Différences entre les versions de « Photographie/Fabricants/Optique et Précision de Levallois/Focaflex Automatic »

→‎Commentaires : Liens internes (suite)
(→‎Commentaires : Ajout de liens internes)
(→‎Commentaires : Liens internes (suite))
 
Trois ans plus tard (1964), l’offre est devenue pléthorique : le catalogue de ce même revendeur aligne 24 marques, 138 modèles dont 28 reflex 24x36 (sans compter leurs déclinaisons interchangeables)<ref>Calalogue Photo Hall 1964 : http://www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/html/affichage_un_catalogue.php?nom=Photo-Hall&annee=1964%20mai
</ref>. Trois fabricants français (une vingtaine de modèles) sont encore présents : Foca et [[Photographie/Fabricants/Royer|Royer]], qui brillent de leurs derniers feux, et [[Photographie/Fabricants/SEM|Sem]], qui survivra une dizaine d’années. Le Focaflex Automatic (descendu à 750 FF) et le [[Photographie/Fabricants/Optique et Précision de Levallois/Focaflex II|Focaflex II]] (sans cellule mais à objectifs interchangeables, 677 FF) côtoient neuf autres reflex à obturateur central, huit ouest-allemands (marques Agfa, Kodak, Voigtländer, Zeiss Ikon) et un japonais (Nikon), tous pourvus d’une cellule au sélénium. L’interchangeabilité de l’objectif, partielle (Zeiss Ikon Contaflex) ou totale, devient la norme quand celui-ci n’est pas remplacé par un zoom (Nikon Nikkorex 35II). Mis à part le Focaflex Automatic, seul l’[[Photographie/Fabricants/Agfa/Agfa Colorflex|Agfa Colorflex]] (590 FF avec viseur à prisme amovible)<ref>« Les 24x36 reflex Agfa » sur le même catalogue : http://www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/html/affichage_une_page?chemin_image=../../gestion_catalogue/images/1242247626.jpg&id_catalogue=3589&nom=Photo-Hall&annee=1964%20mai&page=30</ref> n’offre pas de telles possibilités. Encore ce dernier n’est-il que la version économique d’un modèle à objectifs interchangeables, l’[[Photographie/Fabricants/Agfa/Agfa Ambiflex|Ambiflex]], à peine plus cher (775 FF) que le Focaflex Automatic. Pénalisé par l’inamovibilité de son objectif, celui-ci ne peut plus se prévaloir de l’originalité de son automatisme : trois modèles cumulent cette commodité avec l’interchangeabilité de l’objectif : l’[[Photographie/Fabricants/Agfa/Agfa Selectaflex|Agfa Selectaflex]] (865 FF ou 1.010 FF selon l’objectif), le [[Photographie/Fabricants/Zeiss Ikon/Zeiss Ikon Contaflex Super B|Zeiss Ikon Contaflex Super B]] (1.103 F avec objectif f/2,8) et le [[Photographie/Fabricants/Voigtländer/Voigtländer Ultramatic|Voigtländer Ultramatic]] (1.345 FF avec objectif f/2).
 
'''Utilisation''' : ce second Focaflex a pour l’essentiel les mêmes qualités et défauts que le premier, l’automatisme du diaphragme en plus. On appréciera l’ingéniosité et l’ergonomie de ce perfectionnement... s’il fonctionne encore. Les automatismes purement mécaniques qui ont fleuri dans le sillage du Savoyflex III (1958) sont en effet réputés mal vieillir et être difficilement réparables<ref>PONT, Patrice-Hervé. Maxifiche 24x36 Royer. In : Les Fondamentaux du club Niépce-Lumière n° 15, décembre 2005, p. 7. </ref>. Il reste alors la possibilité de l’utiliser en mode manuel.
212

modifications