« Une histoire des transmutations biologiques/Louis Corentin Kervran et son époque » : différence entre les versions

m
Formatage
m (lien brisé)
m (Formatage)
En 21 jours d’incubation en autoclave à 28°C on obtient une augmentation de potassium
* de +2,73% en moyenne dans les tubes contenant au départ du calcium pur,
* et +5,71% avec au départ du calcaire de Lithotamnium calcareum (<ref name="PreuvesBio" >Preuves en Biologie de Transmutations à Faible Énergie, Louis C. Kervran, Paris 1975, Maloine, {{ISBN |2-224-00178-9}}.</ref> pages 109 à 117).
 
La réaction est Ca - H :=: K
 
[[Image:Clabecq JPG01.jpg|thumb|250px|Coulée de Haut-Fourneau]]
Depuis 1935, Kervran reçoit des dossiers d'intoxications mortelles par l'oxyde de carbone chez des soudeurs mais rien ne permettait de voir d'où était venu cet oxyde de carbone. <ref name="Decouverte" >Louis Corentin Kervran, A la découverte des transmutations biologiques, une explication des phénomènes biologiques aberrants, Guy Tredaniel Edition - Le Courrier du Livre, Paris, 1966, 18 cm, 192 p, {{ISBN |2-7039-0096-8}}, p 34-42</ref>
 
En 1955, Kervran reçoit trois nouveaux dossiers d'accidents mortels dont les rapports d'autopsies montraient des intoxications au monoxyde de carbone. Ces cas se produisent lorsque des ouvriers sont exposés à du métal incandescent (hauts-fourneaux, fondeurs, soudeurs à l'arc ou au chalumeau …).