant lequel le fleuve, qui coulait à gauche pour le respect de l'arméel’armée qui là séait<sup>'''1'''</sup>, coulerait aussi à droite. Et fut son invention telle. Il fit commencer une tranchée au-dessus du camp, et la fit conduire en forme de croissant, afin que l'arméel’armée l'eûtl’eût à dos, et que, prenant le fleuve cours par icelle tranchée, il laissât son canal accoutumé pour environner le camp, puis retournât. Par ce moyen, le fleuve s'écoulas’écoula incontinent, et fut guéable d'uned’une part en autre. Les aucuns veulent dire que l'ancienl’ancien giron<sup>'''2'''</sup> du fleuve devint tout sec. De ma part, je ne puis accordrer à telles paroles, et je voudrais savoir le moyen de repasser au retour.</div>
:<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><sup>1</sup> D'aprèsD’après la situation de l'arméel’armée qui campait là. — <sup>2</sup> Lit.</small>'''</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000008 <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>], [https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000081 ''<i>Livre Premier. CLIO. LXXV.</i>''], traduction de [[w:Pierre_Saliat|Pierre Saliat]], Henri Plon, 1864</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« '''Cyrus''' tenait donc prisonnier '''Astyages''', son aïeul maternel, qu'il avait détrôné pour les raisons que j'exposerai dans la suite de cette histoire. '''Crésus''', irrité à ce sujet contre '''Cyrus''', avait envoyé consulter les oracles pour savoir s'ils’il devait faire la guerre aux ''<i>Perses</i>''. Il lui était venu de [[w:Delphes|''<i>Delphes</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Δελφοί#Ancient_Greek|Δελφοί / Delphoí]]; pluriel de [[wikt:δελφύς#Grec_ancien|δελφύς / delphús]], « matrice, giron, creux, utérus »; qui a donné « cochon » (δέλφος / délphos), « dauphin, cochon de mer » (δελφίς / delphís))</i>'' une réponse ambiguë, qu'il croyait favorable, et là dessus il s'étaits’était déterminé à entrer sur les terres des ''<i>Perses</i>''. Quand il fut arrivé sur les bords de l' l’''<i>Halys</i>'', il le fit, à ce que je crois, passer à son armée sur les ponts qu'on y voit à présent ; mais, s'ils’il faut en croire la plupart des ''<i>Grecs</i>'', '''Thalès de Milet''' lui en ouvrit le passage. '''Crésus''', disent-ils, étant embarrassé pour faire traverser l' l’''<i>Halys</i>'' à son armée, parce que les ponts qui sont maintenant sur cette rivière n'existaient point encore en ce temps-là, '''Thalès''', qui était alors au camp, fit passer à la droite de l'arméel’armée le fleuve, qui coulait à la gauche. Voici de quelle manière il s'ys’y prit. Il fit creuser, en commençant au-dessus du camp, un canal profond en forme de croissant, afin que l'arméel’armée pût l'avoirl’avoir à dos dans la position où elle était. Le fleuve, ayant été détourné de l'ancienl’ancien canal dans le nouveau, longea derechef l'arméel’armée, et rentra au-dessous de son ancien lit. Il ne fut pas plutôt partagé en deux bras, qu'il devint également guéable dans l'unl’un et dans l'autrel’autre. Quelques-uns disent même que l'ancienl’ancien canal fut mis entièrement sec ; mais je ne puis approuver ce sentiment. Comment en effet '''Crésus''' et les ''<i>Lydiens</i>'' auraient-ils pu traverser le fleuve à leur retour ? </div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/ <u>Histoire d’Hérodote</u>], [http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/clio.htm ''<i>Livre I. CLIO. LXXV.</i>''], traduit par [[w:Pierre-Henri_Larcher|Pierre-Henri Larcher]], Charpentier, 1802</div>
 
===== CLXX =====
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Récit du [[w:Bouleut%C3%A9rion|''<i>Bouleutérion</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:βουλευτήριον#grc|βουλευτήριον / bouleutếrion]]; dérivé de [[wikt:βουλευτής#grc|βουλευτής / bouleutês]], « sénateur »; dérivé de [[wikt:βουλεύω#grc|βουλεύω / bouleuô]], « délibérer, prendre conseil » + le suffixe -τής / -tês; dérivé de [[wikt:βουλή#grc|βουλή / boulế]], « conseil »; dérivé du verbe βούλομαι / boúlomai, « vouloir »)</i>'' à [[w:T%C3%A9os_(ville)|''<i>Téos</i>'']] ''<i>(en grec ancien Τέως / Téos)</i>'' et Témoignage sur l'originel’origine [[w:Ph%C3%A9niciens|''<i>phénicienne</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Φοινίκη|Φοινίκη / Phoiníkē]]; dérivé de [[wikt:en:Φοῖνιξ#Ancient_Greek|Φοῖνῐξ / Phoînix]], potentiellement dérivé de l'homophonel’homophone φοῖνιξ / phoînix, nom grec du « [[w:Pourpre_de_Tyr|pourpre de Tyr]] »)</i>'' de '''Thalès de Milet'''.</div>
 
 
:'''Traductions'''
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Les [[w:Ioniens|''<i>Ioniens</i>'']] ''<i>(en grec ancien Ἴωνες / Íōnes)</i>'', réduits en servitude, ne cessèrent cependant pas de se réunir au [[w:Panionium|''<i>Panionium</i>'']] ''<i>(en grec ancien Πανιώνιον / Paniônion; de [[wikt:Πανιώνιος|Πανιώνιος / Paniônios]], « De tous les Ioniens »; de [[wikt:Πανίωνες#Grec_ancien|Πανίωνες / Paníônes]], « tous les Ioniens » + le suffixe adjectival [[wikt:-ιος#grc|-ιος / -ios]]; de πᾶς / pâs, « tout » + Ἴων / Íôn, « Ionien »)</i>''; à l'unel’une de ces assemblées, comme je l'ail’ai appris, [[w:Bias_de_Pri%C3%A8ne|'''Bias''']] ''<i>(en grec ancien Βίας / Bías)</i>'' de [[w:Pri%C3%A8ne|''<i>Priène</i>'']] ''<i>(en grec ancien Πριήνη / Priēnē)</i>'' leur donna un conseil excellent ; s'ilss’ils l'avaientl’avaient suivi, ils pouvaient devenir les plus prospères de tous les ''<i>Grecs</i>''. « Équipez une seule flotte, leur dit-il, levez l'ancrel’ancre, partez pour la [[w:Sardaigne|''<i>Sardaigne</i>'']] ''<i>(en grec ancien Σαρδώ / Sardô)</i>'', fondez-y pour tous les ''<i>Ioniens</i>'' une seule ville, rendez-vous heureux en vous affranchissant ainsi. Car, en colonisant la plus grande des îles, vous gouvernerez toutes les autres, tandis que, si vous demeurez en [[w:Ionie|''<i>Ionie</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Ἰωνία#Ancient_Greek|Ἰωνῐ́ᾱ / Iōníā]])</i>'', je ne vois pas que vous puissiez jamais recouvrer la liberté. » Tel fut le conseil que '''Bias de Priène''' donna aux Ioniens, après leurs désastres. Celui de '''Thalès de Milet''', qui avait précédé la ruine de l' l’''<i>Ionie</i>'', n'était pas moins salutaire. '''Thalès''', par ses ancêtres d'origined’origine [[w:Ph%C3%A9niciens|''<i>phénicienne</i>'']] ''<i>(en grec ancien Φοινίκη / Phoiníkē)</i>'', fut d'avisd’avis qu'ils devaient instituer une assemblée unique, la placer à ''<i>Téos</i>'' (car ''<i>Téos</i>'' est située au centre de la contrée) et laisser néanmoins les autres villes se gouverner, comme si elles étaient des États isolés. tels furent les deux conseils qui furent donnés aux ''<i>Ioniens</i>''.</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f6.item <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>](Neuvième edition), [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f79.item ''<i>Livre I - CLIO, CLXX</i>''], traduction par [[w:Pierre_Giguet|Pierre Giguet]], Librairie Hachette et C<sup>ie</sup>, 1913</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Depuis, voyant la grandeur de leurs calamités, non-obstant qu'ils se fussent donnés aux ''<i>Perses</i>'', ils s'assemblèrents’assemblèrent au ''<i>Panionion</i>'' : et comme j'entends, '''Brias de Priénéee''' donna conseil fort profitable pour les ''<i>Ioniens</i>'', auquel s'ilss’ils eussent prêté l'oreillel’oreille, il leur baillait expédient pour être les plus heureux de tous les ''<i>Grecs</i>''. Il leur conseillait naviguer de compagnie en la ''<i>Sardaigne</i>'', et là bâtir une ville commune à tous les ''<i>Ioniens</i>'' : en quoi faisant, ils jetteraient servitude et se rendraient heureux, attendu qu'ils posséderaient une des plus grandes îles du monde, et domineraient sur les autres. Au contraire, s'ilss’ils demeuraient en ''<i>Ionie</i>'', il disait qu'il n'apercevait moyen par lequel ils pussent jamais regagner liberté. Tel fut le conseil de '''Brias de Priénée''', après que les ''<i>Ioniens</i>'' étaient jà défaits et réduits en servitude. '''Thalès Milésien''' bailla pareillement une opinion, laquelle, avant la ruine des ''<i>Ioniens</i>'', eût été fort bonne. Lui, qui était descendu d'uned’une ancienne race des ''<i>Phéniciens</i>'', opina que les ''<i>Ioniens</i>'' devaient avoir maison de conseil, et la devaient construire en ''<i>Téos</i>'' comme au milieu de ''<i>Ionie</i>'' : voulait néanmoins que les autres villes fussent estimées pour ligues et cantons de même autorité que ''<i>Téos</i>''. Ces deux personnages donc baillèrent ce conseil.</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000008 <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>], [https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000130# ''<i>Livre Premier. CLIO. CLXX.</i>''], traduction de [[w:Pierre_Saliat|Pierre Saliat]], Henri Plon, 1864</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Quoique accablés de maux, les ''<i>Ioniens</i>'' ne s'ens’en assemblaient pas moins au ''<i>Panionium</i>''. '''Bias de Priène''' leur donna, comme je l'ail’ai appris, un conseil très avantageux, qui les eût rendus les plus heureux de tous les ''<i>Grecs</i>'', s'ilss’ils eussent voulu le suivre. Il les exhorta à s'embarquers’embarquer tous ensemble sur une même flotte, à se rendre en ''<i>Sardaigne</i>'', et à y fonder une seule ville pour tous les ''<i>Ioniens</i>''. Il leur fit voir que, par ce moyen, ils sortiraient d'esclavaged’esclavage, qu'ils s'enrichiraients’enrichiraient, et qu'habitant la plus grande de toutes les îles, les autres tomberaient en leur puissance; au lieu que, s'ilss’ils restaient en ''<i>Ionie</i>'', il ne voyait pour eux aucune espérance de recouvrer leur liberté. Tel fut le conseil que donna '''Bias''' aux ''<i>Ioniens</i>'', après qu'ils eurent été réduits en esclavage ; mais, avant que leur pays eût été subjugué, '''Thalès de Milet''', dont les ancêtres étaient originaires de ''<i>Phénicie</i>'', leur en donna aussi un qui était excellent. Ce fut d'établird’établir à ''<i>Téos</i>'', au centre de l' l’''<i>Ionie</i>'', un conseil général pour toute la nation, sans préjudicier au gouvernement des autres villes, qui n'en auraient pas moins suivi leurs usages particuliers que si elles eussent été autant de cantons différents.</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/ <u>Histoire d’Hérodote</u>], [http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/clio.htm ''<i>Livre I. CLIO. CLXX.</i>''], traduit par [[w:Pierre-Henri_Larcher|Pierre-Henri Larcher]], Charpentier, 1802</div>
 
===== XX =====
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Réfutation d' d’'''Hérodote''' d'uned’une théorie supposée de '''Thalès de Milet''' sur la crue du [[w:Nil#%C3%89tymologie|''<i>Nil</i>'']] ''<i>(en grec ancien Νεῖλος / Neῖlos ; transcription déformée de l'l’[[w:%C3%89criture_hi%C3%A9roglyphique_%C3%A9gyptienne|''<i>égyptien</i>'']] Na-eiore, pluriel de eior désignant le delta, et signifiant « rivière, cour d'eaud’eau »)</i>''. <hiero>M17-X1:D21-G43-N35A-N36:N21*Z1</hiero></div>
 
 
:'''Traductions'''
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Quelques ''<i>Grecs</i>'', ambitieux de se signaler par leur sagesse, ont expliqué ce mouvement des eaux de trois manières dont deux ne mériteraient pas que j'en fisse mention, si je voulais faire plus que les indiquer. Selon l'unel’une de ces solutions<sup>'''1'''</sup>, les vents [[w:%C3%89t%C3%A9sien|''<i>étésiens</i>'']]<sup>'''*'''</sup> seraient cause du gonflement du fleuve en empêchant les eaux de s'écoulers’écouler dans la mer. Or, souvent les ''<i>étésiens</i>'' ne soufflent pas et le [[w:Nil#%C3%89tymologie|''<i>Nil</i>'']] (en grec ancien Νεῖλος / Neῖlos) ne déborde pas moins ; outre cela, si les ''<i>étésiens</i>'' avaient cette puissance, les autres fleuves contre lesquels ils soufflent devraient en éprouver les mêmes effets que le ''<i>Nil</i>'', et avec d'autantd’autant plus de raison qu'ils sont moindres et qu'ils ont des courantsplus faibles. Cependant, il y a beaucoup de fleuves en [[w:Syrie_(r%C3%A9gion)|''<i>Syrie</i>'']] ''<i>(en grec ancien Συρία / Suría; de Σῠ́ρος / Súros +‎ -ῐ́ᾱ / -íā; de l'akkadienl’akkadien</i>'' 𒀭𒊬 / ''<i>Aššur)</i>'' et beaucoup en [[w:Libye_antique|''<i>Libye</i>'']] ''<i>(en grec ancien Λιβύη / Libúē; de [[wikt:en:Λίβυς#Ancient_Greek|Λῐ́βῠς / Líbus]] +‎ -η / -ē, suffixe formant un verbe d'actiond’action; de Libu, une tribu du Nord de l'Afriquel’Afrique)</i>'' qui en aucune façon ne se comportent comme le ''<i>Nil</i>''.</div>
<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><sup>1</sup> Celle de Thalès.</small>'''</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f6.item <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>](Neuvième edition), [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f105.item ''<i>Livre II — EUTERPE, XX</i>''], traduction par [https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Giguet Pierre Giguet], Librairie Hachette et C<sup>ie</sup>, 1913</div>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><sup>'''*'''</sup> en grec ancien [[wikt:en:μελτέμι|μελτέμι / meltémi]], du [[w:Turc_ottoman|turc ottoman]] ملتم‎ / meltem, « un vent fort, sec, du nord et saisonnier dans la mer Égée; vent étésien »; ou en grec ancien [[wikt:étésien|ἐτήσιος / etēsios]], « annuel, qualifie le vent qui souffle du Nord en Méditerranée orientale l’été »; de [[wikt:ἔτος|ἔτος / étos]], « année »; du Proto-Indo-Européen *u̯et-, « année ».</small>'''</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Certains grands personnages de la ''<i>Grèce</i>'' qui se cuident<sup>'''1'''</sup> la sagesse même assignent trois causes de ce débord, dont je n'estime les deux dignes d'êtred’être récitées; seulement je les veux bien conter ici. En l'unel’une<sup>'''2'''</sup>, ils disent que les vents ''<i>étésies</i>'' sont cause que le fleuve s'enfles’enfle, parce qu'ils l'empêchentl’empêchent de se décharger en la mer. Mais je leur réponds que souvent les ''<i>étésies</i>'' ne soufflent en sorte qui soit, et néanmoins le fleuve ne laisse à faire son accoutumé. Davantage, si les ''<i>étésies</i>'' étaient cause de ce débord, il faudrait que le pareil avînt aux autres fleuves, voire beaucoup plus, d'autantd’autant qu'ils sont moindres, et ont leurs cours plus faibles et plus lents que le ''<i>Nil</i>''; et on sait assez que plusieurs fleuves sont en ''<i>Syrie</i>'' et [[w:Afrique_du_Nord|''<i>Afrique</i>'']]<sup>'''I'''</sup> qui ne soufflent rien tel que le ''<i>Nil</i>''.</div>
:<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><sup>1</sup> Croient. — <sup>2</sup> C'est l'opinionl’opinion de Thalès. [https://fr.wikipedia.org/wiki/Diodore_de_Sicile Diodore de Sicile], liv. I, 38, la réfute par les mêmes raisons qu' Hérodote.</small>'''</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000008 <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>], [https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000162# ''<i>Livre Second. EUTERPE. XX.</i>''], traduction de [[w:Pierre_Saliat|Pierre Saliat]], Henri Plon, 1864</div>
 
 
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Cependant il s'ests’est trouvé des gens chez les ''<i>Grecs</i>'' qui, pour se faire un nom par leur savoir, ont entrepris d'expliquerd’expliquer le débordement de ce fleuve. Des trois opinions qui les ont partagés, il y en a deux que je ne juge pas même dignes d'êtred’être rapportées ; aussi ne ferai-je que les indiquer. Suivant la première, ce sont les vents ''<i>étésiens</i>'' qui, repolissait de leur souffle les eaux du ''<i>Nil</i>'', et les empêchant de se porter à la mer, occasionnent la crue de ce fleuve ; mais il arrive souvent que ces vents n'ont point encore soufflé, et cependant le ''<i>Nil</i>'' n'en grossit pas moins. Bien plus, si les vents ''<i>étésiens</i>'' étaient la cause de l'inondationl’inondation, il faudrait aussi que tous les autres fleuves dont le cours est opposé à ces vents éprouvassent la même chose que le ''<i>Nil</i>'', et cela d'autantd’autant plus qu'ils sont plus petits et moins rapides : or, il y a en ''<i>Syrie</i>'' et en ''<i>Libye</i>'' beaucoup de rivières qui ne sont point sujettes à des débordements tels que ceux du ''<i>Nil</i>''.</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/ <u>Histoire d’Hérodote</u>], [http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/euterpe.htm ''<i>Livre II. EUTERPE. XX.</i>''], traduit par [[w:Pierre-Henri_Larcher|Pierre-Henri Larcher]], Charpentier, 1802</div>
 
===== CIX =====
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Récit de l'apportl’apport (supposemment implicite) de la [[w:Histoire_de_la_g%C3%A9om%C3%A9trie|''<i>Géométrie</i>'']] ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:geometry|γεωμετρία / geōmetría]], « géométrie, arpentage »; de γεωμέτρης / geōmétrēs, « arpenteur »; de γῆ / gê, « terre, terrain, pays » + -μετρία / -metría, « mesure »; de μέτρον / métron, « une mesure »)</i>'' en ''<i>Grèce</i>'' depuis l' l’''<i>Égypte</i>'' par '''Thalès'''.</div>
 
 
:'''Texte grec'''
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;"> Κατανεῖμαι δὲ τὴν χώρην [[wikt:en:Αἴγυπτος|'''Αἰγυπτίοισι''']] ἅπασι τοῦτον ἔλεγον τὸν [[wikt:en:βασιλεύς#Ancient_Greek|'''βασιλέα''']], κλῆρον [[wikt:ἴσος|'''ἴσον''']] ἑκάστῳ [[wikt:en:τετράγωνο|'''τετράγωνον''']] διδόντα, καὶ ἀπὸ τούτου τὰς προσόδους ποιήσασθαι, ἐπιτάξαντα ἀποφορὴν ἐπιτελέειν κατ᾽ ἐνιαυτόν. [2] Εἰ δὲ τινὸς τοῦ κλήρου ὁ ποταμός τι παρέλοιτο, ἐλθὼν ἂν πρὸς αὐτὸν ἐσήμαινε τὸ γεγενημένον· ὁ δὲ ἔπεμπε τοὺς ἐπισκεψομένους καὶ ἀναμετρήσοντας ὅσῳ ἐλάσσων ὁ χῶρος γέγονε, ὅκως τοῦ λοιποῦ κατὰ λόγον τῆς τεταγμένης ἀποφορῆς τελέοι. [3] Δοκέει δέ μοι ἐνθεῦτεν [[wikt:en:geometry|'''γεωμετρίη''']] εὑρεθεῖσα ἐς τὴν '''Ἑλλάδα''' ἐπανελθεῖν· πόλον μὲν γὰρ καὶ [[wikt:en:γνώμονας#Greek|''''γνώμονα''']] καὶ τὰ [[wikt:en:δυώδεκα|'''δυώδεκα''']] [[wikt:en:μέρος|'''μέρεα''']] τῆς [[wikt:en:ἡμέρα|'''ἡμέρης''']] παρὰ [[wikt:en:Βαβυλών#grc-nom-pr|'''Βαβυλωνίων''']] ἔμαθον οἱ '''Ἕλληνες'''.</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/ <u>Herodotus, With an English Translation by A. D. Godley</u>], [http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/euterpe.htm ''<i>Book II. EUTERPE. CIX.</i>''], texte établi par [[w:en:A._D._Godley|A. D. Godley]], Cambridge, 1920</div>
 
:'''Traductions'''
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Les prêtres m'ont dit encore que ce [[wikt:en:βασιλεύς#Ancient_Greek|''<i>roi</i>'']]] ''<i>(en grec ancien βᾰσῐλεύς / basileús)</i>'' partagea la contrée entre tous les ''<i>Égyptiens</i>'', donnant à chacun un [[wikt:ἴσος|''<i>égal</i>'']] ''<i>(en grec ancien ῐ̓́σος / ísos)</i>'' [[wikt:en:τετράγωνο|''<i>carré</i>'']] ''<i>(en grec ancien τετράγωνο / tetrágono; de τετρα- / tetra-, « quatre » + γωνία / gōnía, « coin, angle »)</i>'' de terre ; qu'il établit en conséquence ses revenus, fixant la redevance à payer par chacun annuellement. Si le fleuve venait à emporter quelque partie de l'héritagel’héritage d'und’un habitant, celui-ci allait trouver le roi et lui déclarait ce qui était advenu. [[w:Sesostris|'''Sésostris''']] ''<i>(en grec ancien Σέσωστρις / Sésostris)</i>'' alors envoyait des inspecteurs pour mesurer de combien le champ était diminué, afin que l'impôtl’impôt fût réduit, et perçu en proportion de ce qu'il en restait. Il me semble que la ''<i>géométrie</i>'' fut inventée à cette occasion, et qu'elle passa d' d’''<i>Égypte</i>'' en ''<i>Grèce</i>''. Quand au [[w:Cadran_antique|''<i>cadran solaire</i>'']] ''<i>(en grec ancien σκιοθηρικὸν / skiothirikὸn ou σκιακὸν ὡρολόγιον / skiakὸn ὡrolóyion)</i>'', au ''<i>gnomon</i>'' ''<i>(en grec ancien γνώμων / gnōmōn « indicateur, instrument de connaissance »)</i>'' et aux douzes divisions du jour, les ''<i>Grecs</i>'' les ont reçus des ''<i>Babyloniens</i>''.</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f6.item <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>](Neuvième edition), [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112115h/f137.item ''<i>Livre II — EUTERPE, CIX</i>''], traduction par [[w:Pierre_Giguet|Pierre Giguet]], Librairie Hachette et C<sup>ie</sup>, 1913</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Outre, disaient les prêtres, que ledit roi ''<i>Sésostris</i>'' avait départi l' l’''<i>Égypte</i>'' à tous les ''<i>Égyptiens</i>'', baillant à chacun son partage en carré, à la charge d'end’en payer par chacun an rentes et censives<sup>'''1'''</sup>; mais avenant que la rivière gagnât sur la portion de quelqu'un, cestui devait avoir recours vers le roi, et faire entendre sa perte. Adonc étaient envoyés commissaires pour visiter les lieux et mesurer la diminution, afin que le tenancier ne payât dorénavant qu'au prorata<sup>'''2'''</sup>. Par cet acensement, comme je pense, fut inventée ''<i>géométrie</i>'', et de là a été apportée en ''<i>Grèce</i>'' : car, quant est de l'élévationl’élévation du pôle, de l'usagel’usage du quadrant et de la division du jour en douze parts, les ''<i>Grecs</i>'' ont appris les trois des ''<i>Babyloniens</i>''.</div>
:<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><sup>1</sup> Redevances annuelles. — <sup>2</sup> En proportion de ce qui restait.</small>'''</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000008 <u>Histoires d'Hérodoted’Hérodote</u>], [https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001100125108/IMG00000201# ''<i>Livre Second. EUTERPE. CIX.</i>''], traduction de [[w:Pierre_Saliat|Pierre Saliat]], Henri Plon, 1864</div>
 
 
:<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">« Les prêtres me dirent encore que ce même roi fit le partage des terres, assignant à chaque ''<i>Égyptien</i>'' une portion égale de terre, et carrée, qu'on tirait au sort ; à la charge néanmoins de lui payer tous les ans une certaine redevance, qui composait son revenu. Si le fleuve enlevait à quelqu'un une partie de sa portion, il allait trouver le roi, et lui exposait ce qui était arrivé. Ce prince envoyait sur les lieux des arpenteurs pour voir de combien l'héritagel’héritage était diminué, afin de ne faire payer la redevance qu'à proportion du fonds qui restait. Voilà, je crois, l'originel’origine de la ''<i>géométrie</i>'', qui a passé de ce pays en Grèce<sup>'''1'''</sup>. A l'égardl’égard du ''<i>gnomon</i>'' du pôle, ou ''<i>cadran solaire</i>'', et de la division du jour en douze parties, les ''<i>Grecs</i>'' les tiennent des ''<i>Babyloniens</i>''.</div>
:<div style="text-align: center; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''<small><sup>1</sup> Pamphile raconte que Thalès de Milet apprit la ''<i>géométrie</i>'' des ''<i>Égyptiens</i>'' et qu'il en apporta la connaissance en ''<i>Grèce</i>''. ([[w:Diog%C3%A8ne_La%C3%ABrce|Diogène Laërce]], liv. 1.).</small>'''</div>
:<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;">[http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/ <u>Histoire d’Hérodote</u>], [http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/euterpe.htm ''<i>Livre II. EUTERPE. CIX.</i>''], traduit par [[w:Pierre-Henri_Larcher|Pierre-Henri Larcher]], Charpentier, 1802</div>
 
=== [[w:Dialogues_de_Platon#Le_problème_de_la_chronologie_des_dialogues|Période de jeunesse]] ''<i>([[w:399_av._J.-C.|-399]]/[[w:390_av._J.-C.|-390]])</i>'' <sup>[[w:Années_390_av._J.-C.|🏺]]</sup> ===
Il n'y a aucun accord des spécialistes sur la périodisation des [[w:Dialogues_de_Platon|dialogues de Platon]], aucun critère n'apparaissant suffisamment probant, et les classifications sont ainsi toutes plus ou moins spéculatives. Une manière de détailler cette succession (mais non la périodisation) est proposée par [[w:Luc_Brisson|Luc Brisson]] (directeur de recherche au Centre Jean Pépin du CNRS, et considéré comme l'unl’un des meilleurs spécialistes contemporains de Platon).
 
 
<div style="text-align: right; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 0em;"><u>[[s:Œuvres_de_Platon,_traduites_par_Victor_Cousin|Œuvres de Platon]]</u>, [[s:Page:Platon_-_Œuvres,_trad._Cousin,_IX_et_X.djvu/405|Tome Dixième]], ''<i>[[s:Page%3APlaton_-_Œuvres%2C_trad._Cousin%2C_IX_et_X.djvu/651|La République, 600a]]</i>'', traduction par [[w:Victor_Cousin|Victor Cousin]], Rey et Gravier, Librairies, 1834<br />(également disponible [http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/cousin/rep10.htm#03a '''ici'''] et [https://archive.org/details/bub_gb_pfoSFuT61LIC/page/n251/mode/2up '''là'''])</div></poem>
 
=== [[w:Dialogues_de_Platon#Le_problème_de_la_chronologie_des_dialogues|Période d'autod’auto-critique]] ''<i>([[w:370_av._J.-C.|-370]]</i>'' <sup>[[w:Années_360_av._J.-C.|🏺]]</sup>''<i>/[[w:358_av._J.-C.|-358]]</i>'' <sup>[[w:Années_350_av._J.-C.|🏺]]</sup>''<i>)</i>'' ===
 
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">Ensemble de quatorze livres écrits par Aristote, rassemblés et organisés après sa mort par le bibliothécaire [[w:Andronicos_de_Rhodes|'''Andronicos''']] '''de''' [[w:Rhodes#Mythologie|'''Rhodes''']]<sup>'''I'''</sup> ''<i>(en grec ancien [[wikt:en:Ἀνδρόνικος#Ancient_Greek|Ἀνδρόνικος]] / Andrónikos; de ᾰ̓νδρο- / andro-, « homme » +‎ νῑ́κη / nī́kē, « victoire » +‎ suffixe nominal d'actions -ος / -os; « l'homme victorieux »)</i>'', qui leur donna le titre [[w:Métaphysique_(Aristote)|''<i>Métaphysique</i>'']]. '''Aristote''' n'employe jamais ce terme, mais plutôt ''<i>« philosophie première », la science des causes premières, des premiers principes et de l'être en tant qu'être aussi appelé [[w:Ontologie_(philosophie)|''<i>ontologie</i>'']] (terme du milieu du XVII<sup>e</sup> siècle ; emprunté du latin scientifique ontologia ; d’onto-, tiré du grec ancien ὤν / ôn « étant, ce qui est » + -logia, tiré du grec ancien λόγος / logos « discours, traité »)</i>''.</div>
'''<small><sup>I</sup> En grec ancien ὁ [[wikt:en:Ῥόδος#Ancient_Greek|Ῥόδιος]] / ho Rhódios; 4 possibilités étymologiques :''' </div></poem>
:*<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''soit il s'agits’agit d'und’un nom en [[w:Préhellénique_A|''<i>Préhellénique A</i>'']], tiré du [[w:Phénicien|''<i>phénicien</i>'']] 𐤄𐤓𐤏𐤃‎, hrʿd, « serpent » faisant référence aux serpents qui y auraient habité dans les temps anciens. '''</div>
:*<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''soit de ῥοία / rhoía, « grenade, fruit du grenadier »; de ῥέω / rhéō, « couler, (d'und’un fluide) se déplacer de manière régulière et continue » +‎ le suffixe adjectival -ίᾱ / -íā. '''</div>
:*<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''soit de όδον / rhódon, « rose ». '''</div>
:*<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">'''soit de [[w:Rhodé|Ῥόδη / Rhódê ou Ῥόδος / Rhódos]], « Rhodé ou Rhodos » divinité marine de la mythologie grecque, épouse du [[w:Titan_(mythologie)|titan]] [[w:Hélios|Hélios]] (en grec ancien Ἥλιος / Hêlios; de ἥλῐος / hḗlios, « le soleil, l'estl’est, la journée, l'ensoleillementl’ensoleillement », divinité tutélaire de Rhodes, et fille de [[w:Poséidon|'''Poséidon''']] (en grec ancien Ποσειδῶν / Poseidỗn).</small>'''</div>
 
 
 
----
=== [[w:De_l%27âme|De l'âmel’âme]] ===
<poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 1em; margin-right: 1em;">''<i>(en grec ancien Περὶ Ψυχῆς / Peri psychès; avec [[wikt:περί#Grec_ancien|περί / perí]] (+ génitif), « autour de, pour (au sujet de, en vue de), par-dessus, au-dessus de » et le génitif singulier de [[wikt:en:ψυχή#Ancient_Greek|ψυχή / psūkhḗ]], « souffle de vie, âme, esprit » mais aussi « papillon », symbole de l’immortalité de l’âme chez les Anciens; déverbal de ψύχω / psúkhō, « souffler »)</i>''</div>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small>Célèbre géomètre, physicien et mathématicien ([[w:287_av._J.-C.|-287]], à ''<i>Syracuse</i>'' — [[w:212_av._J.-C.|-212]], à ''<i>Syracuse</i>'') <sup>[[w:IIIe_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>.</small>'''</div>
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small><span id="Périclès"><sup>II</sup>En grec ancien [[wikt:Περικλῆς#Grec_ancien|Περικλῆς / Periklễs]]; de περί / perí, « autour » + κλέος / kléos, « gloire »; Stratège, orateur et homme d'Étatd’État [[w:Démocratie_athénienne|''<i>athénien</i>'']] ([[w:495_av._J.-C.|-495]], à ''<i>Athènes</i>'' — [[w:429_av._J.-C.|-429]], à ''<i>Athènes</i>'') <sup>[[w:Ve_siècle_av._J.-C.|🏺]]</sup>.</small>'''</div>
 
 
:'''Traductions'''
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XIV.''' [[w:Lucius_Furius_Philus|'''Philus''']] prenant la parole : Je ne vous présenterai, dit-il, rien de nouveau, ni découverte, ni pensée qui m'appartienne; car voici ce dont je me souviens. [[w:Caius_Sulpicius_Gallus|'''Sulpicius Gallus''']] [[#Caius_Sulpicius_Gallus|<sup>'''1'''</sup>]], homme d'une profonde doctrine, comme vous le savez, entendant un jour le récit d'un prodige semblable, et se trouvant chez [[w:Marcus_Claudius_Marcellus_(consul_en_-51)|'''Marcellus''']], qui avait été son collègue dans le consulat, demanda qu'on lui mit sous les yeux un globe céleste [[#Anticythere|<sup>'''I'''</sup>]], que [[w:Marcus_Claudius_Marcellus_(consul_en_-222)|l'aïeul de '''Marcellus''']] avait autrefois enlevé après la prise de [[w:Syracuse#Période_romaine|''<i>Syracuse</i>'']], du milieu de cette magnifique et opulente ville, sans rapporter dans sa maison d'autre butin d'une si grande conquête. J'avais entendu souvent citer cette sphère, à cause de la grande renommée d'[[w:Archimède|'''Archimède''']]. L'aspect ne m'en parut pas fort remarquable. Il en existait une autre [[#Anticythere|<sup>'''I'''</sup>]], d'une forme plus élégante et plus connue du vulgaire, ouvrage du même '''Archimède''', et placée par le même '''Marcellus''' à [[w:Rome_antique|''<i>Rome</i>'']], dans le [[w:Pudicitia#Les_temples|''<i>temple de la Vertu</i>'']]. Mais sitôt que '''Gallus''' eut commencé d'expliquer avec une haute science la composition de cette machine, je jugeai qu'il y avait eu dans le géomètre [[#géomètre|<sup>'''2'''</sup>]] sicilien un génie supérieur à ce qui semblait la portée de l'humaine nature. '''Gallus''' nous disait, que cette autre sphère solide et compacte était d'une invention fort ancienne, et que le premier modèle en avait été donné par '''Thalès de Milet'''; que, dans la suite, [[w:Eudoxe_de_Cnide|'''Eudoxe de Gnide''']], disciple de [[w:Platon|'''Platon''']], avait tracé sur ses contours les astres attachés à la voûte des cieux; et que beaucoup d'années après, empruntant à '''Eudoxe''' ce dessin et cette belle ordonnance, [[w:Aratos_de_Soles|'''Aratus''']] leur avait donné l'éclat des vers, sans avoir lui-même la connaissance de l'astronomie, et par la seule force de son instinct poétique. Il ajoutait que cette configuration de la sphère, qui représente les mouvemens de la lune, du soleil, et des cinq [[w:Planète#Étymologie|''<i>étoiles nommées errantes ou irrégulières</i>'']] [[#Planètes|<sup>'''II'''</sup>]], n'avait pu s'appliquer à ce premier globe d'une forme solide; et que l'art merveilleux d'd’'''Archimède''' était d'avoir tellement combiné sa nouvelle sphère, que dans le jeu de mouvemens disparates, une seule impulsion déterminait des résultats inégaux et variés. En effet,''' Gallus''' touchait-il cette sphère [[#sphere|<sup>'''3'''</sup>]], on voyait, sur sa surface, la lune remplacer le soleil par un tour de cercle, autant de fois qu'elle le remplace dans les cieux par l'intervalle d'un jour; d'où il résultait que la disparition du soleil s'y trouvait marquée comme dans les cieux, et que la lune touchait le point où elle est obscurcie par l'ombre de la terre, à l'instant où le soleil reparaissait sur l'horizon, etc. [[#etc|<sup>'''4'''</sup>]]</div>
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XVI.''' On raconte même d’une manière à peu-près semblable, que, dans cette grande guerre où les ''<i>Athéniens</i>'' et les ''<i>Lacédémoniens</i>'' luttèrent ensemble avec une si violente animosité, ce fameux '''Périclès''', le premier homme de son pays par le crédit, l’éloquence et le génie politique, voyant les ''<i>Athéniens</i>'' préoccupés d’une excessive frayeur, à la suite d’une éclipse de soleil qui avait répandu tout d’un coup les ténèbres, leur enseigna ce qu’il avait lui-même appris à l’école d’'''Anaxagore'''; que de semblables effets arrivaient dans un intervalle précis et nécessaire, lorsque la lune se trouvait placée toute entière sous le soleil; et que par ce motif, bien qu’il n’en fût pas ainsi à tous les commencemens de mois, cela ne pouvait jamais avoir lieu qu’à des renouvellemens de la lune. Ayant démontré cette vérité par le raisonnement, il délivra le peuple de ses craintes. Car c’était alors un système nouveau et inconnu, que celui de l’obscurcissement du soleil par l’interposition de la lune; et l’on dit que '''Thalès de Milet''' l’avait entrevu le premier; mais dans la suite cette notion ne fut pas ignorée même de notre '''Ennius''', qui écrit que vers l’an 35o de la fondation de ''<i>Rome</i>'', aux nones de juin,</div>
<table align=center style="margin-left: 4em; margin-right: 4em;">
<tr>
<td style="text-align: justify; margin-left: 4em; margin-right: 4em;">'''<small><span id="Caius_Sulpicius_Gallus">[https://archive.org/details/larpubliquedeci00maigoog/page/n209/mode/2up <sup>1</sup>]</span> Cicéron nomme plusieurs fois ce Gallus, pour sa science et sa passion de l'astronomiel’astronomie. — [http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre2.htm <u>Pline, liv. II, ch. xix</u>], le cite comme partageant l'opinionl’opinion de Pythagore, que la terre est éloignée de la lune de 126,000 stades, et que sa distance du soleil est double de ce nombre.</small>'''</td>
</tr>
<tr>
</tr>
<tr>
<td style="text-align: justify; direction: ltr;">'''<small><span id="géomètre"><sup>2</sup></span> On sait que ce fut Cicéron qui, curieux de toute espèce d’étude et de gloire, rechercha et découvrit, à ''<i>Syracuse</i>'', la sépulture d’Archimède, oubliée dans un lieu désert, entourée de ronces, et reconnaissable seulement par la figure d'uned’une sphère qui surmontait le tombeau.</small>'''</td>
</tr>
<tr>
</tr>
<tr>
<td style="text-align: justify; direction: ltr;">'''<small><span id="sphere">[https://archive.org/details/larpubliquedeci00maigoog/page/n209/mode/2up <sup>3</sup>]</span> Cette sphère, à l'exactitudel’exactitude près, ressemblait, comme l'onl’on voit, à la sphère mobile que les Anglais ont appelée [[w:en:Orrery|''<i>Orery</i>'']], du nom d'und’un célèbre protecteur des sciences, qui fit construire cette machine : « C'est, dit [[w:Voltaire|Voltaire]], une très-faible copie de notre monde<br />« planétaire et de ses révolutions. La période même du change-<br />« ment des solstices et des équinoxes, qui nous amène, de jour<br />« en jour, une nouvelle étoile polaire, cette période, cette course<br />« si lente d'environd’environ vingt-six mille ans, n'a pu être exécutée par<br />« des mains humaines, dans nos ''<i>Orery</i>''. Cette machine est très-<br />« imparfaite; il faut la faire tourner avec une manivelle. Cepen-<br />« dant c'est un chef-d'œuvred’œuvre de l'habiletél’habileté de nos artisans. Jugez<br />« donc quelle est la puissance, quel est le génie de l'éternell’éternel Ar-<br />« chitecte, si l'onl’on peut se servir de ces termes impropres, si mal<br />« assortis à l'Êtrel’Être suprême ! » [[#Voltaire_Histoire_de_Jenni|<sup>📚</sup>]] La science actuelle parlerait avec moins de respect de ces ''<i>Orery</i>''; mais on concevra sans peine quelle admiration devait inspirer, dans la peu savante et ingénieuse antiquité, la première ébauche d'und’un semblable travail.</small>'''</td>
</tr>
<tr>
 
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;"><small><span id="Voltaire_Histoire_de_Jenni"><sup>📚</sup></span> [[s:Livre:Voltaire_-_Œuvres_complètes_Garnier_tome21.djvu|<u>Œuvres complètes de Voltaire. Volume 21. Romans.</u>]] [[s:L’Histoire_de_Jenni_ou_le_Sage_et_l’Athée|<u>L’Histoire de Jenni ou le Sage et l’Athée</u>]], [[s:L’Histoire_de_Jenni_ou_le_Sage_et_l’Athée/Chapitre_VIII|''<i>Chapitre VIII. Dialogue de Freind et de Birton sur l'athéismel’athéisme</i>'']], [[s:Page%3AVoltaire_-_Œuvres_complètes_Garnier_tome21.djvu/580|p.554]], Garnier, 1877</small></div>
 
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small><span id="Archimède"><sup>I</sup> Dont subsiste un potentiel exemplaire récent de plus d'und’un siècle, nommé [[w:Machine_d%27Anticythère|<u>Machine d'Anticythèred’Anticythère</u>]] puisque découvert au large de cette île grecque en 1901 dans une [[w:Épave_d%27Anticythère|''<i>épave d'und’un navire de charge romain</i>'']] qui a fait naufrage au deuxième quart du I<sup>er</sup> siècle avant notre ère.</small>'''</div>
 
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 0em; margin-right: 0em;">'''<small><span id="Planètes">[[wikt:en:planet#English|<sup>II</sup>]] Du latin [[wikt:en:planeta#Latin|planeta, planetes]]; du grec ancien [[wikt:enπλανήτης#Ancient_Greek|πλανήτης / planḗtēs]], « errant »; [[wikt:ellipse|''<i>ellipse</i>'']] de πλάνητες ἀστέρες / plánētes astéres, « étoiles errantes »; de [[wikt:en:πλανάω#Ancient_Greek|πλανάω / planáō]], « errer, s'égarers’égarer » et de [[wikt:en:πλανάω#Ancient_Greek|ᾰ̓στήρ / astḗr]], « corps céleste ».</small>'''</div>
 
 
 
<poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''XIV.''' Ce que je vous dirai, reprit '''Philus''', n'est pas nouveau; je n'en suis pas l'inventeur et ma mémoire seule en fera les frais. Je me souviens que '''C. Sulpicius Gallus''', un des plus savants hommes de notre pays, comme vous ne l'ignorez pas, s'étant rencontré par hasard chez '''M. Marcellus''', qui naguère avait été consul avec lui, la conversation tomba sur un prodige exactement semblable; et que '''Gallus''' fit apporter cette fameuse sphère, seule dépouille dont l'aïeul de '''Marcellus''' voulut orner sa maison après la prise de ''<i>Syracuse</i>'', ville si pleine de trésors et de merveilles. J'avais souvent entendu parler de cette sphère qui passait pour le chef-d'œuvre d'd’'''Archimède''', et j'avoue qu'au premier coup d'oeil elle ne me parut pas fort extraordinaire. '''Marcellus''' avait déposé dans le ''<i>temple de la Vertu</i>'' une autre sphère d'd’'''Archimède''', plus connue du peuple et qui avait beaucoup plus d'apparence. Mais lorsque '''Gallus''' eut commencé à nous expliquer, avec une science infinie, tout le système de ce bel ouvrage, je ne pus m'empêcher de juger qu'il y avait eu dans ce Sicilien un génie d'une portée à laquelle la nature humaine ne me paraissait pas capable d'atteindre. '''Gallus''' nous disait que l'invention de cette autre sphère solide et pleine remontait assez haut, et que '''Thalès de Milet''' en avait exécuté le premier modèle; que dans la suite '''Eudoxe de Cnide''', disciple de '''Platon''', avait représenté à sa surface les diverses constellations attachées à la voûte du ciel ; et que, longues années après, '''Aratus''', qui n'était pas astronome, mais qui avait un certain talent poétique, décrivit en vers tout le ciel d'd’'''Eudoxe'''. Il ajoutait que, pour figurer les mouvements du soleil, de la lune et des cinq étoiles que nous appelons errantes, il avait fallu renoncer à la sphère solide, incapable de les reproduire, et en imaginer une toute différente; que la merveille de l'invention d'd’'''Archimède''' était l'art avec lequel il avait su combiner dans un seul système et effectuer par la seule rotation tous les mouvements dissemblables et les révolutions inégales des différents astres. Lorsque '''Gallus''' mettait la sphère en mouvement, on voyait à chaque tour la lune succéder au soleil dans l'horizon terrestre, comme elle lui succède tous les jours dans le ciel ; on voyait parconséquent, le soleil disparaître comme dans le ciel, et peu à peu la lune venir se plonger dans l'ombre de la terre, au moment même où le soleil du côté opposé.....</div></poem>
<div style="text-align: center; direction: ltr;">(''<i>Il manque ici huit pages dans le manuscrit, selon '''Angelo Mai'''</i>'').</div>
 
 
<poem>
<div style="text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''VI.''' — '''Philus'''. — Ce que je vous dirai n'est pas nouveau, rien là ne m'appartient, c'est un simple souvenir.</div><div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''S. Gallus''', un savant, vous ne l'ignorez pas, se trouvait un jour chez '''Marcellus''', son ancien collègue du consulat, et, entendant parler d'un phénomène semblable, il fit apporter la sphère céleste que l'aïeul de '''Marcellus''' se réserva jadis comme le seul monument de sa victoire à la prise de l'opulente et magnifique ''<i>Syracuse</i>''.</div><div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">J'avais entendu souvent citer cette sphère, à cause de la grande renommée d'd’'''Archimède''', et je n'y trouvai rien de remarquable au premier abord; elle me parut même inférieure à cet autre globe, plus connu, du même Sicilien, et que Marcellus aussi consacra dans le ''<i>temple de la Vertu</i>''. Mais aussitôt que '''Gallus''', avec sa science profonde, eut commencé l'explication de ces rouages admirables, je reconnus à l'habile inventeur un génie vraiment surhumain.</div><div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''Gallus''' nous apprit que la sphère solide et pleine est une ancienne invention due à '''Thalès de Milet'''; dans la suite, '''Eudoxe de Gnide''', disciple de Platon, traça, paraît-il, les constellations suspendues à la voûte des cieux; puis longtemps après, empruntant le système d'd’'''Eudoxe''', '''Aratus''', étranger à l'astronomie, mais inspiré par la seule force de son instinct poétique, chanta dans ses vers l'admirable ordonnance des corps célestes.</div><div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''Gallus''' ajoutait que le genre de sphère qui retrace la marche du soleil, de la lune et des cinq étoiles nommées errantes ou irrégulières, était bien différent de la sphère solide, à laquelle ne pouvaient s'appliquer les mêmes évolutions, et l'art merveilleux d'd’'''Archimède''' était d'avoir si bien combiné sa nouvelle œuvre que, dans le jeu de mouvements disparates, une seule impulsion donnait le cours inégal et différent de tous les astres.</div><div style="text-indent: 18px; text-align: justify; direction: ltr; margin-left: 2em; margin-right: 2em;">'''Gallus''', en effet, touchait-il à cette sphère, chaque tour de cercle amenait la lune à la place du soleil, comme elle lui succède toutes les nuits au firmament, puis encore, de même qu'au ciel, tantôt le soleil disparaissait, tantôt la lune tombait dans l'ombre de la terre, quand le soleil reparaissait à l'horizon...</div>
</poem>
 
:Quos prudentes possumus dicere, id est providentes, divinos nullo modo possumus, non plus quam Milesium Thalem, qui, ut obiurgatores suos convinceret ostenderetque etiam philosophum, si ei commodum esset, pecuniam facere posse, omnem oleam, ante quam florere coepisset, in agro Milesio coemisse dicitur. 112Animadverterat fortasse quadam scientia olearum ubertatem fore. Et quidem idem primus defectionem solis, quae Astyage regnante facta est, praedixisse fertur.
 
:De tels hommes nous pouvons les appeler des calculateurs prudents, c'est-à-dire prévoyants, ce ne sont nullement des devins, non plus que Thalès de Milet qui, pour confondre les railleurs et leur montrer qu'un philosophe pouvait, s'ils’il le jugeait bon, gagner de l'argentl’argent, avait acheté, dit-on, avant la floraison des oliviers toute la récolte d'huile du territoire milésien. Ses observations lui avaient permis de reconnaître qu'elle serait abondante. C'est le même Thalès qui passe pour avoir, le premier, prédit une éclipse de soleil, celle qui eut lieu sous le règne d'Astyage. (traduction Charles Appuhn, Paris, Garnier, 1935)
 
=== De la nature des dieux, I, X, 25 ===
:Thales enim Milesius, qui primus de talibus rebus quaesivit, aquam dixit esse initium rerum, deum autem eam mentem, quae ex aqua cuncta fingeret [...]
 
:Thalès de Milet, qui ouvre la marche dans les recherches de cette nature, fit de l'eaul’eau le principe de toutes choses, son dieu était l'intelligencel’intelligence qui de cet élément les façonne.
 
=== République I, 22 ===
362

modifications