Différences entre les versions de « Le noyau atomique/La loi de désintégration radioactive »

m
Cette formule se réécrit comme suit :
 
: {|class="wikitable"
: |<math>\frac{dN}{dt} = \lambda N</math>
|}
 
Cette équation nous dit que le terme <math>\lambda \cdot N</math>, appelé l''''activité''', est le nombre de noyaux qui se désintègrent durant un temps <math>dt</math> (c'est à dire <math>\frac{dN}{dt}</math>). Les physiciens peuvent mesurer l'activité d'un échantillon avec des détecteurs spécialisés, qui mesurent les rayonnements émis par les atomes radioactifs (un rayonnement = une désintégration). Pour la plupart des matériaux radioactifs, le nombre de désintégrations par secondes est assez élevé, ce qui demande d'utiliser des unités spéciales. L'unité la plus simple à manier est le '''Becquerel''', nommé en l'honneur du physicien qui a découvert la radioactivité : un Becquerel est égal à une désintégration par seconde. Mais son usage donne des résultats assez importants, de l'ordre de plusieurs dizaines de milliers de Becquerels pour la radioactivité d'un corps humain. Pour éviter ce désagrément, on utilisait autrefois le Curie, une unité nommée en l'honneur de Marie et Pierre Curie. Un Curie correspond aux nombres de rayonnements produits par un gramme de Radium, soit environ 37 milliards de désintégrations par secondes. Pour mettre les deux unités en comparaison, un millionième de Curie (1 microcurie) vaut 37 000 becquerels (Bq).
Elle peut se réécrire aussi comme suit. Cette formule montre que le nombre de noyaux instables décroit exponentiellement avec le temps.
 
: {|class="wikitable"
: |<math>\frac{N(t)}{N_0} = e^{- \lambda t}</math>
|}
 
===La constante de temps radioactive===
38 272

modifications