« Fonctionnement d'un ordinateur/Les jeux d'instructions » : différence entre les versions

m
====Les architectures à accumulateur====
 
[[File:Isaccumulator.png|centre|vignette|Architecture à accumulateur.]]
Certains processeurs n'utilisent qu'un seul registre pour les données : l''''accumulateur'''. Toute instruction arithmétique va lire un opérande depuis cet accumulateur, et y écrire son résultat. Si l'instruction a besoin de plusieurs opérandes, les opérandes qui ne sont pas dans l'accumulateur sont lus depuis la mémoire ou dans des registres séparés de l'accumulateur. Dans tous les cas, l'accumulateur est localisé grâce au mode d'adressage implicite. De plus, le résultat des instructions arithmétiques et logiques est stocké dans l'accumulateur, et on n'a pas besoin de préciser où stocker le résultat : pas de mode d'adressage pour le résultat. Par contre, les autres opérandes sont localisées avec d'autres modes d'adressage : absolu pour le cas le plus fréquent, inhérent (à registre) sur certaines architectures, indirect à registre pour d'autres, etc.
 
Certains processeurs n'utilisent qu'un seul registre pour les données : l''''accumulateur'''. Toute instruction arithmétique va lire un opérande depuis cet accumulateur, et y écrire son résultat. Si l'instruction a besoin de plusieurs opérandes, les opérandes qui ne sont pas dans l'accumulateur sont lus depuis la mémoire ou dans des registres séparés de l'accumulateur. Dans tous les cas, l'accumulateur est localisé grâce au mode d'adressage implicite. De plus, le résultat des instructions arithmétiques et logiques est stocké dans l'accumulateur, et on n'a pas besoin de préciser où stocker le résultat : pas de mode d'adressage pour le résultat. Par contre, les autres opérandes sont localisées avec d'autres modes d'adressage : absolu pour le cas le plus fréquent, inhérent (à registre) sur certaines architectures, indirect à registre pour d'autres, etc.
[[File:Isaccumulator.png|centre|vignette|Architecture à accumulateur.]]
 
Historiquement, les premières architectures à accumulateur ne contenaient aucun autre registre : l'accumulateur était seul au monde. Pour faire ses calculs, notre processeur devait stocker une opérande dans l'accumulateur, et aller chercher les autres en mémoire. Sur ces processeurs, les modes d'adressages supportés étaient les modes d'adressages implicite, absolus, et immédiat. Ces architectures sont parfois appelées '''architectures 1-adresse''', pour une raison simple : la majorité des instructions devait lire une opérande depuis la RAM. Il faut dire que la majorité des instructions d'un processeur n'a besoin que de deux opérandes et ne fournissent qu'un résultat : pensez aux instructions d'addition, de multiplication, de division, etc. Pour ces opérations, le résultat ainsi qu'une des opérandes sont stockés dans l'accumulateur, et adressés de façon implicite, seule la seconde opérande étant adressée directement.
41 144

modifications