Différences entre les versions de « Photographie/En attente »

m
Par la relativement petite (bien qu'en permanente augmentation) capacité des dispositifs de stockage numérique, et à cause de la quantité phénoménales d'informations que peuvent contenir les photographies, les systèmes de compression et de transformation numérique se sont très vite imposés dans les appareils photographiques, permettant ainsi de diminuer la taille des fichiers nécessaires à l'enregistrement.
 
Quand l'appareil est utilisé, il reçoit dans un premier temps l'information brute (''raw'' en anglais), non traitée, des récepteurs - généralement un capteur CCD - sous la forme de trois images, correspondant aux trois couleurs primaires. Chacune de ces images va être utilisée pour reconstruire la photographie, par une opération appelée '''dématriçage'''. Seulement, l'image brute d'une part ne contient aucune information autre que purement photographique, et d'autre part requiert une capacité importante : un exemple simple est une image de 640×480 sur 3trois images encodées sur 12 bits, soit un total de 11059200 bits ou encore 1,3 Mo.
 
Pour régler la première faiblesse, un format de fichier particulier, le TIFF (pour ''Tagged Image File Format'') contient non seulement l'image, mais également une myriade d'autres informations, appelées tags, qui peuvent être utiles, par exemple, pour un traitement informatique ultérieur : date de la photographie, appareil, diaphragme, durée exposition ou encore des annotations voire plusieurs versions d'une même image. Ce format est '''non compressé''', ou compressé '''sans pertes''', ce qui signifie qu'il restitue de façon presque identique ce que l'appareil à enregistré.
26

modifications