Différences entre les versions de « Drogues et Expériences/Marijuana & dérivés »

m
nettoyage, Typos fixed: personalité → personnalité (2), AWB
m (Correction d'homonymie vers Parasite)
m (nettoyage, Typos fixed: personalité → personnalité (2), AWB)
{{Demande de traduction}}
{{en cours|Arnaudh}}
[[Image:Marijuana.jpg|right|250px|thumb|Un plant de [[cannabis]].]]
[[Image:Drug bottle containing cannbis.jpg|thumb|200px|right|Extrait liquide de cannabis, distribué par une pharmacie américaine au début du {{XXe siècle}}.]]
[[Image:Trichome-close-up.jpg|right|thumb|250px|Vue en microscopie électronique d'un trichome glandulaire mature]]
Le '''cannabis médical''' (appelé aussi '''cannabis thérapeutique''', '''marijuana médicale''' ou '''marijuana thérapeutique'''<ref>Au Canada, l'orthographe généralement usitée reste celle de « marihuana », tombée en désuétude aux États-Unis et ailleurs depuis le milieu du {{XXe siècle}}.</ref>) désigne le [[cannabis]], et, par extension, les [[cannabinoïde]]s destinés à un usage purement médical, généralement prescrits pour leurs vertus [[antiémétique]]s. À ce jour, l'usage médical du cannabis n'est légal que dans un nombre limité de territoires, parmi lesquels le [[Canada]], la [[Belgique]], l'[[Australie]], les [[Pays-Bas]], le [[Royaume-Uni]], la [[Nouvelle-Zélande]], l'[[Espagne]], et les États [[États-Unis d'Amérique|américains]] de [[Californie]], d'[[Arizona]], d'[[Alaska]], de [[Hawaii]], du [[Maine (État)|Maine]], du [[Nevada]], de l'[[Oregon]] et de [[Washington (État)|Washington]]. Cet usage nécessite généralement une ordonnance et la distribution se fait généralement dans un cadre défini par les lois locales.
Il existe aujourd'hui une quantité substantielle de [[propagande]], fausse science, et [[désinformation]] au sujet du cannabis; à la fois des partisans du cannabis et de ses opposants. Existent également des contraintes légales et politiques sur la recherche liée au cannabis.
 
Bien que de nombreuses études impliquant le cannabis sont contradictoires, certains effets [[santé|sanitaires]] sur le corps et le mental ont été déterminés. Cet article utilise une diversité de sources crédibles, essentiellement des articles venant de [[Revue médicale|revues médicales]] internationales à [[comité de lecture]] mais aussi de rapports scientifiques, de livres, de sites web et de magazines, pour établir une vue d'ensemble clairement documentée (références/bibliographie) associée à l'usage du cannabis.
==Usage historique==
[[Image:CannabisAmericana JLHopkins B.jpg|thumb|200px|right|Une publicité pour la ''cannabis americana'' distribuée par un pharmacien new-yorkais en 1917.]]L'histoire de l'usage [[thérapeutique]] du cannabis est difficile à retracer, notamment parce que les [[Législation sur le cannabis|législations]] régulant sa production, sa distribution, sa possession et sa consommation sont relativement récentes, et la distinction entre usage médical et [[Drogue|usage récréatif]] l'est encore plus. L'[[Égyptologie|égyptologiste]] Lise Manniche note la mention de la « plante médicale de la marijuana » dans plusieurs texte [[Égypte antique|égyptiens]], dont l'un remonte au [[XVIIIe siècle av. J.-C.]]<ref>Lise Manniche, ''An Ancient Egyptian Herbal'', University of Texas Press, 1989, ISBN 978-0292704152</ref> On trouve aussi mention du cannabis dans plusieurs textes anciens [[Civilisation chinoise|chinois]] et [[Inde|indiens]], notamment dans le ''[[Shen nung pen Ts'ao king]]'', le plus vieux recueil traitant de [[Plante médicinale|plantes médicinales]], attribué à l'empereur [[Shennong]]. Le cannabis y est prescrit pour taiter [[vomissement]]s, [[Maladie infectieuse|maladies infectieuses]] [[Parasite (médecine)|parasitaires]] et [[hémorragie]]s.
 
== Contraintes légales et politiques sur la recherche ==
La redécouverte par l'[[Civilisation occidentale|Occident]] des vertus thérapeutiques du cannabis est généralement attribuée à Sir [[William Brooke O'Shaughnessy]], qui en 1831 publie dans la revue médicale [[Royaume-Uni|britannique]] ''[[The Lancet]]'' sa méthode d'injection [[intraveineuse]] d'[[électrolyte]]s en solution pour soigner le [[choléra]]. Sa découverte lui vaut un poste en [[Inde]], où il étudie les différentes plantes médicinales traditionnelles, dont l'[[opium]]. À partir de la fin des [[années 1830]], il expérimente avec différentes concoctions à base de [[chanvre]] et ses effets sur des patients souffrant notamment de [[rhumatisme]]s, [[hydrophobie]], choléra ou [[tétanos]]. Il publie ses expériences et conclusions lors de son retour en [[Angleterre]] en [[1841]], où il rapporte des spécimens de [[chanvre]] et de [[strychnos nux-vomica]] à l'intention des [[Jardins botaniques royaux de Kew]].
Dans beaucoup d'États, la [[science expérimentale]] souffre de restrictions légales. Ceci a pour conséquence que le cannabis est souvent difficilement étudiable dans le domaine de la recherche médicale parce que les échantillons ne peuvent pas être obtenus légalement, sans l'accord du gouvernement de l'État.
 
Le phénomène de curiosité scientifique légitime entrant en conflit avec le gouvernement ''(et son agenda)'' a été récemment illustré aux [[États-Unis d'Amérique]] par la confrontation entre l'"Association Multidisciplinaire des études Psychadéliques" (Multidisciplinary Association for Psychedelic Studies, MAPS), un groupe de recherche indépendant, et l'"Institut National sur l'abus de drogues" (National Institute on Drug Abuse, NIDA), une agence fédérale des États-Unis d'Amérique chargée de l'utilisation de la science pour étudier la toxicomanie. Le NIDA fonctionnant grandement sous le contrôle général du "Bureau de la Politique de Contrôle des drogues" (Office of National Drug Control Policy, ONDCP), un bureau de la [[Maison Blanche]] responsable pour la coordination directe de tous les aspects légaux, législatifs, scientifiques, sociaux et politiques du contrôle policier fédéral de stupéfiants.
De nombreux articles sur différentes espèces de cannabis sont publiés en [[Europe]] et en [[Amérique du Nord]] pendant la seconde moitié du {{XIXe siècle}}. L'usage thérapeutique du cannabis et du [[hashish]] est courant aux États-Unis jusque dans les [[années 1930]], et fait son apparition dans la [[pharmacopée]] américaine officielle en [[1851]]<ref>{{en}} [http://antiquecannabisbook.com/Appendix/USP1851.htm US Pharmacopoeia - 3d (1851) Edition]</ref>. Il est prescrit généralement comme un [[analgésique]], un [[sédatif]], un [[antispasmodique]] ou un [[antiémétique]].
 
Le cannabis qui est disponible pour des recherches aux États-Unis d'Amérique est cultivé à l'Université du Mississippi et uniquement contrôlé par le NIDA, qui a même un pouvoir de véto sur l'"Administration de la nourriture et des drogues" ([[Food and Drug Administration]], FDA) pour définir les protocoles acceptables/acceptés. Depuis [[1942]], année où le cannabis disparut de la [[pharmacopée]] états-unienne, et où son [[Cannabis médical|usage médical]] fut prohibé, il n'existe aucune histoire légale (du point de vue de la loi fédérale) de projet de production de cannabis financé par des fonds privés. Le résultat est que le nombre de recherches sur le sujet fut très limité, vu que ceux-ci doivent utiliser le produit fournit par le NIDA, qui a été allégé pour être moins puissant, et est donc d'une qualité différente. <ref>''Lyle E. Craker, Ph.D. v. U.S. Drug Enforcement Administration'', Docket No. 05-16, 8 mai 2006, 8-27 [http://www.maps.org/mmj/dea_maps_final_briefs_5.8.06.pdf PDF]</ref>
==Prohibition progressive==
La deuxième [[Convention internationale de l'opium]] de Genève, en [[1925]], ajoute le cannabis à la liste de substances dont l'[[importation]] doit être contrôlée par ses signataires, mais elle se révèle inefficace pour les pays achetant lesdites drogues à des pays non signataires. La Convention pour limiter la fabrication et réglementer la distribution des stupéfiants, dite Convention de limitation de 1931, vise à remédier à ce vide juridique.
 
La MAPS, en conjonction avec le professeur [[Lyle Craker]], docteur es sciences, directeur du "Programme sur les plantes médicinales" (Medicinal Plant Program) de l'Université du Massachusetts à Amherst, proposa de fournir de cannabis cultivé indépendamment d'une qualité ciblée pour des études de recherches approuvées par la FDA et se heurta à l'adversité du NIDA, de l'ONDCP, et de l'"Administration pour la mise en place de la lutte contre la drogue" ([[Drug Enforcement Administration]], DEA). Ce projet, et d'autres de ce type, n'auraient, d'après la wikipedia anglophone pratiquement aucune chance, sur un terrain légal dominé par le concept de guerre contre les drogues.
Aux États-Unis, la mise en conformité avec cette convention mène [[Harry J. Anslinger]], le premier Commissaire du nouveau ''Federal Bureau of Narcotics'', à faire voter en [[1937]] le ''[[Marihuana Tax Act]]'', la première loi fédérale américaine régulant la distribution et la possession de cannabis, imposant une taxe de 1 [[Dollar US|dollar]] aux dispenseurs de cannabis, y compris pour un usage médical<ref>{{en}} [http://www.druglibrary.org/schaffer/hemp/taxact/mjtaxact.htm The Marihuana Tax Act of 1937]</ref>. La loi a pour effet d'éradiquer la distribution médicale de la plante, même si elle reste listée dans la pharmacopée fédérale jusqu'en 1940<ref>{{en}} [http://www.drugstoremuseum.com/sections/level_info2.php?level_id=169&level=2 Drugstore Museum]</ref>. De nombreuses législations transnationales sont signées dans les décennies qui suivent, mais ce n'est qu'avec la [[Convention unique sur les stupéfiants de 1961]] qu'une harmonisation a lieu dans le cadre de l'[[Organisation des Nations unies|ONU]], incluant le cannabis dans les substances contrôlées dans le tableau IV, celui des substances soumis aux contrôles les plus sévères, sur l'insistance des États-Unis<ref>{{fr}} [http://www.parl.gc.ca/37/1/parlbus/commbus/senate/Com-f/ille-f/rep-f/repfinalvol3-f.htm « Le Cannabis : Positions pour un régime de politique publique pour le Canada - Rapport du Comté spécial du Sénat sur les drogues illicites »], Parlement du Canada, septembre 2002.</ref>.
 
Cependant, dans d'autres États tel que le [[Royaume-Uni]], une licence pour cultiver la marijuana n'est pratiquement qu'une affaire de bureaucratie, du même type que celles pour d'autres sujets botaniques ou scientifiques. D'où le terme de "drogue controllée" (controlled drug). Dans de tels États, beaucoup d'essais ont été pratiqués, dans des buts variés. Plus récemment, plusieurs fumeurs habitués / dépendants ont été invités à participer à des tests variés par des entreprises médicales britanniques dans le but de permettre au gouvernement du royaume de déterminer l'influence du cannabis sur la conduite d'un véhicule motorisé.
{{Loupe|Législation sur le cannabis}}
 
== [[Pharmacologie]] ==
==Réapparition de l'usage médical==
=== Effets biochimiques ===
De nos jours, le cannabis médical est employé avant tout pour soulager les effets secondaires de la maladie ou du traitement.
[[Image:THC-skeletal.png|thumb|right|250px|[[Formule développée plane]] du [[Tetrahydrocannabinol|Δ9-tetrahydrocannabinol]].]]
===Formes===
[[Image:THV structure.png|right|thumb|250px|[[Tétrahydrocannabivarine]]]]
Le cannabis existe sous plusieurs formes médicales, dont la disponibilité dépend de la législation du pays où il est autorisé :
[[Image:CBN structure.png|right|thumb|250px|[[Cannabinol]]]]
* Marinol ([[dronabinol]]) : prescrit pour les traitements des nausées et des vomissements liés à la [[chimiothérapie]], ainsi que pour stimuler l'appétit chez les malades du [[sida]] ;
La substance psychoactive la plus importante (prévalente) dans le [[cannabis]] est le [[Tetrahydrocannabinol|delta-9-tetrahydrocannabinol]] (couramment noté Δ<sup>9</sup>-THC, ou parfois THC). Sur les deux dernières décennies (NDT : traduite en 2006), le contenu moyen en THC dans la marijuana vendue dans les territoires d' [[Amérique du Nord]] aurait augmenté d'au moins environ 1% à 3-4%. Les plants sélectionnés et clonés peuvent conduire à des taux de 15% THC. <ref name="Kalant">''Principles of Medical Pharmacology'', 6th edition, H.K. Kalant & W.H.E. Roschlau, 1998, pages=373-375}}</ref> Un autre [[cannabinoïde]] psychoactif présent dans le ''Cannabis sativa'' est le [[tétrahydrocannabivarine]] (THCV), mais il ne se trouve qu'en faibles quantités. De plus, il existe des composés similaires contenus dans la marijuana qui n'exhibent aucune réponse psychoactive mais sont nécessaires pour fonctionner : le [[Cannabidiol]] (CBD), un [[isomère]] du THC; le [[Cannabinol]] (CBN), un produit de l'[[oxydation]] du THC; la [[Cannabivarine]] (CBV), un [[analogue]] du CBN avec une chaîne différente, la [[Cannabidivarine]] (CBDV), un analogue du CBD avec une chaîne différente, et l'[[acide cannabinolique]]. La manière dont ces autres composés interagissent avec le THC n'est pas complètement comprise, mais des études cliniques proposent l'hypothèse que le CBD agit comme force de compensation pour réguler la ''force'' de l'agent psychoactif, le THC. Un rapport anecdotique et non concluant affirme que la marijuana avec des ratios THC/CBD relativement élevés risquerait moins d'induire de l'[[anxiété]] que de la marijuana avec de faibles ratios. <ref name="joy">''Marijuana and Medicine: Assessing The Science Base'', J.E. Joy, S. J. Watson, Jr., and J.A. Benson, Jr, United States National Academy of Sciences, 1999, http://books.nap.edu/html/marimed/</ref> On pense également que le CBD pourrait réguler le métabolisme du corps du THC en inactivant le [[cytochrome P450]], une classe importante d’enzymes qui métabolisent les drogues. Des expériences dans lesquelles les souris ont été traitées avec du CBD puis avec du THC ont montré que le traitement CBD était associé avec une augmentation substantielle dans les concentrations de THC dans le cerveau ''(et ses principaux métabolites)'', le plus vraisemblablement parce qu'il réduit le taux de nettoyage du THC dans le corps. <ref name="joy" /> Des composés cofacteurs du cannabis ont également été reliés à une baisse de la [[température corporelle]], modulant le fonctionnement immunitaire, et la protection des cellules. L'[[huile essentielle]] de cannabis contient également beaucoup de [[terpénoïde]]s aromatiques, qui peuvent agir en synergie avec les cannabinoïdes pour produire leurs propres effets. Le THC se convertit rapidement en [[11-hydroxy-THC]], qui est également pharmacologiquement actif, tant et si bien que l'effet de la drogue dépasse les niveaux de THC mesurables dans le sang. <ref name="Kalant" />
* Cesamet ([[nabilone]]) : prescrit pour les traitements des nausées et des vomissements liés à la chimiothérapie ;
* Sativex : prescrit comme anti-douleur pour la [[sclérose en plaques]].
Il peut aussi être prescrit à l'état naturel afin d'être consommé fumé, en tisane ou par inhalation de vapeur de [[Tétrahydrocannabinol|THC]] (tétrahydrocannabinol) sublimé, et là encore sa prescription la plus courante reste relative aux malades en phase terminale.
 
En [[1990]], la découverte de récepteurs aux cannabinoïdes situés dans le [[cerveau]] et dans le corps, ainsi qu'un cannabinoïde endogène [[neurotransmetteur]]s comme l'[[anandamide]] (un matériel [[lipide|lipidique]] dérivé [[ligand]] de l'[[acide arachidonique]]), suggère que l'utilisation de marijuana affecte le cerveau de la même manière qu'un composé naturel du cerveau. Les cannabinoïdes contiennent habituellemnt un anneau 1,1'-di-méthyl-pyrane, un anneau ''variedly derivatized [[aromatic ring]] and variedly [[saturation (chimie)|unsaturated]] [[Cyclohexane|cyclohexyl]]'' et leurs précurseurs chimiques immédiats, constituant une famille d'environ 60 composés bi-cycliques et tri-cycliques. Comme la plupart des autres processus neurologiques, les effets de la marijuana sur le cerveau suivent le protocole standard de signal transduction, le système électrochimique d'envoi de signaux à travers les [[neurone]]s pour une réponse biologique. On sait maintenant que des récepteurs cannabinoïdes apparaissent avec des formes similaires chez la plupart des [[vertébré]]s et [[invertébré]]s et ont une longue histoire évolutive de 500 millions d'années. Le fait que ces récepteurs aient été conservés pendant tous ce temps semble indiquer qu'ils doivent avoir un rôle basique important dans la physiologie animale. Les récepteurs aux cannabinoïdes réduisent l'activité [[adénylate cyclase]], inhibent les [[canal ionique|canaux ioniques]], et désinhibent les [[pompe à potassium|pompes à potassium]] K<sup>+</sup><sub>A</sub>.
===Propriétés===
{{loupe|Effets du cannabis sur la santé}}
De nombreuses études{{référence nécessaire}} - plus ou moins significatives - existent ou sont en cours sur ses qualités thérapeutiques.
*Il est question de propriétés :
**[[analgésique]]s : malades en phase terminale et pour les douleurs chroniques résistantes aux traitements traditionnels ;
**relaxantes et somnifères : malades en phase terminale ;
**anti-spasmodiques : sclérose en plaque, [[épilepsie]] ;
**anti-vomitives : traitement des effets secondaires de la chimiothérapie ou d'autres traitements lourds ;
**stimulant l'appétit et redonnant du plaisir à manger : lutte contre la [[cachexie]] (maigreur extrême) et favorise la prise de poids ;
**broncho-dilatatrices : [[asthme]] ;
**vaso-dilatatrices : [[glaucome]].
*D'autres études suggèrent que le cannabis pourrait être :
**une alternative efficace pour le [[prurit]] cholostatique réfractaire ;
**un agent thérapeutique contre des maladies neuro-dégénératives et la dystonie (perturbation du tonus musculaire) tels que la [[maladie de Parkinson]] ou le [[Maladie_de_Gilles_de_la_Tourette|syndrome de Tourette]] ;
**un agent anti-prolifératif : rémission de tumeurs cancéreuses au cerveau (ainsi que ralentissement de la progression de certains [[cancer]]s du poumon, sein et de la [[leucémie]]) ;
**un agent inhibant les sécrétions d'[[acide gastrique]] et pouvant jouer un rôle favorable sur la prévention des ulcères ;
**un agent améliorant les troubles comportementaux des patients atteint de la [[maladie d'Alzheimer]].
 
Deux types de récepteurs aux cannabinoïdes existent (CB1 et CB2). Le récepteur CB1 se trouve principalement dans le cerveau et mitige les effets [[psychologique]]s du THC. Le récepteur CB2 se trouve de manière plus abondante dans les cellules du [[système immunitaire]]. Les cannabinoïdes agissent comme des immuno-modulateurs sur les récepteurs CB2, ce qui signifie qu'ils augmentent certaines réponses immunitaires et en diminuent d'autres. Par exemple, les cannabinoïdes non psychotropes peuvent être utilisés comme [[anti-inflammatoire]] très efficace. <ref name="joy" /> L'affinité des cannabinoïdes pour se lier à chacun des deux récepteurs est la même, avec seulement une légère augmentation observée avec le composé CBD dérivé de la plante se liant plus fréquemment aux récepteurs CB2. Les cannabinoïdes semblent avoir un rôle dans le contrôle par le cerveau du [[locomotion|mouvement]] et de la [[Mémoire (psychologie)|mémoire]], ainsi que de la modulation de la souffrance naturelle.
==Législation==
[[Image:CarteMondeCannabisMedical.gif|thumb|right|490px|Législation du cannabis thérapeutique dans le monde en 2006]]
La mise en place législative du cannabis médical porte généralement sur trois volets, définissant respectivement les conditions d'accès au cannabis médical, la régulation portant sur la distribution, et celle touchant à la culture et la production de cannabis à des fins médicales.
 
La nature de la marijuana, ses propriétés [[liposoluble|de solubilité dans les graisses]], conduisent à une longue demi-vie d'élimination en comparaison à d'autres drogues récréatives. La molécule THC, et les composés apparentés, sont généralement détectables dans les tests de drogues jusqu'à environ un mois après consommation. Cette détection est possible parce que des [[métabolite]]s non psychoactifs du THC sont stockés pour de longues périodes de temps dans les cellules de graisse, et cette substance a une très faible solubilité dans l'eau.
La plupart des législations mises en place définissent généralement l'éligibilité des patients selon une liste de conditions médicales ou symptômes incluant généralement [[cancer]], [[sclérose en plaques]] et [[sida]]/[[VIH]]. Certaines définissent ou supposent la mise en place d'un programme géré par une émanation du gouvernement maintenant une liste de patients autorisés, tandis que d'autres entités gouvernementales ont simplement légalisé l'usage médical, s'en remettant à la simple délivrance d'un certificat par un médecin.
 
Le taux d'élimination des métabolites est légèrement plus élevé chez les grands usagers en raison de la tolérance, et indique une plus grande possibilité de symptômes de sevrage à l'arrêt de la consommation arrêt de l'emploi habituel.
===Belgique===
 
La [[Dose létale 50|LD<sub>50</sub>]] de THC est 1270 mg/kg chez les rats mâles, 730 mg/kg chez les rats femelles, par voie orale mélangé dans de l'huile de sésame, et 42 mg/kg (toujours chez le rat) par inhalation. <ref>http://www.erowid.org/plants/cannabis/cannabis.shtml</ref>
===Canada===
Au [[Canada]], le Règlement sur l'accès à la marihuana à des fins médicales, mis en place par [[Santé Canada]] en [[juillet 2001]], définit deux catégories de patients éligibles pour l'accès au cannabis médical. La catégorie 1 liste les individus souffrant de « douleur aiguë », « nausées violentes » et/ou autres symptômes sérieux causés par les conditions suivantes : [[sclérose en plaques]], lésion de la [[moelle épinière]], maladie de la moelle épinière, [[cancer]], [[sida]]/infection au [[VIH]], formes graves d'[[arthrite]] et/ou [[épilepsie]]. La catégorie 2 « touche les demandeurs qui présentent des symptômes pathologiques graves autres que ceux décrits dans la catégorie 1 »<ref>{{fr}} [http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/marihuana/about-apropos/faq_f.html Foire aux questions au sujet de la marihuana à des fins médicales], sur le site de [http://www.hc-sc.gc.ca/index_f.html Santé Canada]</ref>. La demande du patient éligible doit être appuyée par un médecin.
 
=== Effets physiologiques ===
Le cannabis distribué par Santé Canada est fourni sous la marque CanniMed par l'entreprise Prairie Plant Systems Inc., selon laquelle la demande de la part des autorités canadiennes aurait augmenté de 80% en 2006 (la production ayant atteint 420 [[kilogramme]]s l'année précédente)<ref>{{en}} [http://www.cbc.ca/news/story/2006/10/23/prairie-plant.html « More pot, please: Demand booming for Prairie Plant's marijuana »], CBC, 23 octobre 2006.</ref>. Il est cependant légal pour les patients approuvés par Santé Canada de cultiver leur propre cannabis pour leur consommation personnelle, et il est possible d'obtenir une licence de production à titre de personne désignée par un patient. Santé Canada précise cependant qu'« aucun Avis de conformité n'a été émis pour la marihuana à des fins médicales. »
Certains des effets de la consommation de marijuana incluent l'augmentation du [[rythme cardiaque]], sécheresse de la bouche, rougeurs oculaires'' (congestion of the [[conjunctiva]]l des [[vaisseau sanguin|vaisseaux sanguins]]s)'', une réduction de la pression intraoculaire, un dysfonctionnement modéré des [[faculté motrice|facultés motrices]] et de la [[Attention|concentration]], et augmente la [[faim]]. Lors d'une [[électroencéphalographie]], on observe des persistance d'[[onde alpha]] de [[fréquence]] légèrement plus basse que la normale. <ref name="Kalant" /> Le cannabis produit également beaucoup d'effets [[Subjectivité|subjectifs]], tels que une plus grande jouissance du goût de la nourriture et des arômes et une jouissance avancée de la [[musique]] et de la comédie. À plus hautes doses, le cannabis peut provoquer des distorsions marquées des perceptions du [[temps]] et de l'[[Espace (notion)|espace]], de la [[proprioception]], ainsi que des [[hallucination]]s auditives et/ou visuelles (ressemblant à un rêve éveillé), de l'[[ataxie]] du fait de ''impairment'' sélectif de [[reflexes polysynaptique]]s, et de [[dépersonnalisation]]. La marijuana plus communément soulage les tensions et provoque des effets [[euphorie|euphoriques]]. Une liste plus complète de ses effets est disponible dans l'article : [[Cannabis médical#Propriétés|cannabis médical]].
 
Les [[cerveau|aires cérébrales]] à forte densité de récepteurs cannabinoïdes correspondent aux effets [[comportement humain|comportementaux]] produits par les cannabinoïdes.
===États-Unis===
[[Image:CarteEuropeCannabisMedical.gif|thumb|right|420px|Législation du cannabis thérapeutique en Europe en 2006]]
Le cannabis médical a fait l'objet de législations dans plusieurs États américains à partir des [[années 1990]].
 
La recherche animale a montré que le potentiel de dépendance psychologique aux cannabinoïdes existe, et inclut des symptômes de retrait en douceur. Bien que n'étant pas aussi sévère que les dépendances à l'[[boisson alcoolisée|alcool]], à la [[Diacétylmorphine|héroïne]], ou à la [[cocaïne]], le retrait à la [[marijuana]] est habituellement caractérisé par des [[insomnie]]s, une sensation de fatigue, une perte d'[[appétit]], une [[irritabilité]], une [[angoisse]]...
En [[Californie]], la Proposition 215, baptisée '' Compassionate Use Act'', est approuvée par les électeurs de l'État aux élections de novembre [[1996]], entérinant la légalisation du cannabis médical le jour suivant. La nouvelle loi californienne, la première du genre aux États-Unis, dépénalise la possession, l'usage et la culture de cannabis pour les patients possédant une recommendation «&#160;écrite ou orale&#160;» de leur médecin. Parmi les conditions jugées éligibles par la loi sont listées [[arthrite]], [[cachexie]], [[cancer]], douleurs chroniques, [[HIV]] ou [[sida]], [[épilepsie]], [[migraine]]s et [[sclérose en plaques]]. La loi ne précise pas de limite sur les quantités que les patients éligibles peuvent posséder ou cultiver.
 
En [[1998]] , un rapport gouvernemental français commissionné par le secrétaire d'État à la santé, [[Bernard Kouchner]], et dirigé par le Dr. [[Pierre-Bernard Roques]], classa les drogues d'après leur addictivité et [[neurotoxicité]]. Il plaça l'héroïne, la cocaïne et l'alcool dans les catégories les plus addictives et les plus mortelles ; la [[benzodiazépine]], les [[hallucinogène]]s et le tabac dans la catégorie intermédiaire, et le cannabis dans la dernière.
La loi californienne est en contradiction directe avec la législation nationale en matière de stupéfiants, et en [[janvier 1998]], le gouvernement fédéral poursuit en justice la Coopérative des acheteurs de cannabis d'Oakland (OCBC), demandant l'interdiction de la distribution de cannabis aux patients. La cour du district rend un jugement en faveur du gouvernement fédéral, et l'OCBC est fermée temporairement. Le jugement est interjeté devant la [[Cour d'appel des États-Unis pour le neuvième circuit]], qui infirme la décision précédente, invoquant la « nécessité médicale » mise en avant par la défense<ref>{{en}} [http://caselaw.lp.findlaw.com/scripts/getcase.pl?court=9th&navby=case&no=9816950 U.S. 9th Circuit Court of Appeals, USA v. CANNABIS, 9816950]</ref>. En mai 2001 cependant, la [[Cour suprême des États-Unis]] infirme cette décision par un vote de 5 contre 3 (le [[Stephen Breyer|juge Breyer]] s'étant abstenu)<ref>{{en}} [http://caselaw.lp.findlaw.com/cgi-bin/getcase.pl?court=US&navby=case&vol=000&invol=00-151 United States, Petitioner v. Oakland Canabis Buyer's Cooperative and Jeffrey Jones]</ref>.
 
=== Effets sur la [[Reproduction (biologie)|reproduction]] ===
En [[octobre 2003]], le corps législatif californien adopte un amendement émanant du Sénat californien, S.B. 240, entrant en vigueur le 1{{er}} janvier [[2004]], et imposant des limites sur les quantités autorisées. Les patients éligibles ne peuvent ainsi posséder plus de 8 [[once]]s de cannabis séché et/ou six plantes adultes de cannabis, mais des dérogations sont possibles sur certificat médical.
Il a été montré que l'administration de hautes doses de THC aux animaux abaisse leur niveau de [[testostérone]] dans le sang, affecte la production de [[sperme]], la mobilité et la viabilité des spermatozoïdes, affecte le cycle d’[[ovulation]], et réduit la production d'[[hormones gonadotropes]]. Ceci est modéré par des rapports contradictoires selon lesquels la tolérance pourrait se développer à ces effets. <ref name="Kalant" /> <ref>''Adverse Effects of Cannabis'', W. Hall, N. Solowij, [[The Lancet]], Nov 1998, pages= 1611-6, volume=352</ref> D'après le [[1997]] [[Merck Manual of Diagnosis and Therapy]], les effets sur la fertilité dus à la consommation de cannabis seraient incertains.
 
La recherche a montré que le sperme humain contient des récepteurs qui sont stimulés par des substances comme la THC et d'autres produits chimiques du cannabis. Des tests ont montré que les spermatozoïdes exposés à de hauts niveaux de THC commencent à se mouvoir de manière anormale, et sont moins capables de s'attacher à un œuf de manière à le [[fertilisation|fertiliser]]. <ref>''Evidence that anandamide-signaling regulates human sperm functions required for fertilization, H. Schuel et al., Molecular Reproduction and Development, Sep 2002, volume=63, issue=3, pages=376-387, http://www3.interscience.wiley.com/cgi-bin/fulltext/98517201/PDFSTART</ref>.
Plusieurs producteurs et dispensaires californiens de cannabis à usage médical ont fait l'objet de descentes et d'arrestations par la [[Drug Enforcement Administration]]<ref>{{en}} [http://sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?f=/n/a/2007/03/10/state/n094728S65.DTL « Proliferation of Calif. marijuana clinics prompts DEA crackdown »], Associated Press, 10 mars 2007.</ref>. Le rythme de ce type d'opérations au cours des dernières années suggère toutefois que les autorités fédérales concentrent désormais leur efforts sur les organisations et individus soupçonnés d'être trop laxiste dans leur distribution, d'avoir des liens avec le [[crime organisé]], ou d'effectuer des profits jugés excessifs ou potentiellement illégaux. Plusieurs opérations ont été effectuées par la DEA en collaboration avec l'[[Internal Revenue Service]], le service fiscal fédéral.
 
La consommation de marijuana durant la grossesse a été corrélée, dans certains cas, à des cas de poids faibles à la naissance des bébés mais le lien entre cannabis et les complications de naissance est questionné par la '' [[communauté scientifique]].
Les critiques de la Proposition 215, parmi lesquels l'Organisation nationale pour la réforme des lois sur la marijuana (''National Organization for the Reform of Marijuana Laws'', ou ''NORM''), qui milite pour la légalisation du cannabis aux États-Unis, arguent que le texte de loi reste trop vague quant à la production du cannabis à usage médical, et aux bénéfices que peuvent réaliser les producteurs et dispensaires, laissant les juridictions des comtés définir leurs propres standards. La DEA estime notamment que des « narcotrafiquants à grande envergure se cachent derrière et invoquent la Proposition 215 » comme défense<ref>{{en}} [http://www.dea.gov/ongoing/calimarijuana.html California Medical Marijuana Information], Drug Enforcement Administration</ref>.
 
== Effets sur la santé mentale ==
Les électeurs de l'[[Oregon]] approuvent une loi légalisant le cannabis médical en novembre 1998, l'''Oregon Medical Marijuana Act''. Le programme est géré par le Programme de marijuana médicale de l'Oregon au sein de la Division de santé publique de l'État, et distribue des cartes d'identité aux membres acceptés par le programme. Début 2007, près de 13&#160;000 cartes avaient été distribuées. La quasi-totalité des patients bénéficiant du programme déclarent souffrir de «&#160;douleurs sévères&#160;» et près de 2500 de «&#160;nausées&#160;». Les autres conditions invoquées sont [[épilepsie]], [[sida]]/[[HIV]], [[cancer]], [[cachexie]], [[glaucome chronique]] et tremblements dûs à la [[maladie d'Alzheimer]]<ref>{{en}} [http://www.oregon.gov/DHS/ph/ommp/data.shtml Oregon Medical Marijuana Program (OMMP): Statistics]</ref>.
Manque de motivation au travail ou incapacité a faire la moindre chose demandant un effort (cela depend enormement de la personnalité,de l'humeur et de l'etat de fatigue et de stress de la personne)
===Effets comportementaux===
 
<!--
L'État voisin de [[Washington (État)|Washington]] se dote d'une loi similaire aux mêmes élections de novembre 1998, légalisant l'usage, la possession et la culture de cannabis pour les patients munis d'un certificat médical. Les conditions éligibles sont les suivantes : cachexie, cancer, HIV ou sida, épilepsie, glaucome chronique, douleurs autrement intraitables et [[sclérose en plaques]].
====Gateway drug hypothesis====
...oui oui , m anus slimanus pu
 
...
Toujours à la même date, l'usage médical de cannabis est également entériné par 58% des électeurs de l'[[Alaska]] en novembre 1998, entré en vigueur le 4 mars 1999. La loi légalise la possession, la culture et l'usage de cannabis pour les patients ayant reçu un certificat d'un médecin confirmant qu'il peuvent bénéficier de l'usage médical de cannabis. Les conditions et symptômes éligibles sont les suivants : cachexie, cancer, douleurs chroniques, épilepsie et autres conditions caractérisés par des spasmes, glaucome chronique, HIV ou sida, sclérose en plaques et nausées. L'État maintient une liste confidentielle des patients à qui sont attribués une carte d'identité. 200 cartes auraient été distribuées.
 
--->Selon le Dr. Hurd, un des responsables de cette étude, deux autres drogues stimulent aussi les cellules opiacées, et pourraient donc aussi provoquer un effet de passerelle, comme la [[nicotine]] et l'[[Boisson alcoolisée|alcool]].
L'État du [[Maine (État)|Maine]] adopte une loi similaire en [[1999]] suite à un vote populaire, et en [[2000]] c'est le tour du [[Colorado]], de [[Hawaii]] et du [[Nevada]]. En 2003, une loi au [[Maryland]] permet à un individu arrêté pour possession de cannabis de prouver une nécessité médicale, qui, si elle est reconnu par la cour, n'entraîne qu'une amende maximale de 100 dollars. Les électeurs du Montana et le Vermont approuvent la légalisation du cannabis médical en 2004, et en 2006 l'État de [[Rhode Island]] entérine ''The Edward O. Hawkins and Thomas C. Slater Medical Marijuana Act'' qui légalise l'usage médical du cannabis à travers un programme géré par les services rhode-islandais.
<!---
===Co-occurrence of mental illness===
...
 
====Similitude des symptômes====
L'usage médical du cannabis reste sujet à polémique aux [[États-Unis]], où les instances fédérales continuent à maintenir leur opposition à tout usage thérapeutique de la substance. La [[Food and Drug Administration]] a publié en avril 2006 un communiqué rappelant qu'elle n'a pas approuvé le cannabis comme médicament, et qu'une «&#160;évaluation&#160;» effectuée par plusieurs agences gouvernementales a conclu qu'«&#160;aucune étude scientifique solide n'a soutenu l'usage de cannabis comme traitement [thérapeutique] aux États-Unis »<ref>{{en}} [http://www.fda.gov/bbs/topics/NEWS/2006/NEW01362.html « Inter-Agency Advisory Regarding Claims That Smoked Marijuana Is a Medicine »], U.S. Food and Drug Administration, avril 2006.</ref>. L'''American Medical Association'', tout en recommandant le maintien du cannabis parmi les substances contrôlées, en appelle à des études rigoureuses sur l'usage de la substance et d'autres [[cannabinoïde]]s pour le traitement de patients<ref>{{en}} [http://www.ama-assn.org/apps/pf_new/pf_online?f_n=browse&doc=policyfiles/HnE/H-95.952.HTM H-95.952 Medical Marijuana]</ref>.
...
 
===Espagne=Correlation studies====
...
{{loupe|Cannabis médical en Espagne}}
croune, une merveilleuse invention de justin cote
...
 
...
En Espagne, depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000, le cannabis médical a subit un processus de dépénalisation puis de légalisation progressive. Le parlement de la région de [[Catalogne]] est le premier en Espagne a avoir voté à l'unanimité en 2001 la légalisation du cannabis médical, il est rapidement suivit des parlements d'[[Communauté autonome d'Aragon|Aragon]] et des [[Baléares]].
Le Code pénal espagnol interdit la vente de cannabis mais il n'en interdit pas la consommation. Jusqu'au début des années 2000, le Code pénal ne faisait pas de distinction entre cannabis thérapeutique et cannabis récréatif, cependant plusieurs décisions de justice montrent que cette distinction est de plus en plus prise en compte par les juges. À partir de 2006, la vente de graine est légalisée, la possession ou la consommation est toujours interdite dans les lieux publics mais autorisée dans les lieux privés. De plus, la culture de plans de cannabis est désormais autorisé dans un lieu privé.
 
...
Plusieurs recherches ont été réalisées afin d'étudier les effets du cannabis sur des patients atteints de maladie comme les [[cancers]], le [[sida]], la [[sclérose en plaque]], l'[[épilepsie]] ou l'[[asthme]]. Ces recherches ont été effectuées par divers organismes espagnols comme à l´''Université Complutense de Madrid'' dirigée par le docteur Manuel Guzman, l´''hôpital de la Laguna'' à [[Tenerife]] dirigée le [[neurochirurgien]] Luis González Feria ou l´''Université de Barcelone''.
 
...
Voyant la législation s'adoucir, plusieurs clubs de cannabis se sont créés notamment au [[Pays basque]] et en [[Catalogne]]. Ces clubs, les premiers du genre en Europe, sont des associations à but non lucratif qui cultivent du cannabis et le revendent à prix coûtant à ses membres. En 2006, des membres de ces clubs ont été acquittés dans des procès intenté pour possession et vente de cannabis.
 
===Finlande= Fummer ==
...
En Finlande le cannabis médical est interdit, cependant un malade a obtenu une autorisation de l´''Agence nationale des médicaments de la Finlande'' en décembre 2006 pour l'utilisation de cannabis dans un but thérapeutique<ref>{{fi}} [http://www.hs.fi/english/article/Finnish+man+given+permission+to+use+cannabis+against+pain/1135223628010 Un malade obtient une autorisation spéciale pour utiliser le cannabis médical]: article tiré du quotidien finlandais [[Helsingin Sanomat]], 12 décembre 2006</ref>.
 
=== Different and fewer risks than tabac ===
===Pays-Bas===
...
 
...
===Royaume-Uni===
 
...
===Suisse===
Conformément à une initiative de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national du 4 mai 2006, le parlement suisse a décidé le 20 décembre d'assouplir l'interdiction relative à l'utilisation médicale du cannabis.
Il est écrit dans cette initiative que « la Commission propose de rendre possible l’application médicale limitée de stupéfiants à effet de type cannabique sur autorisation exceptionnelle de l’Office fédéral de la santé publique. Parallèlement, la substance doit pouvoir être soumise au régime de l’Institut suisse des produits thérapeutiques (ISPT) applicable aux médicaments dès le moment où le stupéfiant correspondant est introduit en tant que principe actif dans un médicament autorisé par l’ISPT. Les médecins pourraient ensuite prescrire le médicament en question pour les indications autorisées. »<ref>[http://www.admin.ch/ch/f/ff/2006/8211.pdf]: Initiative parlementaire – Révision partielle de la loi sur les stupéfiants du 4 mai 2006</ref><ref>voir le rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national du 4 mai 2006</ref>.
 
=== Potency matters ===
==Notes==
...
<references/>
 
...
==Voir aussi==
* [[Cannabinoïde]]
* [[Effets du cannabis sur la santé]]
* [[Plante médicinale]]
 
=== Risque de cancer ===
==Liens externes==
...
* {{fr}} [http://www.cannabis-med.org/french/home.htm IACM]: Association Internationale pour le Cannabis Médical
* {{fr}} [http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/marihuana/about-apropos/faq_f.html Foire aux questions au sujet de la marihuana à des fins médicales], sur le site de [http://www.hc-sc.gc.ca/index_f.html Santé Canada]
* {{en}} [http://www.medicalmarijuanainformation.com/home/ Medical Marijuana Information Center], un site d'information émanant de [http://www.cannasat.com/ Cannasat Therapeutics Inc.], une entreprise pharmaceutique canadienne spécialisée dans les médicaments à base de [[cannabinoïde]]s.
* {{en}} [http://www.norml.org/ National Organization for the Reform of Marijuana Laws], une organisation américaine à but non lucratif militant pour la légalisation du cannabis.
 
...
 
=== Attempts at réduction des risques ===
...
 
...
 
...
 
...
 
...
 
...
 
== Cannabis et conduite routière ==
...
 
...
 
...
 
...
 
...
 
...
 
== Expurgation des textes qui ne sont pas en français ==
Afin de rendre cet article lisible, les textes en anglais ont été expurgés le 10 décembre 2006 à 04:44. La version non-expurgée peut être consultée en affichant la modification du 3 décembre 2006 à 00:37
--->
 
== Références ==
<references />
 
== Voir aussi ==
===Articles connexes===
* [[Cannabis médical]]
* [[Toxicomanie]]
* [[Réduction des risques]]
* [[Prohibition des drogues]]
* [[Psychotrope]]
 
=== Liens externes ===
*[http://cannabishq.com/forum/index.php?topic=231.0 Marijuana Myths & Facts] Health effects
*[http://www.ukcia.org/research/can-psychosis.htm Cannabis Use and Psychosis] from National Drug and Alcohol Research Centre, Australie
*[http://www.erowid.org/plants/cannabis/cannabis.shtml Marijuana Vault] at [[erowid.org]]
*[http://news.bbc.co.uk/1/hi/programmes/panorama/4109360.stm The key research on cannabis use and mental illness] at [[BBC News]]
*[http://www.nida.nih.gov/about/organization/nacda/marijuanastatement.html Provision of Marijuana and Other Compounds For Scientific Research] recommendations of The [[National Institute on Drug Abuse]] National Advisory Council
* [http://www.sciam.com/article.cfm?chanID=sa006&articleID=0008F53F-80F7-119B-80F783414B7F0000 Scientific American Magazine (décembre 2004 Issue) The Brain's Own Marijuana]
[[Catégorie:Cannabis]]
[[Catégorie:Plante médicinale]]
 
[[en:Health issues and the effects of cannabis]]
[[de:Cannabis als Medizin]]
[[he:השפעות פיזיולוגיות של קנאביס]]
[[en:Medical cannabis]]
[[it:Effetti della cannabis sulla salute]]
[[no:Cannabis (medisin)]]
[[ja:大麻による健康問題]]
0

modification