Différences entre les versions de « Précis d'épistémologie/L'esprit, comment ça marche ? »

Les émotions
(Les émotions)
* Les émotions déterminent des motivations, c'est à dire des désirs ou des aversions. Elles nous indiquent les buts qui méritent d'être poursuivis, et ce que nous devons fuir ou éviter (Damasio 1994). Elles sont donc très importantes pour la volonté, parce qu'elles nous servent à évaluer nos projets, et pour l'apprentissage, parce qu'elles signalent ce qui mérite d'être mémorisé.
 
Parce qu'elle est déclenchée par des conditions spécifiques et parce qu'elle provoque des réactions spécifiques, une émotion particulière, telle que la peur, peut être caractérisée par l'activité d'un module cérébral, ou d'un système de modules qui coordonnent leurs activités. Les voies d'entrée portent les signaux qui éveillent, modifient ou suppriment l'émotion. Les voies de sortie portent les signaux qui provoquent les réactions émotionnelles typiques (LeDoux 1996). Comme une émotion peut mobiliser une grande partie des ressources de l'organisme, un tel système émotionnel peut être considéré comme une sorte de chef dans le cerveau. Une émotion, surtout si elle est forte, peut exercer une sorte d'empire sur toute l'activité corporelle, intérieure et extérieure.
 
Nous évaluons ce que nous percevons et ce que nous imaginons en le reliant aux émotions que nous ressentons, et nous prenons nos décisions à partir de ces évaluations.
(La suite est en cours de réécriture)
Une émotion, surtout si elle est forte, peut exercer une sorte d'empire sur toute l'activité corporelle, intérieure et extérieure, parce qu'elle domine toutes les prises de décision.
 
Parce qu'elle est déclenchée par des conditions spécifiques et parce qu'elle provoque des réactions spécifiques, une émotion particulière, telle que la peur, peut être caractérisée par l'activité d'un module cérébral, ou d'un système de modules qui coordonnent leurs activités. Les voies d'entrée portent les signaux qui éveillent, modifient ou suppriment l'émotion. Les voies de sortie portent les signaux qui provoquent les réactions émotionnelles typiques (LeDoux 1996). Comme une émotion peut mobiliser une grande partie des ressources de l'organisme, un tel système émotionnel peut être considéré comme une sorte de chef dans le cerveau. Une émotion, surtout si elle est forte, peut exercer une sorte d'empire sur toute l'activité corporelle, intérieure et extérieure.
 
(Lala suite est en cours de réécriture)
Émotion et cognition sont parfois pensées en opposition, mais c'est une erreur. Les émotions produisent et utilisent des représentations internes qui préparent à l'action, elles font donc partie de la cognition. Elles sont de précieuses informatrices sur les réalités extérieure et intérieure. Ressentir des émotions fait partie de la perception de la réalité.
 
== La conscience de soi ==
 
== La conscience de soi ==
(...)
 
La perception de son propre corps peut être considérée comme une sorte de perception de soi-même. Par exemple les informations fournies par les capteurs de tension musculaire permettent de construire un modèle interne du corps, de la position des membres et des efforts auxquels ils sont soumis. Mais la connaissance de soi-même est plus que la perception de son corps, parce que l'esprit est en permanence un témoin de lui-même.
 
Si je vois que le ciel est bleu, je suis pas seulement informé sur l'état du ciel, je suis également informé sur moi-même, à savoir que je vois le ciel, je me connais moi-même en tant qu'être qui perçoit le ciel.
 
LLa conscience de soi, ou l'introspection est la perception de soi-même en tant qu'esprit, c'est à dire en tant qu'être qui perçoit, imagine, ressent, pense, veut ou agitdécide...
 
L'introspection requiert-elle des organes sensoriels ? Y a-t-il une interface sensorielle entre le moi perçu et le moi qui perçoit ? Lorsque je sais que je vois le ciel, est-ce un œil introspectif qui me montre que je vois le ciel ?
 
Le moi se perçoit lui-même à partir de ses perceptions, de ses émotions, de son imagination, de ses pensées, de ses désirs, de sa volonté et de ses actions.
 
 
Le contrôle volontaire de soi-même ==
4 776

modifications