Différences entre les versions de « Les réseaux informatiques/Les protocoles de routage »

m
|}
 
===Routage statiquepar datagrammes et dynamiquepar circuits virtuels===
 
Toute la problématique du routage est que les paquets envoyés arrivent à destination. Dans les grandes lignes, il existe deux types de routage distincts, qui fonctionnent sur des principes très différents : la méthode des '''datagrammes''' et la méthode des '''circuits virtuels'''.
Pour savoir où envoyer les paquets recus, le routeur contient une table qui associe chaque IP de destination et le prochain intermédiaire. Cette table porte un nom : c'est la table de routage. Nous en reparlerons plus en détail dans le prochain chapitre. Pour le moment, nous allons simplement dire qu'elle permet de savoir où envoyer chaque paquet reçu. Nous n'avons pas besoin de plus.
 
Avec les '''datagrammes''', chaque paquet contient toutes les informations nécessaires pour identifier le destinataire. Pour cela, chaque ordinateur est identifié par un numéro : l'adresse logique (pour anticiper sur le prochain chapitre, précisons qu'il s'agit de l'adresse IP). Chaque paquet contient l'adresse logique du destinataire dans son en-tête de couche réseau, et éventuellement l'adresse de l'émetteur. Le principal avantage de cette méthode est qu'elle ne nécessite pas de maintenir une connexion entre source et destinataire. Le paquet est envoyé sans concertation préalable avec le destinataire. Pour savoir où envoyer les paquets reçus, le routeur contient une table qui associe chaque adresse de destination et l'adresse du prochain intermédiaire. Cette table porte un nom : c'est la table de routage. Nous en reparlerons plus en détail dans le prochain chapitre. Pour le moment, nous allons simplement dire qu'elle permet de savoir où envoyer chaque paquet reçu. Nous n'avons pas besoin de plus.
 
La '''méthode des circuits virtuels''' nécessite de maintenir une connexion active entre source et destinataire. Une fois la connexion établie, tout paquet émis par l'émetteur est envoyé automatiquement au récepteur désigné lors de la connexion. Avec elle, les paquets n'ont pas besoin de préciser leur destination : pas besoin d'insérer l'adresse de destination dans le paquet. Le destinataire est l'ordinateur avec lequel est connecté l'émetteur.
 
===Routage statique et dynamique===
 
Le contenu de la table de routage peut être déterminé à l'avance par les concepteurs du réseau, ou mis à jour régulièrement (pour s'adapter à des ajouts ou retraits de machines). Dans le premier cas, les tables de routage sont remplies lors de l'allumage du routeur, et ne sont jamais mises à jour. On parle alors de '''routage statique''', dans le sens où il ne peut pas évoluer sans que le gestionnaire du réseau ne fasse les modifications adéquates. Bien que très simple, cette approche a cependant de nombreux défauts. Déjà, saisir à la main chaque ligne de la table de routage est parfois long, compliqué, chronophage. Le faire de manière automatisée, chaque routeur construisant la table de routage de lui-même, étant de loin une meilleure solution. De plus, la table de routage ne peut pas s’adapter à une panne de réseau ou au changement de celui-ci. Toute modification des connexions intra-réseau demande de modifier la table de routage, manuellement.
38 272

modifications