« Planétologie/Les satellites de Jupiter » : différence entre les versions

m
[[File:15-33i2-JupiterMoon-Ganymede-Aurora-20150312.png|vignette|Localisation des aurores.]]
 
Comme dit plus haut, Ganymède possède une magnétosphère de faible intensité. Celui-ci est composé d'un champ magnétique permanent, secondé par un champ transitoire dont l'intensité varie selon la proximité de Jupiter. L'origine du champ permanent est énigmatique : la convection dans le noyau ferreux est difficile à expliquer (on ne voit pas pourquoi le noyau serait encore liquide), mais c'est le seul mécanisme connu qui pourrait expliquer ce champ. Certains chercheurs ont supposé une aimantation rémanente du manteau, mais cette explication a quelques défauts : non seulement celle-ci requiert des conditions fortement improbables, avec un champ initial de 30 000 nT, mais elle échoue à expliquer le caractère dipolaire du champ magnétique. Mais l'origine du champ transitoire est nettement mieux comprise. Ce champ transitoire est un champ dit induit, causée par le champ magnétique de Jupiter. Pour simplifier, Ganymède doit contenir un matériau conducteur, qui s'aimante quand il est exposé au champ magnétique de Jupiter. La nature du matériau conducteur d'électricité est assez simple : il s'agit de l'océan d'eau liquide sous la surface de Ganymède. Celui-ci doit contenir des électrolytes, surement du sel, le rendant conducteur. L'interaction entre vent solaire et magnétosphère Ganymédienne fait que des aurores polaires se forment régulièrement. Cependant, en raison de la forme du champ magnétique de Ganymède (fortement liée au champ magnétique de Jupiter), ces aurores sont situées à des latitudes assez basses, loin des pôles.
 
==Europe==
41 129

modifications