« Planétologie/Les chutes d'astéroïdes » : différence entre les versions

m
m (orthotypos)
La lumière d'un météore a deux origines. La première est que le gaz émis lors de la vaporisation brille intensément. La seconde est que la surface du météore, qui est comme chauffée à blanc, brille elle aussi. La grosse majorité du rayonnement provient des gaz émis et de l'ionisation de l'air. Ce qui explique que la couleur de la boule de feu dépend de la composition chimique du météore. Certains météores ont une jolie couleur blanche/orangée, d'autres une couleur bleue, verte, voire rouge.
 
Dans les équations précédentes, le terme d'énergie de rayonnement rendait compte seulement de la brillance de la surface du météore, mais pas du tout de la brillance du gaz vaporisé. Pour cette dernière, on ne peut que supposer qu'elle est proportionnelle à lal'énergie quantitécinétique dedu gazmétéore. émiseA durantchaque une durée quelconque. Plus précisémentinstant, elleune dépendpartie de l'énergie cinétique dedu cemétéore gaz.est Entransformée notanten <math>dmradiation \over(par dt</math>l'intermédiaire de la massevaporisation émisedu sousmétéore forme deen gaz). durant une durée dt, lL'énergieintensité de rayonnementla du gazlumière est donc égale, par définition, à :
 
: <math>I = \tau \cdot \frac{d E_c}{dt}</math>, avec <math>\tau</math> la partie de l'énergie cinétique du météore qui est convertie en radiation, et <math>E_c</math> l'énergie cinétique du météore.
: <math>I \propto \frac{v^2}{2} \frac{dm}{dt}</math>
 
Par définition, on a <math>E_c = \frac{1}{2} m v^2</math>. En injectant dans l'équation précédente, on trouve :
 
: <math>I = \tau \cdot \frac{d}{dt} \left( \frac{1}{2} m v^2 \right)</math>
 
On peut sortir les constantes de la dérivée et simplifier :
 
: <math>I = \frac{\tau}{2} \frac{d}{dt} \left( m v^2 \right)</math>
 
On applique la formule de la dérivée d'un produit :
 
: <math>I = \frac{\tau}{2} \left( m \frac{d v^2}{dt} + v^2 \frac{dm}{dt} \right)</math>
 
Si on considère que la vitesse du météore est constante, on trouve la formule suivante :
 
: <math>I = \tau \proptocdot \frac{v^2}{2} \frac{dm}{dt}</math>
 
====Les étoiles filantes : des petits météores qui se vaporisent sous l'effet de la chaleur====
41 129

modifications