Différences entre les versions de « Les cartes graphiques/Les unités de gestion de la géométrie »

m
* Vient ensuite une '''phase de traitement de la géométrie''', où les sommets sont assemblés en triangles, points, lignes, en polygones. Ces formes géométriques de base sont ensuite traitées telles quelles par la carte graphique. Sur les cartes graphiques récentes, cette étape peut être gérée par le programmeur : il peut programmer les divers traitements à effectuer lui-même.
 
==InputL'''input assembler''==
 
Avant leur traitement, les objets géométriques présents dans la scène 3D sont mémorisés dans la mémoire vidéo, sous une forme plus ou moins structurée. Rappelons que les objets 3D sont représentés comme un assemblage de triangles collés les uns aux autres, l'ensemble formant un maillage. La position d'un triangle est déterminée par la position de chacun de ses sommets. Avec trois coordonnées x, y et z pour un sommet, un triangle demande donc 9 cordonnées. De plus, il faut ajouter des informations sur la manière dont les sommets sont reliés entre eux, quel sommet est relié à quel autre, comment les arêtes sont connectées, etc. Toutes ces informations sont stockées dans un tableau en mémoire vidéo : le '''tampon de sommets'''.
Avant leur traitement, les sommets sont stockées dans un tableau en mémoire vidéo : le '''tampon de sommets'''. L'input assembler va charger les sommets dans les unités de traitement des sommets. Pour ce faire, il a besoin d'informations mémorisées dans des registres, à savoir l'adresse du tampon de sommets en mémoire, sa taille et éventuellement du type des données qu'on lui envoie (sommets codées sur 32 bits, 64, 128, etc).
 
AvantL'''input leurassembler'' traitement,charge les sommetsinformations, sont stockéesprésentes dans un tableau en mémoire vidéo : le '''tampon de sommets'''. L'input assembler va charger les sommetssommet, dans les unités de traitement des sommets. Pour ce faire, il a besoin d'informations mémorisées dans des registres, à savoir l'adresse du tampon de sommets en mémoire, sa taille et éventuellement du type des données qu'on lui envoie (sommets codées sur 32 bits, 64, 128, etc).
 
[[File:Input assembler.png|centre|vignette|upright=2.0|Input assembler]]
 
CetteLe étapecontenu du tampon de chargementsommet estdépend de la sourcereprésentation utilisée. Il y a plusieurs manières de quelquesstructure optimisationsles bienvenuesinformations dans le tampon de sommet, pourqui ont des avantages et inconvénients divers. Toutes ces représentations cherchent à résoudre un problème bien précis : comment indiquer comment les cassommets doivent être reliés entre triangles. Le point crucial est qu'un sommet est réutiliséetrès danssouvent partagé par plusieurs triangles. Par exemple, prenez le cube de l'image ci-dessous. Le sommet rouge du cube appartient aux 3 faces grise, jaune et bleue, et sera présent en trois exemplaires dans le tampon de sommets : un pour la face bleue, un pour la jaune, et un pour la grise. Pour éviter ce gâchis, les concepteurs d'API et de cartes graphiques ont inventé des techniquesreprésentations pour les maillages, qui visent à limiter la consommation de mémoire ou faciliter la traversée du tampon de sommet.
 
[[File:Cube colored.png|centre|vignette|Cube en 3D]]
37 625

modifications