« La politique monétaire/La courbe de Phillips » : différence entre les versions

m
: <math>\pi_{imports} \approx \frac{\Delta e}{e}</math>, avec e le taux de change nominal.
 
En injectant cela dans la courbe de Phillips précédente, on trouve :
La courbe de Phillips serait, sous cette hypothèse, assez simple :
 
: <math>\pi = \beta \left[ \pi_e + a\alpha (U - U_n) \right] + (1 - \alphabeta) \frac{\Delta e}{e}</math>
 
En collapsant les produits de constantes et en nommant ceux-ci <math>\alpha_1</math>, <math>\alpha_2</math> et <math>\alpha_3</math>, on trouve l'équation générale :
Sur le principe, la courbe de Phillips précédente est approximativement juste. Mais l'effet des taux de change est modéré par un phénomène dit d'''exchange rate pass-through'', qui veut que la hausse des taux de change ne se répercute partiellement sur les prix importés. Par exemple, si le taux de change varie de 10 %, la variation des prix importés sera de moins de 10%. Pour modéliser cela mathématiquement, on utilise l'équation suivante, qui relie les variations des prix importés aux variations du taux de change :
 
: <math>\pi = \alpha_1 \cdot \pi_e + \alpha_2 \cdot (U - U_n) + \alpha_3 \cdot \frac{\Delta e}{e}</math>
: <math>\frac{\Delta P_i}{P_i} = \alpha \cdot \frac{\Delta e}{e}</math>, avec <math>P_i</math> les prix importés, e le taux de change et <math>\alpha</math> un coefficient dit de ''pass-through''.
 
Sur le principe, la courbe de Phillips précédente est approximativement juste. Mais l'effet des taux de change est modéré par un phénomène dit d'''exchange rate pass-through'', qui veut que la hausse des taux de change ne se répercute partiellement sur les prix importés. Par exemple, si le taux de change varie de 10 %, la variation des prix importés sera de moins de 10%. Les raisons à cela sont multiples, mais elles ne nous intéressent pas ici. Pour modéliser cela mathématiquement, on utilise simplement l'équation suivante, qui relie les variations des prix importés aux variations du taux de change :
 
: <math>\frac{\Delta P_i}{P_i} = \alphazeta \cdot \frac{\Delta e}{e}</math>, avec <math>P_i</math> les prix importés, e le taux de change et <math>\alphazeta</math> un coefficient dit de ''pass-through''.
 
La courbe de Phillips devient alors la suivante :
 
: <math>\pi = \beta \left[ \pi_e + \alpha (U - U_n) \right] + (1 - \beta) \cdot \zeta \cdot \frac{\Delta e}{e}</math>
 
Mais en collapsant les produits de constante, on trouve une équation sensiblement identique avec ou sans ''pass-through'', seuls les valeurs des coefficients changeant.
 
: <math>\pi = \alpha_1 \cdot \pi_e + \alpha_2 \cdot (U - U_n) + \alpha_3 \cdot \frac{\Delta e}{e}</math>
 
<noinclude>
40 947

modifications