Différences entre les versions de « Neurosciences/Le codage neuronal »

m
(Corrections)
====Le phénomène de ''Bursting''====
 
Certains neurones ont des réponses qui sont partiellement toniques. Je veux dire par là qu'ils ont tendance à émettre des rafales de potentiels d'action avant de se taire pendant un moment. Le neurone montre une série de trains de potentiels d'action, séparés par des périodes quiescentes. Ce phénomène est appelé le ''bursting'', '''émission en rafale''' en français (''burst'' veut dire rafale en anglais). Fait étonnant, ce phénomène ne s'observe pas sur tous les neurones et ses circonstances d'apparition varient grandement selon le neurone étudié. Certains neurones sont comme prédisposés à burster, alors que d'autres ne le font que rarement et quand ils sont soumis à des stimulus bien précis. L'origine de ce comportement est encore mal connue, de même que son utilité dans le codage de l'information. Il aurait un rôle important à jouer dans le système nerveux central, au niveau du codage de l'information.
 
[[File:Bursting-recording.png|centre|vignette|upright=2.0|Illustration du phénomène de ''Bursting''.]]
 
Le ''bursting'' serait lié à l'existence d'un mécanisme qui forcerait le neurone à se calmer après un certain nombre de potentiels d'action. Sans ce mécanisme, le neurone aurait une réponse tonique pure, sans période quiescente. Mais avec ce mécanisme, les périodes quiescentes (sans potentiels d'action) apparaissent après une excitation suffisante. Le mécanisme est lié à des courants qui hyperpolarisent la membrane neuronale. Ces courants sont liés à des canaux ioniques bien précis, qui s'ouvrent lors des potentiels d'action. L'ouverture de ces canaux modifient le potentiel de membrane, en l'augmentant pour une durée assez longue. A chaque potentiel d'action, le potentiel de membrane s'hyperpolarise un petit peu plus qu'avant. Au fur et à mesure que le neurone émet des potentiels d'action, l'hyperpolarisation augmente et finit par empêcher la survenue d'un potentiel d'action.
 
Pour hyperpolariser un neurone, ces courants hyperpolarisateurs permanents doivent : soit activer un courant d'ions sortant, soit activer un courant entrant. L'ouverture des canaux ioniques associés peut être activé par le voltage, ou dépendre de la présence de calcium. Les quatre mécanismes ont étés observés dans des neurones, dans des conditions ''in vitro'' (en laboratoire). Des exemples de neurones sont décrit pour les quatre mécanismes dans le tableau ci-dessous.
 
{|class="wikitable"
|-
! Exemples
! Voltage-gated
! Calcium-gated
|-
! Courant sortant (expulsion de <math>\text{K}^{+}</math>)
| ''Voltage-gated M-current'' des neurones pyramidaux du cortex cérébral.
| ''<math>\text{Ca}^{2+}</math>-gated AHP-current'' des neurones dopaminergiques du tronc cérébral.
|-
! Courant entrant (entrée de <math>\text{Ca}^{2+}</math>)
| ''Voltage-gated <math>\text{Ca}^{2+}</math> T-current'' des neurones des relais thalamiques.
| ''<math>\text{Ca}^{2+}</math>-gated L-current'' des neurones du ganglion somatogastrique du homard.
|}
 
===Les codages de fréquence et temporel===
38 272

modifications