Différences entre les versions de « Les cartes graphiques/Les unités de gestion de la géométrie »

m
Chaque triangle dans le tampon d'indices est codé non pas par ses trois coordonnées, mais par trois indices. Un indice est tout simplement un numéro qui indique la position du sommet dans le tampon de sommet. On pourrait se demander pourquoi ne pas utiliser les coordonnées du sommet directement. La raison est que les sommets étant partagés entre plusieurs triangle, il y aurait beaucoup de redondance. Si un sommet est partagé entre N triangles, les coordonnées du sommets seraient copiés en N exemplaires. Avec la technique du tampon d'indice, les coordonnées sont codées en un seul exemplaire, mais le tampon d'indice contiendra N exemplaires de l'indice. Dit comme cela, on ne voit pas vraiment où se trouve le gain en mémoire. On se retrouve avec deux tableaux : un pour les indices, un pour les vertices. Sauf qu'un indice prend moins de place qu'un sommet : entre un indice et trois coordonnées, le choix est vite fait. Et entre 7 exemplaires d'un sommets, et 7 exemplaire d'un indice et un sommet associé, le gain en mémoire est du côté de la solution à base d'index.
 
: On pourrait remplacer les indices par des pointeurpointeurs, ce qui donnerait un cas particulier d'une structure de données connue sous le nom de vecteur de Liffe. Mais ce n'est pas très pratique et n'est pas utilisé dans le domaine du rendu 3D.
 
Avec un tampon d'indices, un sommet peut être chargé plusieurs fois depuis la mémoire vidéo. Pour exploiter cette propriété, les cartes graphiques intercalent une mémoire cache pour mémoriser les sommets déjà chargés : le '''cache de sommets'''. Chaque sommet est stocké dans ce cache avec son indice en guise de Tag. Sur les cartes graphiques assez anciennes, ce cache est souvent très petit, à peine 30 à à 50 sommets. Pour profiter le plus possible de ce cache, les concepteurs de jeux vidéo peuvent changer l'ordre des sommets en mémoire.
37 625

modifications