Différences entre les versions de « Photographie/Institutions/Musées et galeries/Galerie nationale du Jeu de Paume »

m
clean up, typos fixed: 1 mars → {{1er}} mars, 4,50 mètres → {{unité|4.50|mètres}}, 13 mètres → {{unité|13|mètres}} (2) using AWB
imported>Lilliputien
m
m (clean up, typos fixed: 1 mars → {{1er}} mars, 4,50 mètres → {{unité|4.50|mètres}}, 13 mètres → {{unité|13|mètres}} (2) using AWB)
=== Dimensions ===
 
* Longueur et largeur : 80 x {{unité|13 |mètres}}
* Surface utile : {{formatnum:2754.50}} m²
* Surface d’exposition : {{formatnum:1137}} m². Neuf salles sur trois niveaux et {{unité|420 |mètres}} linéaires de [[cimaise]]s
* Hauteur sous plafond dans la plupart des salles : {{unité|4,.50 |mètres}}
 
=== Historique ===
Le bâtiment est construit à l'angle nord-ouest du jardin en [[1861]] sous le règne de [[Napoléon III]], afin d'abriter des courts de [[jeu de paume]] (ancêtre du [[tennis]]), tout en reprenant le plan de l'[[musée de l'Orangerie|orangerie]] (situé à l'angle sud-ouest), devenant ainsi son pendant.
 
À partir de [[1909]], le bâtiment est consacré à l'art, en relation avec le [[musée de l'Orangerie]] et le [[Musée du Louvre|Louvre]]. À la fin du XIXe siècle{{s-|XIX|e}}, le [[musée du Luxembourg]] s'ouvre aux écoles étrangères et la section étrangère devient finalement assez importante pour constituer un musée indépendant au Jeu de Paume en [[1922]]. Pendant la [[Seconde Guerre mondiale]], le bâtiment évacué est réquisitionné et les œuvres confisquées d'artistes juifs et d'autres œuvres volées par les nazis y sont stockées ou y transitent avant de partir pour l'[[Allemagne]] (voir [[Rose Valland#L'Occupation allemande|Rose Valland]]).
 
De [[1947]] jusqu'en [[1986]], date de l'ouverture du [[musée d'Orsay]], la galerie du Jeu de Paume présente les toiles des [[impressionnisme|impressionnistes]]. Des aménagements effectués, la galerie rouvre au début des [[années 1990]] à l'initiative de [[Jack Lang]], devenant galerie nationale du Jeu de Paume. Le nouveau lieu est alors dédié à l'[[art moderne]] et [[art contemporain|contemporain]] sous toutes ses formes<ref>Il comprend, notamment, un département cinéma dirigé par [[Danièle Hibon]].</ref>, avant de devenir, en [[2004]], un lieu exclusivement dédié à la [[photographie]] contemporaine, à l'[[art vidéo]], au [[cinéma expérimental]] et au [[documentaire]] d'essai : les travaux de [[Jonas Mekas]] (1992-93), de [[Marcel Hanoun]] (1994), les films-essais de [[Jean-Luc Godard]] (1997) ou le documentaire sicilien autour de [[Vittorio De Seta]] (2010) y sont, notamment, présentés.
 
* [[2011]] :
** [[Aernout Mik]] : ''Communitas'' (1{{1er}} mars - 8 mai 2011)
** [[Claude Cahun]] et [[Santu Mofokeng]] (24 mai - 25 septembre 2011)
** [[Diane Arbus]] (18 octobre 2011 - 5 février 2012)
** [[Mario García Torres]] : ''Il aurait bien pu le promettre aussi'' (20 janvier - 22 mars 2009)
** [[Agathe Snow]] : ''Vues d'en Haut, vertiges et constellations'' (7 avril - 7 juin 2009)
** [[Irina Botea ]] : ''Un instant de citoyenneté'' (30 juin - 27 septembre 2009)
** [[Tris Vonna-Michell]] : ''Finding Chopin : Endnotes 2005-2009'' (20 octobre 2009 - 17 janvier 2010)
 
 
== Annexes ==
 
=== Lien externe ===
* [http://www.jeudepaume.org/ Site officiel]
0

modification