Différences entre les versions de « Neurosciences/La latéralisation cérébrale »

===L'attention===
 
Nos sensations sont intégrées pour former une représentation cohérente, qui nous permet d'appréhender le monde comme un tout. Lors de ce processus, l'attention, notre capacité à nous concentrer sur certains stimulusstimuli joue un rôle important. Et celle-ci semble aussi être latéralisée, mais d'une manière assez particulière : le cerveau droit semble dominant, avec quelques réserves. Certaines lésions au cortex pariétal causent des déficits au niveau de l'attention visuelle et de la perception corporelle, qui forment ce qu'on appelle le syndrome d'héminégligence spatiale latérale. Celui-ci se traduit tout d'abord par des déficits d'attention corporelle, qui font qu'un côté du corps est totalement ignoré par le patient, inaccessible à sa conscience. Ces patients ne réagissent pas quand on touche leur corps du côté gauche, ne se rasent que du côté droit. De plus, l'attention visuelle est aussi touchée, ce qui fait que les patients ne font plus attention au côté gauche ou droit de leur champ visuel. Plus étrange, ces patients ne peuvent pas prendre conscience du côté gauche des objets. Par exemple, si vous leur donnez une feuille remplie de lignes, et que vous leur demandez de toutes les barrer, ils ne vont barrer que les lignes situées sur le côté droit de la feuille. De même, si vous leur demandez de dessiner une maison, ils vont seulement dessiner le côté droit, que ce soit pour reproduire un dessin de maison que de dessiner la maison de mémoire. Certains patients ne mangent que la moitié droite de leur assiette, et oublient la gauche.
 
Fait étrange, les lésions du côté droit donnent naissance à des déficits très prononcés, contrairement aux lésions de l'hémisphère gauche. L'explication serait la suivante : l'hémisphère droit prend en charge les deux côtés du corps, tandis que l'hémisphère gauche ne prend en charge que la droite. En cas de lésion du côté droit, l'hémisphère gauche ne peut prendre en charge que le côté droit, donnant de lourds déficits du côté gauche du corps. Autant dire que l'on est pas dans un cas classique de latéralisation, qui n'est ici ni contro-latérale, ni ipsi-latérale.