Différences entre les versions de « Le noyau atomique/Le noyau atomique : propriétés, constituants, description »

m
 
: <math>\vec{\mu} = M \cdot \vec{l}</math>, avec <math>M = \frac{Q \hbar}{2 m}</math> le '''magnéton nucléaire'''.
 
Précisons que le moment cinétique est la somme des spins et des moments angulaires des nucléons. On a alors :
 
: <math>\vec{\mu} = \frac{Q \hbar}{2 m} \sum^{n} \left( \vec{s_n} + \vec{g_n} \right)</math>
 
Dans le noyau, la force nucléaire fait que les spins des nucléons ne se dirigent pas n'importe comment. La configuration la plus énergétiquement favorable est celle où les nucléons se groupent par deux, de telle manière que leurs spins soient opposés. Par exemple, un proton va s'associer avec un neutron de telle manière que l'un aie un spin égal à <math>+ \frac{1}{2}</math> et l'autre un spin de <math>- \frac{1}{2}</math>. En clair, les spins s'annulent deux à deux.
 
Le spin total du noyau, qui est la somme des spins des nucléons, dépend donc de la parité du nombre de masse. Si le noyau a un nombre pair de nucléons, alors son spin est nul. Mais si le nombre de masse est impair, alors son spin sera demi-entier. Précisons que la même chose survient pour les moments angulaires. En théorie, le moment magnétique du noyau est donc soit nul, soit égal à la moitié du magnéton nucléaire. Mais cette tendance n'est pas parfaite, surtout quand le noyau a beaucoup de nucléons. Dans les faits, certains gros noyaux ont un moment magnétique plus important que le magnéton nucléaire. Mais aucun n'a été observé avec un moment magnétique supérieur à <math>6 M</math>.
 
===Les moments électriques du noyau===
38 272

modifications