Différences entre versions de « Photographie/Personnalités/S/Alfred Stieglitz »

Stieglitz déclarait qu'il s'affranchissait non seulement des restrictions artistiques générales de l'époque, mais aussi tout spécialement de la surveillance officielle du ''Camera Club''. Le spectacle a débuté au ''Arts Club'' au début du mois de mars 1902 et a ilconnu un succès immédiat.
 
Il a commencé à élaborer un plan pour publier un magazine entièrement indépendant sur la photographie picturale afin de conforter les conceptions artistiques du photo-sécessionniste. En juillet, il démissionna de son poste de rédacteur en chef de ''Camera Notes'' et, un mois plus tard, il publia un prospectus pour un nouveau magazine intitulé ''Camera Work''. Il affirmait qu'elle serait "« la meilleure et la plus somptueuse des publications photographiques" ». [1] Le premier numéro a été imprimé quatre mois plus tard, en décembre 1902, et; il contenait, comme tous les numéros suivants, de belles images gravées à la main, des écrits critiques sur la photographie, l’esthétique et l’art, des critiques et des commentaires de photographes et d’expositions. ''Camera Work'' était "« le premier journal photographique à avoir un objectif visuel" [16] ».
 
Stieglitz était un perfectionniste, et cela se voyait dans tous les aspects de ''Camera Work''. Il a fait progresser l'art de l'impression en héliogravure en exigeant des standards sans précédent pour les impressions dans Camerala Workrevue. La qualité visuelle des gravures était si élevée que, lorsqu'une série d'impressionsde tirages ne parvenaitparvint pas à arriver à une exposition ''Photo-Secession'' à Bruxelles, une sélection de gravures du magazine étaitfut suspendue à la place. La plupart des spectateurs ont supposé qu'ils regardaient les photographies originales [1].
 
Tout au long de 1903, Stieglitz publiepublia ''Camera Work'' et travailletravailla à exposer son propre travail et celui des photo-sécessionnistes [7], tout en faisant face au stress de sa vie familiale. Le photographe américain d'origine luxembourgeoise Edward Steichen, qui devait plus tard organiser l'exposition ''The Family of Man;'', était le photographe le plus fréquemment présenté dans le magazine. Fuguet, Keiley et Strauss étaient des rédacteurs en chef associés, bien qu’il ait recruté les trois mêmes rédacteurs en chef associésdéjà chez ''Camera Notes, a également travaillé chez Camera Work, mais a été impliqué dans les détails de la publication (?)''. Plus tard, ilStieglitz a déclaré qu'il avait lui-même emballé et envoyé seul quelque 35 000 copies de ''Camera Work'' au cours de sa publication [7].
 
En 1904, Stieglitz était, à nouveau épuisé mentalement et physiquement et, a décidé d'emmener sa famille en Europe en mai. Il a planifié un programme exténuant d’expositions, de réunions et d’excursions et s’est effondré presque à son arrivée à Berlin, où il alui passéfallut plus d’un mois àpour récupérer. Il passa une grande partie du reste de l'année 1904 à photographier l'Allemagne pendant que sa famille visitait leurs relations. En revenant àaux l’U.États-Unis, S. Stieglitz s’est arrêté à Londres et a rencontré les dirigeants du ''Linked Ring'' mais n’a pas réussi à les convaincre de créer unune chapitre« succursale » de leur organisation en Amérique (avec Stieglitz en tant que directeur).
 
Le 25 novembre 1905, les ''Little Galleries of the Photo-Secession'' s'ouvrirent sur la cinquième avenue avec cent tirages de trente-neuf photographes. Edward Steichen avait recommandé et encouragé Stieglitz, à son retour d'Europe, à louer trois chambres. L'appartement de Steichen, que le duo estimait être parfait pour exposer des photographies, a connu un succès instantané avec près de quinze mille visiteurs durant sa première saison et, plus important encore, des ventes de tirages totalisant près de 2 800 dollars [17]. Le travail de son ami Steichen, qui possédait un appartement dans le même immeuble, représenta plus de la moitié de ces ventes.
 
Stieglitz a continué de concentrer ses efforts sur la photographie, au détriment de sa famille. Emmy, qui espérait gagner un jour l'amour de Stieglitz, continua à lui donner une allocation prise sur son héritage.
 
Dans son numéro d'octobre 1906 de ''Camera Work'', son ami Joseph Keiley a déclaré: "Aujourd'hui, en Amérique, la véritable bataille pour laquelle la Photo-sécession a été établie a été la reconnaissance sérieuse de la photographie comme moyen d'expression picturale."
 
Deux mois plus tard, Stieglitz, âgé de 42 ans, a rencontré l’artiste Pamela Colman Smith, âgée de 28 ans, qui souhaitait voir ses dessins et ses aquarelles exposés dans sa galerie. Il a décidé de montrer son travail car il pensait que ce serait « très instructif de comparer des dessins et des photographies afin de juger des possibilités et des limites de la photographie ». Son spectacle a ouvert en janvier 1907, avec beaucoup plus de visiteurs à la galerie que tous les spectacles de photographie précédents, et bientôt toutes ses œuvres exposées ont été vendues. Stieglitz, dans l'espoir de capitaliser sur la popularité de la série, a pris des photographies de son travail artistique et a publié un portfolio séparé des tirages au platine de son œuvre.
 
=== ''The Steerage'', ''291'' et l'art moderne (1907 - 1917) ===
 
À la fin du printemps 1907, Stieglitz a collaboré à une série d'expériences photographiques avec son ami [[Clarence Houston White]]. Ils ont pris plusieurs dizaines de photographies de deux modèles vêtus et nus et en ont tiré une sélection en utilisant des techniques inhabituelles, y compris les virages, le papier ciré et le dessin sur des tirages au platine. Selon Stieglitz, ils ont ainsi surmonté « l'impossibilité de la caméra à faire certaines choses ».
 
Stieglitz a gagné moins de 400 dollars pour l'année en raison du déclin des abonnements à ''Camera Work'' et de la faible marge bénéficiaire de la galerie. Pendant des années, Emmy a maintenu un style de vie extravagant qui comprenait une gouvernante à plein temps pour Kitty et de coûteuses vacances européennes. Malgré les inquiétudes de son père concernant ses problèmes financiers croissants, la famille Stieglitz et leur gouvernante ont de nouveau traversé l'Atlantique.
 
Alors qu'il se rendait en Europe, Stieglitz a pris ce qui est reconnu non seulement comme son image de marque, mais aussi comme l'une des photographies les plus importantes du XXe siècle [19]. Dirigeant son appareil sur les passagers de la classe inférieure à la proue du navire, il a capturé une scène intitulée ''The Steerage''. Il n'a pas publié ou exposé pendant quatre ans.
 
Pendant son séjour en Europe, Stieglitz a assisté à la première démonstration commerciale du procédé de photographie couleur Autochrome Lumière, qu'il a rapidement expérimenté à Paris avec [[Steichen]], [[Frank Eugene]] et [[Alvin Langdon Coburn]]. Il a emporté trois des Autochromes de Steichen avec lui à Munich afin que des reproductions en quadrichromie soient insérées dans un futur numéro de ''Camera Work''.
 
On lui a demandé de démissionner du ''Camera Club'', mais en raison des protestations des autres membres, il a été réintégré comme membre à vie. Juste après avoir présenté une exposition novatrice des dessins d'Auguste Rodin, ses problèmes financiers l'ont obligé à fermer les ''Little Galleries'' pour une courte période, jusqu'en février 1908, date à laquelle le local a rouvert ses portes sous le nouveau nom ''291''.
 
<center>
<gallery widths="240px" heights="240px">
Stieglitz-SpringShowers.jpg|Spring Showers, The Coach, 1902
Stieglitz-GoingtotheStart.jpg|Going to the Start, 1904
Alfred Stieglitz (American - The Steerage - Google Art Project.jpg|The Steerage, 1907
Katherine Stieglitz autochrome.jpg|Katherine Stieglitz, autochrome, ca. 1910
</gallery>
</center>
 
Tout au long de 1903, Stieglitz publie Camera Work et travaille à exposer son propre travail et celui des photo-sécessionnistes [7] tout en faisant face au stress de sa vie familiale. Le photographe américain d'origine luxembourgeoise Edward Steichen, qui devait plus tard organiser l'exposition The Family of Man; était le photographe le plus fréquemment présenté dans le magazine. Fuguet, Keiley et Strauss étaient des rédacteurs en chef associés, bien qu’il ait recruté les trois mêmes rédacteurs en chef associés chez Camera Notes, a également travaillé chez Camera Work, mais a été impliqué dans les détails de la publication (?). Plus tard, il a déclaré qu'il avait lui-même emballé et envoyé seul quelque 35 000 copies de Camera Work au cours de sa publication [7].
 
En 1904, Stieglitz était à nouveau épuisé mentalement et physiquement et a décidé d'emmener sa famille en Europe en mai. Il a planifié un programme exténuant d’expositions, de réunions et d’excursions et s’est effondré presque à son arrivée à Berlin, où il a passé plus d’un mois à récupérer. Il passa une grande partie du reste de l'année 1904 à photographier l'Allemagne pendant que sa famille visitait leurs relations. En revenant à l’U., S. Stieglitz s’est arrêté à Londres et a rencontré les dirigeants du Linked Ring mais n’a pas réussi à les convaincre de créer un chapitre de leur organisation en Amérique (avec Stieglitz en tant que directeur).
{{en travaux}}