Différences entre les versions de « Guide de l'émulation vidéoludique/Fabriquer sa console rétro »

Il existe de nombreux boîtiers de qualité variable. Nous n'en conseillerons qu'un seul, car il a fait l'objet de nombreux tests par des joueurs qui sont quasi-unanimes sur sa qualité : il s'agit du Retroflag NESPi pour Raspberry.
 
On ne trouve pas d'équivalent pour les Odroid C1 et C2. L'impression 3D est une possibilité, mais le fini ne sera pas le même. Reste la solution d'adapter le Retroflag au C1 ou au C2. Cela ne se fait pas sans inconvénients.
 
Il faut tout d'abord percer un trou pour l'alimentation. Relativement facile, cette opération donne un résultat propre, à condition de prendre bien soin de situer l'endroit où percer. Les choses se compliquent pour la connexion HDMI : afin d'assurer le branchement du câble, il sera nécessaire de pratiquer une large ouverture détériorant l'esthétique de la boîte. Ces modifications étant faites à l'arrière, elles restent moins visibles et l'intérêt pour ce boîtier demeure néanmoins.
 
Un autre inconvénient est que vous ne pourrez vous servir de la fente pour insérer la carte microSD : il faudra ouvrir le boîtier à chaque changement. Cet inconvénient est atténué par le fait qu'une fois un système installé, le transfert des jeux peut se faire à partir d'un autre ordinateur directement vers la carte microSD.
 
L'Odroid XU4 dispose d'un boîtier officiel de type N64.
 
== Exemples complets d'une installation ==
178

modifications