« Neurosciences/Le système ventriculaire » : différence entre les versions

m
mAucun résumé des modifications
===La production du liquide cérébrospinal===
 
La sécrétion du liquide céphalo-rachidien est le produit d'un échange d'ions entre le sang et les ventricules. LesLa épendymocytessécrétion serventdu deliquide barrièrecérébrospinal pourse certainsbase ionssur un phénomène d'osmose, qui neattire peuventl'eau pasdes vaisseaux sanguins dans les ventricules, au point de la faire traverser rapidementles épendymocytes. IlLa enforce d'attraction est causée par un gradient de mêmeSodium, pourgénéré par les cellulesépendymocytes. ouLes protéines,épendymocytes capturent le sodium de manière passive du faitcôté des vaisseaux sanguins, avant de leurle tropsecréter grandedans taille.les L'imperméabilitéventricules auxgrâce ionsà des pompes à sodium, localisées sur leur membrane interne (du moinscôté ceuxdu quiventricule). neLe sontgradient pasde sécrétésconcentration activementainsi parformé tend à attirer l'eau des vaisseaux sanguins par osmose. D'autres pompes échangent des ions, permettels du chlore et de conserverl'<chem>HCO3-</chem>, entre le pHsang duet le liquide céphalo-rachidien. dansLe desdéséquilibre bornescrée acceptables.par Ainsi,ces celapompes protègeaccentue lel'effet cerveaudu gradient de variationSodium. duLe pHmécanisme duexact sang oudépend de variationsplusieurs deéchangeurs lalocalisés teneurdu encôté ionssanguin et du côté ventriculaire.
 
La sécrétion du liquide cérébrospinal se base sur un phénomène d'osmose, qui attire l'eau des vaisseaux sanguins dans les ventricules, au point de la faire traverser les épendymocytes. La force d'attraction est causée par un gradient de Sodium, généré par les épendymocytes. Les épendymocytes capturent le sodium de manière passive du côté des vaisseaux sanguins, avant de le secréter dans les ventricules grâce à des pompes à sodium, localisées sur leur membrane interne (du côté du ventricule). Le gradient de concentration ainsi formé tend à attirer l'eau des vaisseaux sanguins par osmose. D'autres pompes échangent des ions, tels du chlore et de l'<chem>HCO3-</chem>, entre le sang et le liquide céphalo-rachidien. Le déséquilibre crée par ces pompes accentue l'effet du gradient de Sodium. Le mécanisme exact dépend de plusieurs échangeurs localisés du côté sanguin et du côté ventriculaire.
* Coté ventriculaire, on trouve un échangeur <chem>Na</chem>-<chem>K</chem> (Sodium-Potasssium), qui échange 3 ions Sodium contre 2 ions Potassium. L'échangeur en question est une pompe ionique, à savoir qu'elle éjecte du Sodium y compris contre son gradient de concentration, en dépensant de l'énergie. Elle utilise pour cela de l'ATP, le carburant intracellulaire par excellence.
* Coté sanguin, plusieurs échangeurs sont présents, mais les deux échangeurs principaux sont un échangeur <chem>H</chem>-<chem>Na</chem> et un échangeur <chem>HCO3-</chem>-<chem>Cl-</chem>.
 
Les ions <chem>H</chem> et <chem>HCO3-</chem> proviennent de la réaction entre <chem>CO2</chem> et <chem>H2O</chem>, qui a lieu dans les épendymocytes. Le <chem>CO2</chem> est une molécule volatile, qui passe sans problèmes du sang vers les épendymocytes. À l'intérieur des épendymocytes, il réagit avec l'eau pour donner de l'acide carbonique <chem>H2CO3</chem>. Ce dernier se décompose ensuite en <chem>H+</chem> et <chem>HCO3-</chem>.
 
[[File:Mécanismes de production du LCS dans les plexus choroïdes.png|centre|vignette|upright=1.5|Mécanismes de production du LCS dans les plexus choroïdes]]
 
Le pH du liquide cérébrospinal est influencé par le fonctionnement des épendymocytes. Pour rappel, le pH dépend de la concentration en ions <chem>H+</chem> et <chem>HCO3-</chem>. Les schémas précédents montrent que les épendymocytes expulsent les ions <chem>H</chem> et <chem>HCO3-</chem> dans le sang, et non dans le liquide cérébrospinal. On peut considérer que les épendymocytes sont imperméables aux ions <chem>H+</chem> et <chem>HCO3-</chem>. Par contre, le <chem>CO2</chem> passe facilement du sang au liquide cérébrospinal, et il peut alors réagir sur place pour donner des ions <chem>H+</chem> et <chem>HCO3-</chem>. En conséquence, les variations du pH du liquide céphalorachidien sont causées par des variations de la teneur en <chem>CO2</chem> de ce dernier, mais pas par les variations du pH sanguin. La conséquence est que toute variation du pH sanguin ne se répercute pas immédiatement sur le pH du liquide céphalorachidien, du moins pas immédiatement. Cela a des conséquences, comme on le verra dans le chapitre sur la respiration.
 
===La réabsorption du liquide cérébrospinal===
40 954

modifications