Différences entre les versions de « Affaire Priore/Le rapport Bernard-Latarjet »

 
===5. La phase immunologique (1966 - 1971)===
 
::* {{rouge|Ligne 248 V LA PHASE IMMUNOLOGIQUE (1966 - 1971) Omission malveillante}}
::: {{rouge|Il n’est fait nullement mention dans le rapport des travaux réalisés par le Pr. PAUTRIZEL et ses collaborateurs dans les années 1971 - 1979, et qui ont donné lieu à 13 publications<ref>publications</ref> originales dont la rigueur scientifique est indiscutable !}}
 
{{citation bloc|Nous avons signalé, au début du paragraphe précédent, la communication de Messieurs Rivière et Guérin (20 juin 1966) qui mettait l'accent sur l'induction, par l'exposition au rayonnement de la machine, d'une immunité spécifique et durable contre un lymphosarcome greffé.
 
Il n'est pas étonnant qu'on ait pensé de bonne heure à interpréter par une réaction immunologique les rejets de greffes tumorales annoncées. En effet, '''dès 1925, Vlès et De Coulon''' (Strasbourg) avaient observé des rejets de greffes tumorales en soumettant les animaux à un champ magnétique intense. Pourtant, comme on l'a vu plus haut, l'expérience de Delmon et Biraben concluait à un effet négatif du champ magnétique contre un effet positif du rayonnement de la machine de Priore.}}
 
::* {{rouge|Lignes 254 - 257 - Affirmation mensongère.}}
Dès 1965, sur l'instigation semble-t-il de Monsieur Courrier, Monsieur R. Pautrizel, professeur d'immunologie et de Biologie parasitaire à la Faculté de Médecine de Bordeaux, se mit en rapport avec Monsieur Priore, et, très convaincu de l'importance des résultats publiés dans le domaine du rejet de greffes tumorales, entreprit des expériences de caractère immunologique. Cette fois - ci, on abandonnait le cancer pour se consacrer à des expériences tout aussi significatives, mais plus facilement interprétables et d'un moindre impact subjectif sur le public. Dès le 1 er août 1966, c'est-à-dire 6 semaines seulement après la note de Rivière et Guérin, paraissait à l'Académie des Sciences une note de Messieurs Pautrizel, Rivière, Priore et Berlureau, intitulée : "Influence d'ondes électromagnétiques et de champs magnétiques associés sur l'immunité de la souris infectée par Trypanosoma equiperdum". Des souris Suisses avaient reçu par injection intrapéritonéale 20000 trypanosomes. Au 5e jour, tous les témoins étaient morts. En revanche, les souris soumises quotidiennement , aussitôt après l'injection, au rayonnement de la machine de Priore franchirent ce cap, puis on assista, chez la majorité d'entre elles, à la disparition complète des parasites du sang. Comme dans l'expérience sur les tumeurs greffées, ces animaux guéris conservèrent leur immunité contre une infection ultérieure par les mêmes parasites. Le sérum de ces animaux contient des anticorps à titre élevé qui exercent une action préventive et curative contre l'infection trypanosomique.
::: {{rouge|Les travaux de Vlès et de Coulon sont cités sans référence, sans détails. On ne donne aucune indication sur ce dont il s’agit: Quel type de tumeur? Quels champs magnétiques? Quelles conditions expérimentales? Ces travaux sont mis en opposition, sans commentaires, avec les observations de Delmon et Biraben concernant l’effet d’un champ magnétique pulsé particulier sur la tumeur T8 (lignes 64 - 69). Le lecteur est censé penser quoi ? (Par ailleurs, Delmon et Biraben avaient conclu dans leur article<ref>Delmon et Biraben</ref> a un effet ‘nul’ du champ magnétique pulsé particulier, et non a un ‘effet négatif’.)}}
 
{{citation bloc|Dès 1965, sur l'instigation '''semble-t-il''' de Monsieur Courrier, Monsieur R. Pautrizel, professeur d'immunologie et de Biologie parasitaire à la Faculté de Médecine de Bordeaux, se mit en rapport avec Monsieur Priore, et, très convaincu de l'importance des résultats publiés dans le domaine du rejet de greffes tumorales, entreprit des expériences de caractère immunologique. Cette fois - ci, on abandonnait le cancer pour se consacrer à des expériences tout aussi significatives, mais plus facilement interprétables et d'un moindre impact subjectif sur le public. Dès le 1 er août 1966, c'est-à-dire '''6 semaines seulement''' après la note de Rivière et Guérin, paraissait à l'Académie des Sciences une note de Messieurs Pautrizel, Rivière, Priore et Berlureau, intitulée : "Influence d'ondes électromagnétiques et de champs magnétiques associés sur l'immunité de la souris infectée par Trypanosoma equiperdum". Des souris Suisses avaient reçu par injection intrapéritonéale 20000 trypanosomes. Au 5e jour, tous les témoins étaient morts. En revanche, les souris soumises quotidiennement , aussitôt après l'injection, au rayonnement de la machine de Priore franchirent ce cap, puis on assista, chez la majorité d'entre elles, à la disparition complète des parasites du sang. Comme dans l'expérience sur les tumeurs greffées, ces animaux guéris conservèrent leur immunité contre une infection ultérieure par les mêmes parasites. Le sérum de ces animaux contient des anticorps à titre élevé qui exercent une action préventive et curative contre l'infection trypanosomique.}}
Le Professeur Pautrizel poursuivit ses travaux au cours des années suivantes et publia à l'Académie des Sciences une note en 1969 (travail effectué sur des rats) et une autre en 1970 (travail effectué sur des lapins).}}
 
::* {{rouge|Ligne 260 ..... semble-t-il .... Propos un peu ironique}}
{{citation bloc|En 1969 le Professeur Lwoff vint sur place examiner cette expérimentation et lui donna sa caution. Celle-ci se traduisit notament par l'obtention par le Professeur Pautrizel de deux contrats de la DRME.}}
::: {{rouge|Le Pr. R. Courrier<ref> (43)</ref> écrivit au Pr. Pautrizel le 16 janvier 1964. Il décrit les résultats obtenus par Rivière et Guérin et demande le concours du Pr. R. Pautrizel (hébergement des animaux, logistique etc.) pour aider Mme Colonge dans le déroulement d’une expérience de vérification.}}
 
::* {{rouge|
{{citation bloc|L'ensemble des travaux accomplis dans ce domaine par Monsieur Pautrizel et ses collaborateurs a fait l'objet d'un rapport à l'INSERM en date du 8 octobre 1971}}
Ligne 266 .... c’est-à-dire 6 semaines seulement ... Propos sarcastiques}}
::: {{rouge|Il est insinué que ce travail n’avait commencé qu’après la publication du 20 Juin 1966 et qu’une publication si rapide à l’Académie des sciences impliquait un travail bâclé ou peu sérieux. Les cahiers de laboratoire de Mlle A. N. PAUTRIZEL prouvent que cette expérimentation préliminaire était commencée dès le 3 Mai 1966<ref> (44)</ref>.}}
 
{{citation bloc|Le Professeur Pautrizel poursuivit ses travaux au cours des années suivantes et publia à l'Académie des Sciences une note en 1969 (travail effectué sur des rats) et une autre en 1970 (travail effectué sur des lapins).}}
Ligne 248 V LA PHASE IMMUNOLOGIQUE (1966 - 1971) Omission malveillante
Il n’est fait nullement mention dans le rapport des travaux réalisés par le Pr. PAUTRIZEL et ses collaborateurs dans les années 1971 - 1979, et qui ont donné lieu à 13 publications<ref>publications</ref> originales dont la rigueur scientifique est indiscutable !
 
::* {{rouge|Lignes 254278 - 255280 UnErreur non-sequiturd’omission}}
::: {{rouge|MM. Bernard et Latarjet laissent croire que Pr. R. Pautrizel et ses collaborateurs ont publiés seulement 2 Notes à l’Académie des sciences. Ils ont en fait réalisé 13 publications<ref> (45)</ref>. Ces travaux sont totalement occultés dans le rapport.}}
Par rapport à la phrase précédente, les auteurs disent, en effet, l’acquisition d’une immunité spécifique fait penser à une réaction immunologique, certes vrai, mais....
 
{{citation bloc|En 1969 le Professeur Lwoff vint sur place examiner cette expérimentation et lui donna sa caution. Celle-ci se traduisit notament par l'obtention par le Professeur Pautrizel de deux contrats de la DRME.}}
Lignes 254 - 257
Les travaux de Vlès et de Coulon sont cités sans référence, sans détails. On ne donne aucune indication sur ce dont il s’agit: Quel type de tumeur? Quels champs magnétiques? Quelles conditions expérimentales? Ces travaux sont mis en opposition, sans commentaires, avec les observations de Delmon et Biraben concernant l’effet d’un champ magnétique pulsé particulier sur la tumeur T8 (lignes 64 - 69). Le lecteur est censé penser quoi ? (Par ailleurs, Delmon et Biraben avaient conclu dans leur article<ref>Delmon et Biraben</ref> a un effet ‘nul’ du champ magnétique pulsé particulier, et non a un ‘effet négatif’.)
 
Ligne::* 260{{rouge|Lignes .....286 semble-t-il ....288 Une omission Propos un peu ironiquemalveillante}}
::: {{rouge|MM. Bernard et Latarjet omettent de mentionner que le Pr. A. Lwoff (Prix Nobel de Médecine) ne donna sa caution à l’expérimentation de Pautrizel qu’après avoir étudié le rapport de la Commission de contrôle de mai 1969<ref>Comm contrôle</ref>, présidée par le Pr. R. Cambar, dont il n’est pas question ici. Le Pr. Pautrizel obtint, non pas deux mais quatre contrats avec la DRME ! Voir les diverses conventions<ref> (46)</ref>. Aucune mention n’est faite des rapports sur les expériences biologiques<ref> (47)</ref> exigés à la fin de ces contrats de recherche.}}
Le Pr. R. Courrier<ref> (43)</ref> écrivit au Pr. Pautrizel le 16 janvier 1964. Il décrit les résultats obtenus par Rivière et Guérin et demande le concours du Pr. R. Pautrizel (hébergement des animaux, logistique etc.) pour aider Mme Colonge dans le déroulement d’une expérience de vérification.
 
{{citation bloc|L'ensemble des travaux accomplis dans ce domaine par Monsieur Pautrizel et ses collaborateurs a fait l'objet d'un rapport à l'INSERM en date du 8 octobre 1971}}
Ligne 266 .... c’est-à-dire 6 semaines seulement ... Propos sarcastiques
Il est insinué que ce travail n’avait commencé qu’après la publication du 20 Juin 1966 et qu’une publication si rapide à l’Académie des sciences impliquait un travail bâclé ou peu sérieux. Les cahiers de laboratoire de Mlle A. N. PAUTRIZEL prouvent que cette expérimentation préliminaire était commencée dès le 3 Mai 1966<ref> (44)</ref>.
 
Lignes 278 - 280 Erreur d’omission
MM. Bernard et Latarjet laissent croire que Pr. R. Pautrizel et ses collaborateurs ont publiés seulement 2 Notes à l’Académie des sciences. Ils ont en fait réalisé 13 publications<ref> (45)</ref>. Ces travaux sont totalement occultés dans le rapport
 
 
 
 
Lignes 286 - 288 Une omission malveillante
MM. Bernard et Latarjet omettent de mentionner que le Pr. A. Lwoff (Prix Nobel de Médecine) ne donna sa caution à l’expérimentation de Pautrizel qu’après avoir étudié le rapport de la Commission de contrôle de mai 1969<ref>Comm contrôle</ref>, présidée par le Pr. R. Cambar, dont il n’est pas question ici. Le Pr. Pautrizel obtint, non pas deux mais quatre contrats avec la DRME ! Voir les diverses conventions<ref> (46)</ref>. Aucune mention n’est faite des rapports sur les expériences biologiques<ref> (47)</ref> exigés à la fin de ces contrats de recherche.
 
::* {{rouge|Ligne 290 L’ensemble des travaux ... l’objet d’un rapport INSERM ... Minimisation malveillante}}
::: {{rouge|Le document cité<ref> (48)</ref> était un bref résumé (5 pages) des travaux accomplis entre 1969 et 1971, écrit par le Pr. R. Pautrizel pour M. Bailly du Bois de la D.G.R.S.T. et pour le Colonel Ganas de la D.R.M.E.<ref> (49)</ref>, par contre, les résultats des expériences biologiques faites pour le compte de la D.R.M.E. font l’objet d’un rapport de plus de 50 pages. De plus, MM. Bernard et Latarjet qui écrivent leur rapport en Mars 1982 occultent tous les travaux faits par le Pr. R. Pautrizel et ses collaborateurs entre 1971 et 1980 et qui ont donné lieu à 16 publications supplémentaires<ref>Publications</ref> !}}
 
::* {{rouge|Ligne 292 Une omission malveillante}}
::: {{rouge|Les lignes 101 - 168 du rapport sont consacrées à une rumeur de fraude scientifique. Il est donc très étonnant que MM. Bernard et Latarjet, soucieux de rigueur scientifique, ne fassent pas état des travaux de la commission de contrôle, présidée par M. le Pr. R. Cambar. Celle-ci a répété l’expérience de base du Pr. Pautriel en mai et juin 1969 dans des conditions excluant toute possibilité de « substitution d’animaux ». Les travaux de cette commission<ref> (50)</ref> étaient connus de MM. Bernard et Latarjet. Rappelons en outre que, lors de la réunion de la commission de l’Académie des sciences, le 22 mars 1981, le Pr. R. Courrier<ref/ (51)</ref> a expressément demandé que les travaux et les conclusions de la Commission Cambar soient inclus dans le rapport de MM. Bernard et Latarjet. Ce qui ils l'ont refusé de faire.}}
 
 
1 420

modifications