« Précis d'épistémologie/L'instinct, l'apprentissage et la mémoire » : différence entre les versions

→‎Apprendre à percevoir : Nous pouvons nous servir de notre volonté pour apprendre à percevoir.
Aucun résumé des modifications
(→‎Apprendre à percevoir : Nous pouvons nous servir de notre volonté pour apprendre à percevoir.)
Nous savons instinctivement percevoir la causalité, ou d'autres qualités et relations qui conduisent à des inférences légitimes, seulement dans des cas simples, comme la solidité, l'action par contact ou la nourriture comme cause de malaise. De façon générale, l'identification correcte des inférences légitimes est un problème très difficile que notre savoir instinctif n'est pas capable de résoudre à lui seul. De fait nous sommes naturellement portés à percevoir des relations causales là où il n'y en a pas. Toutes les formes de superstition et de divagation montrent que nos facultés naturelles de perception de la causalité sont d'une fiabilité très limitée.
 
Le chapitre suivant montrera que nous pouvons choisir volontairement les inférences que nous appliquons pour interpréter nos perceptions. Nous pouvons nous servir de notre volonté pour apprendre à percevoir.
[[Précis d'épistémologie/ Les émotions, la volonté et l'attention|Section suivante : Les émotions, la volonté et l'attention >>>]]
 
 
[[Précis d'épistémologie/ Les émotions, la volonté et l'attention|SectionChapitre suivante : Les émotions, la volonté et l'attentionsuivant >>>]]
 
{{AutoCat}}
4 789

modifications