Différences entre les versions de « Photographie/Fabricants/Optique et Précision de Levallois/Focaflex Automatic »

m
→‎Commentaires : Petits rectificatifs après relecture du mode d'emploi
m (→‎Commentaires : Petits rectificatifs après relecture du mode d'emploi)
'''Posemètre''' : le capteur est une cellule au sélénium de grandes dimensions (14 mm x 58 mm) protégée par un volet rabattable. Sa provenance n’est pas établie mais la fenêtre, semblable à celle d’un modèle qui équipe de nombreux Focasport de la première série (cinq rangées de lenticules en quinconce, hauteur 14 mm), laisse penser qu’il s’agit d’une production [[Chauvin-Arnoux]]. Les grandes dimensions de la cellule et le volet protecteur sont des gages de sensibilité et de durabilité.
 
'''Double bague sensibilités-vitesses''' : pour prendre en compte la sensibilité de la pellicule, les concepteurs de l’Automatic ont adopté une solution à la fois simple et rationnelle. Elle consiste en l’adjonction d’une seconde bague à la bague de sélection des vitesses dont la fonction est de porter la came crantée chargée de fournir l’information pertinente au combinateur. Sa position relative est proportionnelle à la sensibilité. Sa position absolue est proportionnelle au rapport « degré de sensibilité » / « vitesse » : elle est la même, par exemple, pour les réglages 200 ASA x 1/250 s, 100 ASA x 1/125 s, 50 ASA x 1/60 s, etc. Pour ce faire, les graduations des deux bagues sont conjuguées : 6-12-25-50-100-200-400 ASA sur l’une, 250-125-60-30-15-8-4-2-1 s-1 sur l’autre, avec des écarts égaux entre les crans. Noter que la solidarité desLes deux bagues (à sensibilité constante) n’estsont effectivesolidaires quel'une dansde lal'autre. mesurePour changer l’opérateurle lesréglage, tientil ensemble.faut Enpousser l’absencela debague verrouillage,des ilsensibilités fautvers surveillerle queboîtier l’indicationavant de la sensibilité est correctetourner.
 
'''Semi-automatisme''' : l’automatique à priorité vitesse laisse à l’opérateur la possibilité d’intervenir sur le choix du diaphragme (afin de modifier la profondeur de champ, par exemple) ainsi que sur l’exposition du cliché (en cas de contrejour ou d’utilisation d’un filtre). Pour le guider dans le choix de la vitesse, un secteur de couleur jaune porté par la bague des sensibilités le long de l’échelle des vitesses délimite celles qui lui sont accessibles compte tenu de la sensibilité considérée et de la gamme des diaphragmes de l’objectif (7 crans de f/2,8 à f/22). Ainsi, à 25 ASA, les temps de pose opérationnels vont de 1/125 s à 1/2 s ; à 50 ASA, ils vont de 1/250 s à 1/4 s ; à 100 ASA, le choix se réduit d’un cran : 1/250 s – 1/8 s ; etc. Un bon compromis de vitesse peut de la sorte être trouvé sans tâtonnements. Si on souhaite par exemple minimiser la profondeur de champ, on sélectionnera la vitesse maximale contenue dans le secteur jaune. La valeur du diaphragme résultant se lit dans le viseur lorsqu’on appuie sur le bouton de couplage automatique. Elle est indiquée par la position d’une aiguille sur une échelle graduée de 2,8 à 22 (l’aiguille sort de l’échelle si la vitesse est en dehors du secteur jaune). Pour surexposer, il suffit de diminuer au préalable la sensibilité affichée. Si par exemple on utilise un filtre de coefficient 2 avec une pellicule de 100 ASA, on décalera l’index des sensibilités d’un cran pour le mettre à 50 ASA.
212

modifications