Différences entre versions de « Photographie/Personnalités/S/Alfred Stieglitz »

Pendant la majeure partie de l'année 1908 et 1909, Stieglitz consacra son temps à créer des spectacles au 291 et à publier ''Camera Work''. Aucune photographie prise durant cette période ne figure dans le catalogue définitif de son œuvre, ''Alfred Stieglitz : The Key Set''.
 
En mai 1909, le père de Stieglitz, Edward, mourut et, dans son testament, il laissa à son fils une somme importante de 10 000 dollars (équivalant à environ 272 370000 dollars en 2017). Stieglitz a utilisé cette nouvelle injection de liquidités pour maintenir sa galerie et ''Camera Work'' en activité pendant plusieurs années.
 
Au cours de cette période, Stieglitz a rencontré Marius de Zayas, un artiste mexicain énergique et charismatique, qui est devenu l'un de ses plus proches collègues, assistant à la fois à des spectacles à la galerie et à la présentation de Stieglitz à de nouveaux artistes en Europe. Alors que la réputation de Stieglitz en tant que promoteur de l'art moderne européen augmentait, il fut bientôt approché par plusieurs nouveaux artistes états-uniens dans l'espoir de voir leurs œuvres présentées. Stieglitz était intrigué par leur vision moderne. Quelques mois plus tard, Alfred Maurer, John Marin et Marsden Hartley avaient tous leurs œuvres accrochées aux murs du ''291''.
 
En janvier 1914, son ami et collègue le plus proche, Joseph Keiley, est décédé, ce qui l'a laissé désemparé pendant plusieurs semaines. Il a également été troublé par le déclenchement de la Première Guerre mondiale pour plusieurs raisons. Il était préoccupé par la sécurité de la famille et de ses amis en Allemagne. Il avait besoin de trouver une nouvelle imprimerie pour les photogravures pour Camera Work, imprimées en Allemagne depuis de nombreuses années. La guerre a provoqué un ralentissement important de l'économie américaine et l'art est devenu un luxe pour beaucoup. À la fin de l'année, Stieglitz avait du mal à maintenir le ''291'' et ''Camera Work'' en vie. Il a publié le numéro d'avril de ''Camera Work'' en octobre, mais il lui aurait fallu plus d'un an pour publier le numéro suivant.
 
Pendant ce temps, les amis de Stieglitz, Zayas, Paul de Haviland et Agnes Meyer l'ont convaincu que la solution à ses problèmes consistait à entreprendre un projet totalement nouveau, qui le relancerait dans sa passion. Il a publié un nouveau journal, appelé ''291'' comme sa galerie, et qui se voulait la quintessence de la culture d'avant-garde. Même s'il s'agissait d'un triomphe esthétique, ce fut un désastre financier et la publication a cessé après douze numéros.
 
Au cours de cette période, Stieglitz est devenu de plus en plus intrigué par une esthétique visuelle plus moderne pour la photographie. Il a pris conscience de ce qui se passait dans la peinture et la sculpture d'avant-garde et a découvert que le pictorialisme ne représentait plus l'avenir mais le passé. Il a été influencé en partie par le peintre Charles Sheeler et par le photographe [[Paul Strand]]. En 1915, Strand, qui venait voir des spectacles au ''291'' pendant de nombreuses années, engagea Stieglitz dans une nouvelle vision photographique incarnée par les lignes audacieuses des formes quotidiennes. Stieglitz a été l'un des premiers à voir la beauté et la grâce du style de Strand, et il lui a offert une exposition importante au ''291''. Il a également consacré presque tout le dernier numéro de ''Camera Work'' à ses photographies.
 
En janvier 1916, Stieglitz se voit présenter un portfolio de dessins au fusain réalisés par une jeune artiste nommée [[w:Georgia O'Keeffe|Georgia O'Keeffe]]. Stieglitz a été tellement captivé par son art que sans rencontrer O'Keeffe ou même obtenir sa permission pour montrer ses œuvres, il a exposé son travail au ''291''. O'Keeffe a entendu parler pour la première fois de cette exposition par un autre ami qui avait vu ses dessins dans la galerie fin mai 1916. Elle a finalement rencontré Stieglitz après être allée au ''291'' et l'a réprimandé pour avoir montré son travail sans sa permission.
 
Peu de temps après, O'Keeffe rencontra Paul Strand et pendant plusieurs mois, ils échangèrent des lettres de plus en plus romantiques. Lorsque Strand a parlé de son nouveau désir à son ami Stieglitz, Stieglitz a répondu en disant à Strand son propre engouement pour O'Keeffe. Peu à peu, l'intérêt de Strand s'estompa et Stieglitz se déchaîna. À l'été de 1917, lui et O'Keeffe écrivaient « leurs pensées les plus intimes et les plus compliquées » et il était clair que quelque chose de très intense était en train de se produire.
 
L'année 1917 a marqué la fin d'une époque dans la vie de Stieglitz et le début d'une autre. En partie à cause des évolutions de l'esthétique, des temps incertains provoqués par la guerre et de ses relations grandissantes avec O'Keeffe, il n’eut plus l’intérêt ni les ressources pour continuer ce qu’il faisait depuis une décennie. En l'espace de quelques mois, il a dissout ce qui restait de la ''Photo-Secession'', a cessé de publier ''Camera Work'' et a fermé les portes du ''291''. Il était clair pour lui que son mariage avec Emmy était terminé. Il avait finalement trouvé « sa jumelle », et rien ne pouvait plus l'empêcher de vivre la relation qu'il avait toujours souhaitée.
 
{{en travaux}}