Différences entre versions de « Photographie/Personnalités/S/Alfred Stieglitz »

 
Averses de printemps, l'entraîneur (1902) de Stieglitz
 
 
Stieglitz déclarait qu'il s'affranchissait non seulement des restrictions artistiques générales de l'époque, mais aussi tout spécialement de la surveillance officielle du ''Camera Club''. Le spectacle a débuté au ''Arts Club'' au début du mois de mars 1902 et a ilconnu un succès immédiat.
 
Il a commencé à élaborer un plan pour publier un magazine entièrement indépendant sur la photographie picturale afin de conforter les conceptions artistiques du photo-sécessionniste. En juillet, il démissionna de son poste de rédacteur en chef de ''Camera Notes'' et, un mois plus tard, il publia un prospectus pour un nouveau magazine intitulé ''Camera Work''. Il affirmait qu'elle serait "la meilleure et la plus somptueuse des publications photographiques". [1] Le premier numéro a été imprimé quatre mois plus tard, en décembre 1902, et contenait, comme tous les numéros suivants, de belles images gravées à la main, des écrits critiques sur la photographie, l’esthétique et l’art, des critiques et des commentaires de photographes et d’expositions. Camera Work était "le premier journal photographique à avoir un objectif visuel" [16].
 
Stieglitz était un perfectionniste, et cela se voyait dans tous les aspects de Camera Work. Il a fait progresser l'art de l'impression en héliogravure en exigeant des standards sans précédent pour les impressions dans Camera Work. La qualité visuelle des gravures était si élevée que, lorsqu'une série d'impressions ne parvenait pas à arriver à une exposition Photo-Secession à Bruxelles, une sélection de gravures du magazine était suspendue à la place. La plupart des spectateurs ont supposé qu'ils regardaient les photographies originales [1].
 
Tout au long de 1903, Stieglitz publie Camera Work et travaille à exposer son propre travail et celui des photo-sécessionnistes [7] tout en faisant face au stress de sa vie familiale. Le photographe américain d'origine luxembourgeoise Edward Steichen, qui devait plus tard organiser l'exposition The Family of Man; était le photographe le plus fréquemment présenté dans le magazine. Fuguet, Keiley et Strauss étaient des rédacteurs en chef associés, bien qu’il ait recruté les trois mêmes rédacteurs en chef associés chez Camera Notes, a également travaillé chez Camera Work, mais a été impliqué dans les détails de la publication (?). Plus tard, il a déclaré qu'il avait lui-même emballé et envoyé seul quelque 35 000 copies de Camera Work au cours de sa publication [7].
 
En 1904, Stieglitz était à nouveau épuisé mentalement et physiquement et a décidé d'emmener sa famille en Europe en mai. Il a planifié un programme exténuant d’expositions, de réunions et d’excursions et s’est effondré presque à son arrivée à Berlin, où il a passé plus d’un mois à récupérer. Il passa une grande partie du reste de l'année 1904 à photographier l'Allemagne pendant que sa famille visitait leurs relations. En revenant à l’U., S. Stieglitz s’est arrêté à Londres et a rencontré les dirigeants du Linked Ring mais n’a pas réussi à les convaincre de créer un chapitre de leur organisation en Amérique (avec Stieglitz en tant que directeur).
{{en travaux}}