Différences entre les versions de « Photographie/Fabricants/Optique et Précision de Levallois/Focaflex »

Quelques liens internes
(Quelques liens internes)
| pays de fabrication = France
| disponibilité = 1959-1962 (années de production)
| prix = 605,60 FF en 1960 (prix: conseilléde par480,00 le fabricant) ;FF (tarif PhotoGrenier-HallNatkin)<ref>Catalogue :Grenier-Natkin, 4951960,00 FFp. en98 sur 1962<ref>http://www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/html/affichage_une_page?chemin_image=../../gestion_catalogue/images/12614296161312293231.jpg&id_catalogue=11310&nom=Grenier-Natkin&annee=1960&page=98</ref> à 605,60 FF (prix conseillé par le fabricant)
 
| format de film = 135
| construction du boîtier = châssis en alliage d'aluminium (Aluvac) moulé sous pression anodisé noir (listels émaillés noir) ; dos amovible en alliage d’aluminium embouti ; double capot en laiton anodisé noir (capot intérieur) et chromé mat (capot extérieur) ; semelle chromée mat ; gainage synthétique inaltérable noir
'''Objectif''' : l’Oplar Color f /2,8 à 4 lentilles du Focaflex, intermédiaire entre le Neoplar f/2,8 des Focasport I et l’Oplar f/2,8 des Foca PF et U, est analogue à celui qui équipe le Focasport II (à une légère différence de focale près) mais avec une mise au point par déplacement de la seule lentille frontale qui en altère un peu les performances aux courtes distances. Il est remplacé courant 1962 par l’Oplex Color, pratiquement identique (nouveaux verres<ref> Bernard Vial, Prestige de la photographie, 1980 : http://www.foca-collection.fr/pages_prestige/prestige_photo8.html</ref> ? traitement antireflets différents<ref>Site de Gilles Delahaye, à propos des objectifs du Focaflex II : http://www.foca-collection.fr/ Foca-collection.fr</ref> ?).
 
'''Concurrence''' : « premier des reflex 24x36 français » à en croire la publicité de l’époque, le Focaflex était talonné en 1960 par les [[Photographie/Fabricants/Royer/Savoyflex I|Savoyflex]] I]], II et III sortis quelques mois plus tôt. Ces derniers ne manquaient pas d’atouts (compléments optiques, option automatique débrayable) pour séduire l’amateur qui, tant que la concurrence allemande et japonaise restait contenue, pouvait pardonner quelques faiblesses techniques (longue course du déclenchement, principalement). Un grand magasin parisien tel que Grenier-Natkin proposait ces nouveautés dans la même gamme de prix que les Foca télémétriques à objectifs interchangeables : 480 FF pour le Focaflex, 500 FF, 555 FF et 830 FF pour les Savoyflex I, II et III<ref>Catalogue Grenier-Natkin, 1960, p. 98 sur http://www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/html/affichage_une_page?chemin_image=../../gestion_catalogue/images/1312293231.jpg&id_catalogue=11310&nom=Grenier-Natkin&annee=1960&page=98</ref>, 550 FF pour un Foca PF3L avec Oplar f/2,8, 810 FF pour un Foca UR avec Oplarex f/1,9<ref> Catalogue Grenier-Natkin, 1960, p. 46 sur http://www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/html/affichage_une_page?chemin_image=../../gestion_catalogue/images/1312293156.jpg&id_catalogue=11258&nom=Grenier-Natkin&annee=1960&page=46</ref>. Ces prix étaient loin d’être modiques quand on sait que le salaire minimum légal (SMIG) était alors de 220 FF par mois<ref>https://fr.wikipedia.org/wiki/Salaire_minimum_interprofessionnel_de_croissance</ref>. Mais les autres reflex vendus par cette même maison, tous allemands ou suisses, à objectifs interchangeables et d’excellente réputation, affichaient des tarifs autrement plus élevés : de 750 FF ([[Photographie/Fabricants/Ihagee/Ihagee Exa II|Exa]] II]])<ref>Catalogue Grenier-Natkin, 1960, p. 19 : http://www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/html/affichage_une_page?chemin_image=../../gestion_catalogue/images/1312293089.jpg&id_catalogue=11231&nom=Grenier-Natkin&annee=1960&page=19
</ref> à 3046,50 FF ([[Photographie/Fabricants/Zeiss Ikon/Zeiss Ikon Contarex|Contarex]], importation contingentée à 10 exemplaires !)<ref> Catalogue Grenier-Natkin, 1960, p. 112 : http://www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/html/affichage_une_page?chemin_image=../../gestion_catalogue/images/1312293309.jpg&id_catalogue=11324&nom=Grenier-Natkin&annee=1960&page=112</ref>.
 
'''Production''' : ce premier Focaflex a été produit de 1959 à 1962 à 11.500 exemplaires (d’après Princelle et Auzelloux, 2006). Les quelque 500 derniers exemplaires ont un objectif Oplex Color (à partir du n° 21.000F). Deux améliorations ont été apportées en 1961 : le stigmomètre, initialement rectangulaire, est devenu circulaire et à champ coupé ; un accès au miroir inférieur a été aménagé pour en faciliter le nettoyage.
 
'''Utilisation''' : contrairement à ce que suggère une scène du film ''Le Corniaud''<ref>Scène évoquée par Gilles Delahaye sur http://www.foca-collection.fr.</ref>, les Focaflex 1er modèle sont faciles à utiliser et ils donnent de bons résultats, en noir et blanc comme en couleur. Leur mécanique sophistiquée peut faire craindre quelques défauts de robustesse au fil des années. Pourtant, beaucoup de ces appareils fonctionnent encore parfaitement aujourd’hui et les pannes éventuelles sont souvent réparables sans démontage poussé (sans quoi le remontage peut, il est vrai, être délicat - des indications sont données à ce propos sur le site de Roland Weber). Noter une particularité des Focaflex qui peut être prise à tort pour une panne : l’armement se bloque en fin de course du compteur de vues. Pour le débloquer, il suffit de tourner le compteur sur une autre position.
 
== Bibliographie ==
246

modifications