« La politique monétaire/La courbe de Phillips » : différence entre les versions

m
Mais la courbe de Phillips reste sensiblement identique avec ou sans ''pass-through'', seuls les valeurs des coefficients changeant.
 
===L'influence des taux d'intérêt sur les taux de change et sur la courbe de Phillips===
 
Dans le chapitre sur le canal des taux de change, nous avons vu qu'il existe une relation entre les taux d'intérêt domestiques/étrangers et les taux de change. La relation relie le différentiel de taux d'intérêt domestique/étranger, avec l'appréciation du taux de change. La relation en question est la suivante :
: <math>\pi = \alpha_1 \cdot \pi_e + \alpha_2 \cdot (U - U_n) - \alpha_3 \cdot (i_d - i_e)</math>
 
Il est intéressant de réécrire l'équation précédente en développant le terme : <math>- \alpha_3 \cdot (i_d - i_e)</math> :
En clair, l'inflation dépend directement du taux d'intérêt, par le canal des taux de change, et indirectement par le biais de l'écart de production (la courbe IS). Cette équation ne paye pas de mine, mais elle a des implications assez importantes. Elle permet notamment de voir comment les politiques monétaires de différents pays interagissent. Elle permet de savoir ce qui se passe quand un pays étranger change ses taux directeurs. Pour comprendre comment, il faut réécrire l'équation précédente. On va commencer par développer le terme : <math>- \alpha_3 \cdot (i_d - i_e)</math> :
 
: <math>\pi = \alpha_1 \cdot \pi_e + \alpha_2 \cdot (U - U_n) - \alpha_3 \cdot i_d + \alpha_3 \cdot i_e</math>
 
En clair, l'inflation dépend directement du taux d'intérêt, par le canal des taux de change, et indirectement par le biais de l'écart de production (la courbe IS). Le terme : <math>- \alpha_3 \cdot i_d</math> correspond au canal des taux de change direct. Pour rappel, celui-ci tient au fait qu'une variation des taux d'intérêts modifie le taux de change, ce qui se répercute sur les prix importés, et donc sur l'inflation. Il est à opposer au canal des taux indirect, qui agit sur le PIB par l'intermédiaire de la courbe IS, mais ne modifie pas la courbe de Phillips.
On va ensuite regrouper tous les termes "domestiques", dépendants de variables nationales, dans une inflation domestique <math>\pi_d</math> :
 
: <math>\downarrow i \rightarrow ~ \downarrow e \rightarrow ~ \uparrow P_i \rightarrow ~ \uparrow \pi</math>
 
EnLa clair,nouvelle l'inflation dépend directement du taux d'intérêt, par le canal des tauxcourbe de change, et indirectement par le biais de l'écart de production (la courbe IS). Cette équationPhillips ne paye pas de mine, mais elle a des implications assez importantes. Elle permet notamment de voir comment les politiques monétaires de différents pays interagissent. Elle permet de savoir ce qui se passe quand un pays étranger change ses taux directeurs. Pour comprendre commentcela, ilnous fautallons réécrireprendre l'équation précédente. Onet varegrouper commencertous parles développertermes le"domestiques", termedépendants :de <math>-variables \alpha_3nationales, \cdotdans (i_dune -inflation i_e)domestique <math>\pi_d</math> :
 
: <math>\pi = \pi_d + \alpha_3 \cdot i_e</math>
40 947

modifications