Différences entre les versions de « Neurosciences/Les nerfs crâniens et spinaux »

m
Le nerf vague innerve le cœur, d'où son rôle sur le contrôle du rythme cardiaque (et son implication probable dans certaines morts subites). Toute stimulation du nerf vague provoque la libération d'acétylcholine au niveau du cœur, ce qui réduit le rythme cardiaque. Ce qui peu être la cause de malaises, appelés malaises vagaux (vagal => vague), dans certains circonstances. Ceux-ci se produisent quand le système nerveux autonome défaille temporairement : le nerf vague va alors mal contrôler le rythme cardiaque, ce qui peut causer une syncope.
 
Le nerf vague innerve le pharynx et le larynx par deux voies séparées, par deux collatérales. La première est le ''nerf laryngé supérieur'', qui sort du nerf vague au niveau de la gorge et innerve directement le pharynx. C'est un nerf totalement sensitif, à l’exception du fait qu'il innerve le muscle circo-thyroïdien. La seconde voie est le ''nerf laryngé inférieur'', aussi appelé ''nerf laryngé récurrent'', la branche du nerf vague qui remonte vers la gorge après être passée sous l'aorte et innerve l’œsophage et le pharynx/larynx. C'est un nerf moteur qui innerve tous les muscles du larynx, à l'exception du muscle circo-thyroïdien innervé par la nerf laryngé supérieur. Si le nerf laryngé supérieur s'occupe de la sensibilité de la gorge, alors que le nerf laryngé inférieur joue un grand rôle dans la voix et la parole. Ce dernier commande notamment les cordes vocales. Le nerf laryngé inférieur est proche de la thyroïde, ce qui fait qu'il peut être endommagé lors d'une chirurgie de la thyroïde.
 
Le nerf vague ne fait pas qu'innerver le corps, mais il innerve aussi le cerveau. Près de 80% des fibres du nerf vague atterrissent dans le cerveau, principalement au niveau du tronc cérébral. Cette innervation a son importance, au point qu'elle a des applications médicales dans le traitement de l'épilepsie ou de la dépression. La stimulation du nerf vague est une de ces applications. Elle consiste à stimuler électriquement le nerf vague, afin de stimuler certaines régions cérébrales. La stimulation est réalisée par une sorte de "pacemaker" placé autour ou à proximité du nerf vague, qui envoie un très faible courant à intervalle régulier dans le nerf vague. Cette technique est autorisée dans certains cas graves d'épilepsie ou de dépression résistantes aux médicaments. Ses effets secondaires sont compatibles avec ce qui a été dit précédemment : un ralentissement assez faible du rythme cardiaque chez certains patients, quelques modifications transitoires de la voix, etc.
37 586

modifications