Différences entre les versions de « Photographie/Fabricants/Royer/Savoyflex I »

m
'''Obturateur'''. Quoique lui-même fabricant d’obturateurs, Royer a adopté pour son reflex le Prontor Reflex, un mécanisme de grande diffusion mis au point et produit en Allemagne de l’ouest par [[Photographie/Fabricants/Gauthier|Gauthier]]. On le trouve à l’identique ou presque sur les Zeiss Ikon [[Photographie/Fabricants/Zeiss Ikon/Zeiss Ikon Contaflex Alpha| Contaflex Alpha]] (1957), [[Photographie/Fabricants/Zeiss Ikon/Zeiss Ikon Contaflex Beta|Beta]] (1957) et Prima (1959) et l’[[Photographie/Fabricants/Agfa/Agfa Colorflex|Agfa Colorflex]] (1958).
 
'''Miroir escamotable'''. Les Savoyflex ont été parmi les premiers reflex à disposer du retour automatique du miroir après la prise de vue : l’image réapparaît dans le viseur sans qu’il soit besoin de réarmer. L’escamotage du miroir n’est pas pour autant instantané. C’est l’enfoncement du bouton déclencheur qui l’entraîne dans son mouvement. Il en résulte un déclenchement à longue course d’autant plus gênant que, pendant tout ce temps, l’image disparaît du viseur. Ce défaut sera corrigé en 1962 sur les [[Photographie/Fabricants/Royer/Savoyflex II|Savoyflex IIE]] et [[Photographie/Fabricants/Royer/Savoyflex III|IIIE]] (E comme « éclair »), reconnaissables par la présence d’un bouton de blocage du miroir à gauche de l’oculaire devenu indispensable pour les poses longues.
 
'''Indices de lumination'''. Les bagues des diaphragmes (22-16-11-8-5,6-4-2,8) et des vitesses (1-1/2-1/4-1/8-1/15-1/30-1/60-1/125-1/300 s) sont conjuguées et solidaires l’une de l’autre. Tournées ensemble, elles compensent leurs effets. Un poussoir porté par la bague des diaphragmes permet de les tourner séparément. Leur position relative est graduée en indices de lumination (de 3 à 17).
246

modifications