« Précis d'épistémologie/La recherche de la raison » : différence entre les versions

transféré dans 'Les fondements de l'éthique'
Aucun résumé des modifications
(transféré dans 'Les fondements de l'éthique')
 
(Platon, ''Ménon'', 80d-e, traduit par Monique Canto-Sperber)
 
Les deux prémisses de l'argument de Ménon sont fausses.
 
On peut savoir ce qu'on cherche avant de l'avoir trouvé. C'est évident. C'est ce qu'on fait à chaque fois que les problèmes qu'on cherche à résoudre sont bien identifiés.
 
On peut chercher sans savoir ce qu'on cherche. C'est moins évident. C'est ce qu'on fait quand on cherche sans savoir très bien où on va.
 
== Savoir ce qu'on cherche sans l'avoir trouvé ==
 
Pour savoir de quoi la raison nous rend capables, la meilleure façon, et la seule, est d'essayer. Si on n'essaie pas on n'a aucune chance de se rendre compte de ce qui marche. C'est pourquoi il faut espérer. On pèche plus souvent par défaut d'espoir que par excès.
 
== L'amour de la raison ==
 
La philosophie est l'amour de la sagesse, ou l'amour de la raison. Cet amour est-il une sagesse ? Un véritable savoir ? Un accomplissement de la raison ? Ou seulement un désir de sagesse ? La philosophie est-elle un désir de savoir sans être véritablement un savoir ?
 
Un désir condamné à rester inassouvi est vain et insensé. Si la philosophie était seulement de désirer un savoir qu'on ne possèdera jamais, elle serait plus un supplice qu'une sagesse.
 
La philosophie est pleinement l'amour de la raison, à la fois le désir et l'acte.
 
L'accomplissement de la raison ressemble à un rêve d'illuminé : que tous les esprits trouvent leur bonheur en donnant du bonheur à tous les autres. Comme si la philosophie pouvait être la musique fondamentale qui fait danser tous les esprits et qui transforme la planète en paradis. Mais ce n'est pas qu'un rêve d'illuminé. La nature de l'esprit est de rêver à l'idéal pour s'accomplir comme un esprit digne de l'idéal. C'est ainsi qu'il se révèle pleinement comme un esprit. Un esprit est naturellement porté par le désir de l'idéal et il révèle ce qu'il est réellement en réalisant ce désir. Un paradis où tous les esprits trouvent leur bonheur dans le bonheur de tous est simplement un monde où tous les esprits sont fidèles à leur nature spirituelle. C'est ce pour quoi nous sommes faits naturellement, ce vers quoi nous sommes portés quand nous voulons être de véritables esprits.
 
4 783

modifications