« Photographie/Personnalités/A/Diane Arbus » : différence entre les versions

ajout d'éléments biographiques + source
m (Révocation des modifications de 193.253.177.7 (retour à la dernière version de Polmars))
(ajout d'éléments biographiques + source)
En 1963, elle obtient une bourse de la [[fondation Solomon R. Guggenheim]] qui lui permet de réaliser un travail remarquable intitulé ''« American Rites, Manners and Customs »'' (les rites de la société américaine), vaste galerie de portraits d'Américains, pour la plupart inconnus, qui met en exergue les rites sociaux de cette société.
 
Diane Arbus concentre son activité à [[New York]] et ses alentours, photographiant des inconnus dans la rue. Fascinée par les personnages hors-normes, elle photographie également des [[travesti]]s, des transsexuels, des handicapés mentaux, des [[jumeaux]], des nains, etc. En mélangeant le familier avec le bizarre, Diane Arbus dresse un portrait troublant de l'Amérique des années soixante. Elle s'attache pourtant à montrer que ces personnages étranges et atypiques, d'habitude considérés comme des "phénomènes de foire", sont avant tout des êtres réels, avec des habitudes et un train-train quotidien.
 
Par ses photos, Diane Arbus révèle combien l'étrange peut surgir de n'importe où. La très célèbre photographie ''Jumelles identiques'' (Roselle, New Jersey, 1967) met en scène deux fillettes habillées de la même manière, robe en velours à large col blanc, qui regardent le spectateur droit dans les yeux, en souriant légèrement. Le spectateur est mal à l'aise car c'est le concept de l'identité, et plus précisément de l'unicité des êtres humains qui est remis en question. [[Stanley Kubrick]] s'est d'ailleurs inspiré de ce cliché pour créer les jumelles du film ''Shining''<ref>[http://lintermede.com/exposition-diane-arbus-jeu-de-paume-paris-photographie-retrospective.php Présentation de l'exposition Diane Arbus] au Jeu de Paume, à lire sur [http://www.lintermede.com L'Intermède]</ref>.
 
En 1967, elle participe à l'exposition ''« New Documents »'' qui se tient au [[Musée d'art moderne de New York]] avec des portraits qui côtoient les vues urbaines de [[Lee Friedlander (photographe)|Lee Friedlander]] et [[Garry Winogrand]]. Là encore, son travail apparaît comme un événement qui contribue à imposer la photographie documentaire comme un genre artistique propre, se distinguant du reportage.
* [http://www.exporevue.com/magazine/fr/arbus.html Au sujet d'une exposition au San Francisco Museum of Modern Art]
* [http://www.transatlantica.org/document594.html Dans la revue d'études américaine transatlantica]
 
 
{{Portail|photographie|États-Unis}}
Utilisateur anonyme