Différences entre les versions de « Formation musicale/Qu'est-ce que la musique ? »

 
=== Musique et autres arts ===
La musique peut s'associer à d'autres arts. La danse évidemment (voir plus loin) mais aussi le théâtre, la poésie, le cinéma, les arts du cirque, les jeux vidéo et maintenant les jeux de société, en général sous la forme d'une bande son diffusée par un appareil mobile (téléphone portable, tablette tactile). Elle est diffusée dans de nombreux média : radio, télévision, pages internet…
 
Son association avec la poésie est très ancienne ; on peut par exemple citer les aèdes de la Grèce antique qui chantaient les épopée, le plus célèbre étant Homère. De même pour le théâtre, les chœur du théâtre grec antique chante et dans dans l’''orchestra'' (une zone dédiée du théâtre) pour accompagner la pièce.
Au cinéma, la musique intervient dès le cinéma muet, un pianiste accompagnant la projection. La musique, partiellement écrite et largement improvisée, permet de renforcer le rythme et l'émotion transmise. Camille Saint-Saëns est le premier à composer une musique pour un film, ''L'Assassinat du duc de Guise'' d’ André Calmettes et Charles Le Bargy en 1908. Lorsque le cinéma devient sonore en 1927, la musique s'inscrit naturellement dans la bande son. Comme il n'y a plus de problème de synchronisation (puisque la musique est très vite inscrite sur la pellicule), cela permet de faire intervenir plus d'instruments, des orchestres symphoniques complets.
 
Au cinéma, la musique peut aller du simple rôle de « papier peint » comme le disait Igor Stravinsky, c'est-à-dire qu'elle se déroule en arrière-plan sans attirer l'attention sur elle pour laisser la priorité à l'image et à la parole, jusqu'à être intimement lié à l'image comme un opéra. La musique peut être « intra-diégétique », c'est-à-dire qu'elle fait partie de la fiction, qu'elle est entendue par les personnage, par exemple s'ils assistent à un concert ou si elle est diffusée par des haut-parleurs (radio, télé, chaîne hifi, enceinte connectée, musique d'ambiance d'un lieu public) dans l'histoire. Elle peut aussi être « extra-diégétique » c'est-à-dire hors fiction, elle accompagne les images mais n'est pas entendue par les personnages. Il y a parfois un passage intra-diégétique/extra-diégétique, par exemple la musique est diffusée à la radio (avec le son légèrement nasillard caractéristique) puis devenir la musique de fond du film (avec une qualité sonore alors irréprochable), ou vice-versa. La musique peut renforcer des sentiments éprouvés par les personnages pour essayer de les faire ressentir aux spectateurs et spectatrices (joie, tristesse, peur…), elle peut accompagner le rythme de l'action (rapide, lent). Elle peut évoquer une époque, un lieu et un milieu social, par exemple musique baroque à l'époque baroque, rock 'n roll dans les années 1950 aux États-Unis… Elle peut contenir des thèmes liés aux personnages ou à des éléments de l'histoire, à l'image des ''{{lang|de|leitmotiv}}'' utilisés par Richard Wagner et Franz Liszt.
 
La musique peut renforcer des sentiments éprouvés par les personnages pour essayer de les faire ressentir aux spectateurs et spectatrices (joie, tristesse, peur…), elle peut accompagner le rythme de l'action (rapide, lent). Elle peut évoquer une époque, un lieu et un milieu social, par exemple musique baroque à l'époque baroque, rock 'n roll dans les années 1950 aux États-Unis… Elle peut contenir des thèmes liés aux personnages ou à des éléments de l'histoire, à l'image des ''{{lang|de|leitmotiv}}'' utilisés par Richard Wagner et Franz Liszt.
 
La musique est également un marqueur de l'époque à laquelle a été faite le film. par exemple, dans les années 1950-1960, les films de science-fiction utilisaient souvent de la musique électronique (thérémine, ondes Marteneau) car cela « faisait moderne » et permettait de se projeter dans l'avenir ; on pourra par exemple écouter la bondes son du ''Jour où la Terre s'arrêta'' (Robert Wise, 1951, musique de Bernard Herrmann), ''La Guerre des mondes'' (Byron Haskin, 1953, musique de Leith Stevens) ou ''Planète interdite'' (Fred McLeod Wilcox, 1956, musique de Louis et Bebe Barron). Mais dans ''2001, l'Odyssée de l'espace'' (1969), Stanley Kubrick décide d'utiliser de la musique classique (Rochard Strauss, Johan Strauss fils, Aram Khatchatourian) et contemporaine (György Ligeti).
 
La musique peut aussi accompagner des expositions d'art plastique ou des performances.
* dans les lieux recevant du public, la musique peut servir à créer une ambiance particulière et les sonals ''({{lang|en|jingles}})'' servent à attirer l'attention avant une annonce ;
* les médias sont aussi une manière de diffuser la musique et de promouvoir les artistes.
 
'''Étude de cas : quelques exemples d'utilisation de musique au cinéma et dans les séries télévisées'''
 
1. ''M le maudit'', Fritz Lang (1931)
 
C'est le premier film parlant de Fritz Lang. Dans ce film policier, le criminel est reconnu par un mendiant aveugle car il siffle ''Dans l'antre du roi de la montagne'' (thème de ''Peer Gynt'' d'Edvard Grieg, 1874). C'est un exemple de musique intra-diégétique et la musique est au cœur de l'intrigue.
 
2. ''Il était une fois dans l'Ouest''
 
3. ''2001, l'Odyssée de l'espace''
 
4. ''Cold case''
 
== Musiques savante, populaire et traditionnelle ==
13 183

modifications