Différences entre versions de « Photographie/Personnalités/S/Alfred Stieglitz »

 
Plus tard dans l'année, après son retour, Stieglitz a été élu à l'unanimité parmi les deux premiers membres états-uniens de The ''Linked Ring''. Il a considéré cette reconnaissance comme une impulsion dont il avait besoin pour promouvoir la cause de la photographie artistique aux États-Unis. À cette époque, il y avait deux clubs de photographie à New York, la ''Society of Amateur Photographers'' et le ''New York Camera Club''. Stieglitz a démissionné de son poste à la Photochrome Company et de rédacteur en chef de ''The American Amateur Photographer'' et il a passé la majeure partie de l'année 1895 à négocier une fusion des deux clubs.
 
En mai 1896, les deux organisations se sont associées pour former ''The Camera Club of New York''. Bien que pressenti pour la présidence, Stieglitz est devenu vice-président. Il a développé des programmes pour le club et s'est engagé dans tous les aspects de l'organisation. Il a déclaré au journaliste Theodore Dreiser qu'il voulait ''rendre le club si grand, ses travaux si distingués et son autorité si définitive qu'il puisse utiliser de manière satisfaisante son grand prestige pour faire reconnaître les artistes individuels sans ou hors ses murs.''
 
Stieglitz a transformé le bulletin d'informations du ''Camera Club'' en un magazine, ''Camera Notes'', et il a pris le contrôle total de la nouvelle publication, dont le premier numéro est sorti en juillet 1897. Il fut bientôt considéré comme le meilleur magazine photographique du monde. Au cours des quatre années suivantes, Stieglitz a utilisé ''Camera Notes'' pour défendre sa conception de la photographie en tant que forme d'art, incluant des articles sur l'art et l'esthétique à côté des gravures de certains des plus grands photographes américains et européens. Le critique Sadakichi Hartmann a écrit « il me semblait que la photographie artistique, le Camera Club et Alfred Stieglitz n'étaient que trois noms pour une seule et même chose ».
 
Stieglitz a également continué à prendre ses propres photographies. À la fin de 1897, il a tiré lui-même les photogravures pour un premier portfolio de son propre travail, ''Picturesque Bits of New York et autres études''. Il a continué à exposer ses photos en Europe et aux États-Unis et, en 1898, il a acquis une solide réputation en tant que photographe. Il a été payé 75 dollars (équivalent à 2 206 dollars en 2017) pour son tirage préféré, ''Winter - Fifth Avenue''. Dix des estampes de Stieglitz ont été sélectionnées cette année-là pour le premier Salon de photographie de Philadelphie, où il a rencontré puis est devenu l'ami de [[Gertrude Käsebier]] et [[Clarence Hudson White]].
 
Le 27 septembre 1898, la fille de Stieglitz, Katherine « Kitty », est née. En utilisant l'héritage d'Emmy, le couple a embauché une gouvernante, une cuisinière et une femme de chambre. Stieglitz travaillait au même rythme qu'avant la naissance de sa fille et, par conséquent, le couple vivait principalement sous le même toit.
 
{{en travaux}}