Différences entre les versions de « Photographie/Thèmes/Couchers et levers de soleil »

(L'image Sunset_with_a_minaret.JPG a été retirée car elle a été supprimée sur Commons par Jcb)
 
 
== Généralités ==
Le coucher (et le lever) du soleilSoleil sont des moments privilégiés pour les photographes lorsque la nature se pare de belles couleurs chaudes qui vont du jaune d'or au pourpre en passant par toutes les nuances du rouge, du rose ou du mauve. Les mauvaises langues disent d'ailleurs qu'il y a deux sortes de photographes : ceux qui photographient le lever du soleil et ceux qui photographient son coucher ... question de rythme de vie !
 
Lorsque les photons traversent l'atmosphère, ils subissent une certaine [[diffusion de la lumière|diffusion]] en raison de leurs interactions avec les molécules présentes dans l'air et plus encore avec les microparticules en suspension. Les lumières de plus courtes longueurs d'onde sont les premières dispersées, d'abord le bleu-violet, puis le vert, ensuite éventuellement le jaune, d'où la proportion croissante d'orangé et de rouge dans la lumière qui réussit à traverser.
Au cours des années 1980 les couchers de soleil furent particulièrement somptueux ! Non, ce n'est pas une plaisanterie ... Le 18 mai 1980, l'explosion du mont Saint-Helens projeta dans la haute atmosphère des milliers de tonnes de fines poussières qui ont mis près d'une dizaine d'années à retomber sur terre. Entre temps, la [[Photographie - 06 - Diffusion de la lumière|diffusion de Rayleigh]] fit les délices des photographes !
 
Lorsque le Soleil se situe très haut dans le ciel, sa lumière traverse une couche d'atmosphère d'épaisseur relativement faible et ce phénomène intervient relativement peu. Au contraire, lors de son lever ou de son coucher, le parcours des rayons dans l'atmosphère est beaucoup plus long et la lumière qui nous parvient après diffusion présente une dominante « chaude » plus ou moins forte.
 
Un autre effet se produit dans l'épaisseur de l'atmosphère, la [[réfraction]] ; l'atmosphère se comporte comme une lentille, les rayons sont déviés et l'image du Soleil nous parvient encore quelques instants après qu'il s'est réellement couché. Contrairement au précédent, ce phénomène n'a pratiquement pas d'incidence pour les photographies.
 
Au cours des années 1980 les couchers de soleil furent particulièrement somptueux ! Non, ce n'est pas une plaisanterie ... Le 18 mai 1980, l'explosion du mont Saint-Helens projeta dans la haute atmosphère des milliers de tonnes de fines poussières qui ont mis près d'une dizaine d'années à retomber sur terre. Entre temps, la [[Photographie - 06 - Diffusion de la lumière|diffusion de Rayleigh]] fit les délices des photographes !
 
D'une manière générale, l'aurore et le crépuscule sont rarement intéressants lorsque le ciel est vide et l'air limpide. La présence de brume ou de nuages est quasi nécessaire à l'obtention de belles photographies, mais il en faut ni trop, ni trop peu.