« Précis d'épistémologie/La recherche de la raison » : différence entre les versions

→‎La nature du bien : supprimé. Le contenu est dans Les fondements de l'éthique.
(→‎La nature du bien : supprimé. Le contenu est dans Les fondements de l'éthique.)
 
La raison porte des fruits lorsqu'elle nous donne les moyens de bien penser et de bien vivre, quand elle nous donne les moyens de nous accomplir comme de véritables esprits.
 
== La nature du bien ==
 
L’esprit s’accomplit lorsqu’il fait le bien, mais qu’est-ce que le bien ? Comment le reconnaît-on ?
 
La volonté n’est limitée que par l’imagination. On peut vouloir tout ce qu’on imagine. L’imagination donne à l’esprit sa puissance, mais elle lui donne aussi sa faiblesse, parce qu’on peut imaginer et vouloir sa propre destruction. Lorsqu’un esprit se retourne contre l’esprit, lui-même ou d’autres, il renonce à s’accomplir comme esprit. Le refus de l’autodestruction est une condition nécessaire de l’accomplissement de l’esprit.
 
L’esprit doit être pour l’esprit. Un esprit s’accomplit en pensant, en parlant et en agissant pour que tous les esprits s’accomplissent, pour que nous développions librement les puissances de l’esprit et pour que nous nous en réjouissions ensemble.
 
Que l’esprit doit être pour l’esprit a un sens très terre à terre : on doit travailler pour avoir de bonnes conditions de vie. Si on ne fait pas d’efforts, on vit forcément plutôt mal. Si l’esprit veut profiter de la vie, il doit s’en donner les moyens, il doit travailler pour lui-même.
 
Le bien est que l'esprit vive pour l'esprit, pour tous les esprits. Un esprit renonce au bien lorsqu'il renonce à cet idéal.
 
Cette définition du bien est circulaire : le bien est que les esprits vivent pour que tous les esprits vivent bien en voulant le bien. Mais ce n'est pas un cercle vicieux. C'est seulement le cercle de la perpétuation de la vie de l'esprit.
 
La raison porte des fruits lorsqu'elle donne aux esprits les moyens d'être bons pour eux-mêmes et pour tous les autres. On reconnaît les grands principes et leurs fruits quand ils nous donnent les moyens de faire le bien.
 
« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lévitique 19:18) n'est pas seulement un principe religieux, c'est aussi un principe rationaliste. Si les êtres humains ne veulent pas s'entraider la raison ne peut pas être parmi eux.
 
== La raison pratique et la raison théorique ==
4 783

modifications