Différences entre versions de « Photographie/Techniques particulières/Photo-finish »

== La photo-finish numérique ==
 
De nos jours, on n'utilise plus que des appareils photographiques numériques, déclenchés par des lasers ou desdivers cellulessystèmes photoélectriques.
 
Contrairement à ce qui se passait avec les caméras-finish argentiques, il n'y a plus de fente ni de défilement de la surface sensible. Il suffit pour obtenir le résultat cherché de « découper » dans l'image fournie par le capteur une bande très fine de pixels, typiquement 1 024 dans le sens de la hauteur et un seul dans le sens de la largeur. Un « cadenceur » permet d'enregistrer l'image correspondant à cette bande de façon périodique, à des intervalles de temps très brefs. En accolant à la queue-leu-leu toutes ces bandes, on obtient une sorte de « ruban » de 1 024 pixels de hauteur et de largeur variable selon la durée de la prise de vues.
Autrefois, des concurrents. Aujourd'hui, la photo-finish est utilisée dans pratiquement toutes les compétitions de courses. Certaines compétitions utilisent des boîtiers électroniques placés sur les concurrents (c'est le cas des sports mécaniques comme la F1 ou la MotoGP), mais la photo-finish est considérée comme la preuve la plus précise.
 
Si le cadenceur est réglé de façon à enregistrer une bande de 1 pixel à chaque millième de seconde, il s'ensuit qu'une largeur d'image de 1 000 pixels correspond à une durée de prise vue de 1 s, ce qui rend le chronométrage très facile. En revanche les images paraissent souvent très déformées ; pour éviter cet inconvénient il faudrait régler le cadenceur pour ajuster sa fréquence en fonction de la vitesse des concurrents, mais cet avantage esthétique, au demeurant inutile, nuirait à la facilité du chronométrage.
 
Autrefois, des concurrents. Aujourd'hui, la photo-finish est utilisée dans pratiquementpresque toutes les compétitions de courses. Certaines compétitions utilisent des boîtiers électroniques placés sur les concurrents (c'est le cas des sports mécaniques comme la F1 ou la MotoGP), mais la photo-finish est considérée comme la preuve la plus précise.
 
La natation fait exception à la photo-finish — les athlètes étant plus difficilement photographiables — et utilise des bandes tactiles.