Différences entre les versions de « Affaire Priore/Le rapport Bernard-Latarjet »

 
== Conclusion==
Le ministre de la science et de la technologie, Jean-Pierre Chevènement avait demandé à l’Académie des sciences de lui fournir un rapport - synthèse de « L’Affaire Priore ». Ce rapport, écrit par MM. J. Bernard et R. Latarjet, fourmille d’inexactitudes et d’omissions importantes. Il ne peut sous cette forme permettre au ministre de se faire une idée objective du « Problème Priore » et en conséquence lui permettre de prendre une décision adaptée.
 
Certaines sont des erreurs minimes, d’autres sont majeures. Mais, vus leur nombre, il apparaît clairement que le rapport est soit bâclé, soit malveillant.
De plus, la rédaction de certains passages fait apparaître un ton méprisant et condescendant, non seulement à l’égard d’Antoine Prioré, mais également à l’égard de personnalités scientifiques qui, bien que moins en vue que les auteurs, rivalisaient aisément en terme de compétence. L’utilisation d’insinuations mesquines est plus en adéquation avec la presse à scandale qu’avec l’Académie des sciences.
 
Il apparaît clairement, par la forme du rapport et ses conclusions, que le but de JMM. Bernard et de R. Latarjet était d’enterrer définitivement le « problème Priore ». Ce travail de sape ne fait honneur ni aux Pr. J. Bernard et Pr. R. Latarjet ni par voie de conséquences à l’Académie des sciences.
 
Ce rapport est un exemple supplémentaire, comme entre-autre celui du scandale de « [[w:fr:Affaire du sang contaminé|Affaire du sang contaminé]] », qui montre que les dirigeants politiques et les décideurs peuvent être délibérément mal informés par leurs conseillers scientifiques.
1 420

modifications