Différences entre les versions de « La politique monétaire/L'interaction entre politique budgétaire et création monétaire »

m
Orthographe : le participe passé du verbe "crÉer" est "crÉÉ"
m (Orthographe : le participe passé du verbe "crÉer" est "crÉÉ")
Pour le cas où la banque centrale donne de l'argent à l'état pour financer son déficit, l'effet sur la dette de l'état est indirect. Rappelons qu'un déficit budgétaire est généralement financé par l'émission de dette d'état supplémentaire sur les marchés. Le déficit de l'état étant totalement ou partiellement financé, la dette croît moins vite qu'elle n'aurait dû sans H.M. Cela peut aider l'état à faire des économies ou soulager sa pression financière, ce qui peut l'aider à se désendetter ou à garder une dette stable.
 
Pour l'HM au sens strict, à savoir de l'argent donné aux ménages sans contrepartie, l'état ne se désendette pas, mais l'argent donné peut être utilisé par les agents privés pour se désendetter. Le désendettement est possible, mais est réalisé par les ménages, ce qui a des implications macroéconomiques différentes d'un désendettement de l'état. Notons que l'effet de se désendettement privé induit par l'H.M a des effets ambigus sur la masse monétaire. D'un coté, de la monnaie est créecréée par la banque centrale, de l'autre le désendettement signifie destruction de monnaie lors des remboursements. Au total, la création monétaire est partiellement compensée par la destruction monétaire par les banques, l'ampleur de la compensation dépendant de l'ampleur du désendettement. Si les deux se compensent totalement et que les taux d'intérêt restent les mêmes, la monnaie créé lors de l'HM est retournée à la banque centrale sous la forme de réserves. Mais dans les faits, l'HM a une influence indirecte sur les taux d'intérêts. Le désendettement entraine une baisse de l'activité de crédit des banques,mais ces dernières réagissent en baissent leurs taux pour relancer le crédit. Elles sont d'autant plus incitées à le faire que le désendettement induit par l'HM réduit la prime de risque des crédits de nombreux emprunteurs, via les divers canaux du crédit qu'on a vu dans les chapitres antérieurs. Et qui baisse de prime de risque dit baisse des taux bancaires et donc relance de l'activité de crédit. Au final, la masse monétaire augmente bel et bien suite à l'HM , sauf situation exceptionnelle.
 
Pour résumer, on peut classer les trois mesures suivant leur cout pour l'état : l'emprunt seul est la plus chère, le financement par QE est moins cher que l'emprunt seul, l'HM a un effet encore mal compris mais qui devrait être plus important que celui du Q.E.
325

modifications