Différences entre versions de « Photographie/Personnalités/S/Alfred Stieglitz »

En raison de la tension persistante liée à la gestion du ''Camera Club'', l'année suivante, Stieglitz s'est effondré lors de la première de plusieurs crises mentales. Il passa une grande partie de l'été à la maison familiale du lac George, à Oaklawn, en convalescence. À son retour à New York, il annonça sa démission comme éditeur de ''Camera Notes''.
 
=== ''Photo-Secession'' et ''Camera Work'' (1902 - 1907) ===
 
La photographe [[Eva Watson-Schütze]] a invité Stieglitz à monter une exposition qui serait jugée uniquement par des photographes, lesquels, contrairement aux peintres et aux autres artistes, connaissaient la photographie et ses caractéristiques techniques. En décembre 1901, il fut invité par Charles DeKay du ''National Arts Club'' à organiser une exposition dans laquelle Stieglitz aurait « tout son pouvoir pour suivre ses propres inclinations ». En deux mois, Stieglitz a réuni une collection à partir du cercle rapproché de ses amis et, en hommage aux photographes munichois, il l'a appelé Photo-Secession.
 
« Nous cherchons la vérité ultime... Nous croyons que si l'on apprend aux gens à apprécier le beau côté de leur quotidien, à prendre conscience de toute la beauté qui les entoure constamment, ils doivent progressivement approcher cet idéal. Car la beauté est la vérité ultime et la vérité, la liberté. »
 
 
Averses de printemps, l'entraîneur (1902) de Stieglitz
{{en travaux}}