« Précis d'épistémologie/La valeur du savoir » : différence entre les versions

→‎Les critères de justification du savoir : les énoncés justifiés sont toujours vrais, pourvu qu'ils soient vraiment justifiés
(→‎Les critères de justification du savoir : les énoncés justifiés sont toujours vrais, pourvu qu'ils soient vraiment justifiés)
 
On pourrait craindre que cette façon de faire nous expose à une régression à l'infini, parce que pour conclure qu'un énoncé est un savoir il faut connaître au préalable un critère de justification, savoir que c'est un bon critère et savoir qu'il est vraiment satisfait pour l'énoncé à justifier. Si nous devons toujours tout justifier il semble que nos justifications ne peuvent jamais s'arrêter. Mais cette crainte de la régression à l'infini n'est pas fondée. En examinant comment on justifie les diverses formes de savoir, on constate que certains énoncés sont justifiés à partir d'eux-mêmes, qu'il n'est pas nécessaire de les justifier à partir d'un autre savoir.
 
Pour appliquer le principe n°1 on a besoin d'une théorie de la vérité et de la justification des énoncés. Quatre principes d'une telle théorie vont être présentés. Ils impliquent que les énoncés justifiés sont toujours vrais, pourvu qu'ils soient vraiment justifiés. Avec cette théorie, le principe n°1 peut être simplifié : ''un énoncé est un savoir si et seulement s'il est justifié''.
 
==== La justification des observations ====
4 789

modifications